Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Un émailleur d’art sacré parmi les lauréats du Grand Prix Pèlerin du Patrimoine

© Famille Barriot
Vierge à l'Enfant de Robert Barriot.
Partager

Les lauréats du 29e Grand Prix Pèlerin du Patrimoine ont été annoncés mercredi 23 octobre. Parmi eux, un émailleur décédé en 1970 a reçu le prix Pèlerin « mémoire vive » pour l’ensemble de son œuvre prolifique encore trop méconnue.

C’est au cœur de la Cité de l’architecture, là où se découvrent les œuvres emblématiques du patrimoine architectural français, que le Grand Prix Pèlerin du Patrimoine a annoncé ses six lauréats. Comme chaque année, plusieurs catégories viennent distinguer le travail d’associations locales et d’artisans qui œuvrent à la sauvegarde du « petit » patrimoine français : le prix des régions ; du jeune artisan d’art ; des médias ; du patrimoine du XXe siècle ; de la transmission et du partage ainsi que de la mémoire vive.

L’un des plus grands émailleurs français récompensé

Cette année, ce sont quatre restaurations (les vitraux de la chapelle d’Entrange ; les fresques de l’église Saint-Martin à Bichancourt ; la verrière de l’église Saint-Paul à Fresnes ; la chapelle des Templiers de Libdeau ), une jeune artisan d’art (Tatiana Ullois, spécialisée dans la restauration de décors peints) et la mémoire d’un grand émailleur français disparu qui ont été récompensées. Le prix « mémoire vive », attribué à Robert Barriot, artiste profondément chrétien, retient particulièrement l’attention. Né à la toute fin du XIXe siècle, ce peintre spécialisé dans les émaux a laissé derrière lui une œuvre impressionnante et est considéré par beaucoup de spécialistes comme l’un des plus grands émailleurs français.

Lire aussi : Des vitraux Art déco à l’honneur

Son œuvre prolifique est pourtant méconnue de nos jours. Conservées dans des caisses en bois, et mises à l’abri dans une dépendance d’un domaine varois, ses trois cent œuvres d’art sacré attendent patiemment d’être mises en lumière. Les enfants de l’artiste, soutenus par l’association Robert Barriot, voudraient trouver un lieu qui lui soit dédié, ouvert au public. En attendant, ils ont décidé d’établir, sous forme numérique et avec le soutien du prix Pèlerin, le catalogue de l’œuvre de leur père et de ses archives.

Lancement d’un Institut Pèlerin du Patrimoine

Lors de cette 29e édition, les organisateurs ont également annoncé la création officielle de l’Institut Pèlerin du Patrimoine. Un prolongement naturel de l’engagement de l’hebdomadaire en faveur du patrimoine français et du patrimoine religieux en particulier. À travers cet Institut, Le Pèlerin produira des outils et des services en faveur des acteurs locaux soucieux de l’avenir de leur patrimoine. Quatre type d’actions distinctes ont déjà été annoncés qui s’articulent ainsi : l’animation d’un grand prix de mécénat ; la formation des acteurs du patrimoine ; la médiation pour engager un avenir aux édifices inutilisés, notamment chrétiens, mais aussi l’édition et la production de documents et outils pour favoriser la valorisation du patrimoine.

Lire aussi : Découvrez le premier mécène des églises de France

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]