Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les cinq outils missionnaires de la paroisse

Partager

À l’occasion de leur trentième anniversaire, le pape François a reçu ce lundi 18 novembre 2019 les membres des cellules paroissiales d’évangélisation, qu’il a encouragés : « N’ayez pas peur de la nouveauté et que les difficultés qui sont inévitables sur le chemin de l’évangélisation ne ralentissent pas votre marche. » Présent à cette rencontre, l’abbé François Dedieu présente les cinq dynamiques de croissance missionnaire développées au sein de ces cellules dans le cadre des paroisses.

Pour que nos paroisses grandissent en nombre, il est indispensable que leurs membres grandissent en chrétiens, c’est-à-dire en sainteté. Nous risquons parfois de nous installer, oubliant que si nous n’avançons pas, nous tombons. « Le jour où tu dis “cela suffit”, tu es déjà mort, dit saint Augustin. Ajoute toujours, avance toujours, marche toujours. »

Cinq portes de la grâce de Dieu

Nous pouvons identifier cinq dynamiques de croissance qui sont développées au sein des cellules paroissiales d’évangélisation et en bien d’autres lieux aujourd’hui : l’adoration, la fraternité, la formation, le service et l’évangélisation. Comme chrétiens, nous sommes invités à progresser selon ces cinq axes dans nos vies personnelles, dans nos groupes et dans nos paroisses. Ainsi, nous grandissons en fils de Dieu, en frères et en disciples de Jésus, en serviteurs et en apôtres dans la puissance de l’Esprit saint. Bref, en chrétiens tout simplement. Ou pour le dire comme le pape François, en disciples-missionnaires. Nous comprenons qu’il s’agit là de cinq portes pour nous ouvrir à la grâce de Dieu qui nous transforme et nous donne la croissance.

Lire aussi : Il faut à l’Occident un sursaut missionnaire

En soi, rien de bien nouveau : si ce que nous appelons aujourd’hui « les cinq essentiels » sont remis au goût du jour dans bien des paroisses et communautés chrétiennes, ils sont présents sous d’autres appellations dans la description de la première communauté chrétienne en Ac 2, 42-47. « Tout scribe devenu disciple du royaume des Cieux est comparable à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et de l’ancien » nous dit Jésus en nous encourageant à puiser ainsi dans le trésor de la Parole de Dieu (Mt 13, 52).

Cinq indispensables

Le fait de les appeler « essentiels » souligne que nous ne pouvons pas les laisser de côté. Pas même un seul sur les cinq ! Si nous considérons qu’une de ces dimensions ne nous concerne pas ou ne concerne pas notre paroisse, nous amputons notre corps d’un de ses membres. Pour garder cette image du corps, « il serait gênant qu’une jambe garde sa taille quand tout le reste du corps grandirait. Il est également problématique pour notre croissance chrétienne qu’une de ces cinq dimensions ne grandisse pas. Nous pouvons même dire que la dynamique la plus faible définit la croissance de notre vie chrétienne et notre capacité d’accueil de la grâce de Dieu1 ». Nous observons une belle croissance des personnes et de la paroisse quand ces cinq dynamiques sont en place ensemble. Je peux en témoigner même s’il ne faut, encore une fois, jamais se croire arrivés au bout du chemin.

Le pape François a reçu ce lundi 18 novembre 2019 les membres des cellules paroissiales d’évangélisation.
Paroisse St-Urbain
Le pape François a reçu ce lundi 18 novembre 2019 les membres des cellules paroissiales d’évangélisation.

Regardons chacune de ces cinq dynamiques de croissance

  1. L’adoration et la prière

Quand nous parlons d’adoration, il ne s’agit pas seulement de l’adoration eucharistique. La louange, l’action de grâce, l’oraison et toute la liturgie contribuent à notre croissance comme enfant de Dieu. C’est l’enfant qui se jette dans les bras de son Père qui l’aime, en premier, et qu’il aime, en retour. C’est l’ouverture de notre cœur au Cœur de Dieu. Dans l’agitation de notre monde, la prière nous amène à imiter Jésus qui se retire à l’écart pour prier. « La prière élargit le cœur jusqu’à ce qu’il soit capable de contenir le don que Dieu fait de Lui-même » disait sainte Térésa de Calcutta.

Lire aussi : Comment adorer Dieu dans le silence de votre maison ?

  1. La fraternité : un chrétien n’est jamais seul

Nous ne sommes pas chrétiens tout seuls. Frères et sœurs de Jésus-Christ, nous sommes devenus frères les uns des autres. « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres que tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples » nous dit encore Jésus aujourd’hui (Jn 13, 35).

  1. La formation pour s’approcher de Dieu

Pendant trois années, Jésus a formé ses disciples. Il a enseigné les adultes et béni les enfants. Dans nos communautés, nous faisons pourtant bien souvent l’inverse ! Alors que nous développons toutes sortes de compétences, nous tenant même informés des dernières découvertes dans tel domaine qui nous tient à cœur, nous en restons parfois au catéchisme de notre enfance dès qu’il s’agit de la foi. Certes, nous ne maîtriserons jamais les mystères de la foi. Mais si Dieu nous a créés intelligents, c’est pour que nous puissions nous en approcher aussi avec notre intelligence et être ainsi capables de mieux en parler autour de nous.

Lire aussi : Comment connaître la volonté de Dieu au quotidien ?

  1. Le service à l’exemple de Jésus

« C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous » dit Jésus à ses Apôtres après leur avoir lavé les pieds (Jn 13, 15). Difficile de nous dire chrétiens si nous ne faisons pas ce que Jésus nous demande ici ! C’est précisément ainsi que nous grandirons : « Celui qui voudra devenir grand parmi vous, sera votre serviteur, et celui qui voudra être le premier parmi vous, sera l’esclave de tous » (Mc 10, 43-44).

  1. L’évangélisation par la rencontre

« Si nous avons rencontré le Christ dans notre vie, alors nous ne pouvons pas le garder pour nous seuls. Il est crucial que nous partagions cette expérience avec d’autres aussi ; c’est la voie principale de l’évangélisation » a dit le pape François aux membres des cellules paroissiales d’évangélisation, ce 18 novembre. « N’oubliez pas, chaque fois que vous rencontrez quelqu’un, une histoire vraie se joue et peut changer la vie d’une personne. Cela a toujours été le cas » ajoutait-il, encourageant chacun à cette évangélisation directe née du témoignage.

Adoration, fraternité, formation, service et évangélisation sont essentiels à notre croissance personnelle, et donc à la croissance de nos paroisses.

Croissance paroissiale : la lettre d'un curé
Téqui

Croissance paroissiale, la lettre d’un curé, François Dedieu, Éditions Téqui, 2019, 82 pages, 9euros.


[1]  Abbé Dedieu, Croissance paroissiale, La lettre d’un curé, Téqui, 2019.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]