Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les clés d’une œuvre : « La découverte de la vraie croix » par Agnolo Gaddi

Domaine Public
Découverte de la Croix, Agnolo Gaddi, entre 1388-1392,
Partager

Comment fut redécouverte la croix de la Passion du Christ ? C’est le miracle raconté comme une bande dessinée dans la plus grande des églises franciscaines de Florence. Avec un message, sur fond de vie quotidienne : « C’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie. »

À la fin du XIVe siècle, Agnolo Gaddi est appelé par les frères mineurs à peindre le chœur de l’église Santa-Croce de Florence, la plus grande des églises franciscaines. S’inspirant de la Légende Dorée, de Jacques de Voragine, il réalise un cycle de huit fresques, offrant à la méditation des fidèles une illustration de l’histoire de la Sainte Croix.

Domaine Public
Découverte de la Croix, Agnolo Gaddi, entre 1388-1392, fresque, Florence, Santa Croce.

D’après la tradition, sainte Hélène, mère de l’empereur Constantin, retrouve la croix du Christ à l’occasion d’un voyage à Jérusalem, au Calvaire, à l’endroit où sera construit le Saint-Sépulcre.

La croix du miracle

Sur un même panneau, le peintre retrace deux événements successifs, comme en une bande dessinée médiévale. Sur la partie droite, Hélène découvre la croix, à gauche, elle en vérifie l’origine en en touchant une femme à l’agonie. Trois croix avaient été dégagées, la malade recouvre la santé au contact d’une seule, prouvant qu’elle était bien celle de la Passion, seule capable de réaliser un miracle. Semblant sortir de son sommeil, la malade se redresse. Les deux autres croix, celles des larrons, sont laissées sous le lit. L’histoire évoque aussi un mort que la proximité de la croix aurait ressuscité.

Domaine Public

La foule se presse, compacte et grave, autour de la mère de l’Empereur, dans une atmosphère recueillie. Hélène porte une robe rouge, couleur du pouvoir qu’elle détient. Les autres personnages portent tous des vêtements soignés, à la hauteur du caractère exceptionnel de l’instant. Les élégants drapés sont de couleurs variées, plus claires. Réalité historique ou tradition, seule compte ici la foi dans le Christ, dont le sacrifice sur la croix a permis de sauver les hommes, et l’infini respect des grands et du peuple pour le bois de la croix.

La spiritualité de la vie quotidienne

Un étonnant paysage occupe la partie supérieure. Les arbres voient presque leurs feuilles se confondre avec le ciel sombre, près de rochers aux formes issues d’une fertile imagination. À l’écart, un lion se repose à l’entrée d’une grotte, tandis qu’un paysan garde ses animaux, comme un rappel de la place de la nature dans la vie des franciscains, commanditaires de l’œuvre.

Domaine Public

Deux moines, apparemment indifférents à la scène, ou ignorants de son existence, vaquent à leurs occupations. L’un pêche, l’autre tire de l’eau d’un puits. Un hommage à l’humble travail des disciples de saint François et à la spiritualité de leur fondateur, lien avec le thème principal de la fresque : « C’est en pardonnant qu’on est pardonné, c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie. »

Domaine Public
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]