Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Les dix meilleurs films sur le handicap

Partager

La revue « Ombres & Lumière », qui se veut au service des personnes handicapées, de leurs familles et de leurs amis, vient de publier son palmarès des films autour du handicap de la décennie 2010-2019. Un classement qui témoigne d’une grande variété de registres.

À l’occasion de la sortie en salles ce mercredi du film Hors normes, qui raconte l’histoire de deux responsables d’associations engagés auprès d’enfants et adolescents autistes, la revue Ombres & Lumière a lancé un sondage en ligne et publie dans son numéro de novembre un classement des meilleurs films autour du handicap de la décennie 2010-2019.

Sans surprise, vient en tête l’inoubliable Intouchables (2014), avec François Cluzet et Omar Sy, qui raconte l’amitié improbable entre un intellectuel tétraplégique et un jeune homme de la cité. Il est suivi de Lourdes ; sorti en mai dernier, ce documentaire consacré aux pèlerins du sanctuaire pyrénéen a ému la France entière, aussi bien les croyants que les non-croyants. Sur la troisième marche du podium, un autre documentaire, Et les mistrals gagnants (2016), réalisé par Anne-Dauphine Julliand, donne à voir la vie quotidienne de cinq enfants malades. Il est suivi de Jean Vanier, le sacrement de la tendresse (janvier 2019), qui raconte l’histoire du fondateur de L’Arche et de Foi et Lumière.

Un regard réaliste

Viennent ensuite Le discours d’un roi (2011) et La famille Bélier (2014), successivement en cinquième et sixième places, qui plongent le spectateur dans l’univers d’un roi bègue et d’une famille de sourds. Puis, De toutes nos forces (2014) met en lumière la complicité d’un père et de son fils en fauteuil roulant qui participent ensemble à un ironman. Marie Heurtin (2016), en huitième position, retrace la vie de l’héroïne du même nom, sourde et aveugle de naissance. Enfin, Patients (2017) et De rouille et d’os (2012) remportent la neuvième et dixième place. Le premier raconte la lutte quotidienne de personnes tétraplégiques dans un centre de rééducation tandis que le second met en scène Stéphanie, une dresseuse d’orques qui se retrouve amputée des deux jambes. Documentaire, comédie, film dramatique… S’appuyant sur des registres variés, ces dix films témoignent de la réalité de la fragilité et du handicap tout en distillant des notes d’espérance. Un message inoubliable.

En images : Handicap et bonheur, ça décape