Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le pape François aux jeunes : « Avec Jésus, il y a toujours de nouveaux horizons »

Papa Madagascar
Partager

"Avec Jésus, il y a toujours de nouveaux horizons", a assuré le pape François le 7 septembre 2019 devant les jeunes de Madagascar. Il les a invités à ne pas vouloir être des "aventuriers solitaires" sur le chemin de la foi.

Samedi, dès 4 heures du matin, des dizaines de milliers de jeunes — et de moins jeunes — attendaient le pasteur universel sur le terrain de Soamandrakizay en chantant, dansant et agitant des petits drapeaux aux couleurs du Vatican. Au total, 100.000 personnes étaient présentes pour cette veillée. « Ils n’avaient pas tort ceux qui m’ont dit que vous aviez une joie et un enthousiasme extraordinaires ! », a remercié le pape argentin.

Le Seigneur, a-t-il assuré dans son discours basé sur son exhortation Christus vivit (2019), « ne nous appelle pas par notre péché » mais par « notre nom ». « Tu as beau t’éloigner, le Ressuscité est là, t’appelant et t’attendant pour recommencer ». Ainsi, si les illusions éphémères de la vie peuvent conduire à l’amertume, « avec Jésus, il y a toujours de nouveaux horizons ». « Le Seigneur est le premier à vous faire confiance », s’est enthousiasmé le successeur de Pierre, Il aide à surmonter « l’apathie ».

Voir le Christ dans les « petits miracles quotidiens »

Si la rencontre personnelle avec le Christ est « irremplaçable », a poursuivi l’évêque de Rome, le Seigneur « ne veut pas d’aventuriers solitaires ». S’isoler ou vouloir être un disciple seul est « une des pires tentations », a-t-il considéré. « Nous sommes une grande famille », a ainsi expliqué le primat d’Italie, et cette vie en communauté enseigne à voir le Christ dans les « petits miracles quotidiens ». Dans le même sens, « personne ne peut dire : tu ne fais pas partie de ce projet d’amour » de Dieu — une phrase que le pontife a fait répéter par l’assemblée.

Le lendemain matin, ce ne sont pas moins d’un million de Malgaches qui se sont pressés à Soamandrakizay pour participer à la messe dominicale présidée en français par l’évêque de Rome. Tandis que la foule agitait des petits drapeaux blancs et jaunes — les couleurs du Vatican — le Pape passait parmi eux à bord de sa papamobile, avançant parmi les allées à allure particulièrement lente.

Il ne faut pas croire, a affirmé le chef de l’Église catholique dans son homélie, que « tout provient exclusivement de nos forces et de ce que nous possédons ». « Plus que d’une victoire personnelle, notre vie et nos capacités sont le fruit d’un don », a-t-il insisté. Et le pontife de dénoncer la « course à l’accumulation » qui finit par être « étouffante et accablante » et conduit à employer des « moyens immoraux ».

Par ces paroles s’adressant à tous les Malgaches, le souverain pontife a certainement voulu mettre en garde contre une certaine théologie de la prospérité qui lie Salut et richesses terrestre. Les « gloires humaines » — argent, pouvoir, carrière — sont des « sécurités trompeuses », a prévenu l’évêque de Rome. Au contraire, la base de la justice et de la vie doit être la « sagesse du détachement personnel ».

L’évangile du jour (Lc 14, 25-33), a poursuivi le successeur de Pierre, énonce ainsi des « exigences » pour se mettre à la suite du Christ. Celles-ci, a- t-il expliqué, demande de « mourir à nos enfermements, à nos individualismes orgueilleux » afin de « laisser triompher l’esprit de fraternité ». Est donc nécessaire de fuir la tentation de se « replier » sur son « petit univers » pour regarder l’existence de ceux qui sont « privés de tout ». « Cela ne fait pas partie du plan de Dieu ! », a interpellé le Pape.

L’Évangile ne doit pas être manipulé

Ainsi, a-t-il affirmé, qui n’est pas capable de voir l’autre « comme un frère » ne peut être disciple du Seigneur, le Royaume de Dieu ne se limite pas à un clan. Et ceux qui croient cela, a-t-il tancé, finissent par « consacrer » le privilège, le favoritisme, le clientélisme, le copinage et in fine la corruption. Identifier le Règne des Cieux avec des « intérêts personnels » amène à “instrumentaliser le nom de Dieu », à « manipuler » l’Évangile par de « sombres réductionnismes ».

Par ces mots, le souverain pontife a certainement voulu s’adresser plus particulièrement aux castes les plus hautes de Madagascar, pays profondément inégalitaire. Cela était d’ailleurs visible pendant la cérémonie : plus les fidèles étaient loin de l’autel et du pape, plus ils semblaient issus des classes les plus pauvres.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]