Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Vols de cloches dans le Var : Mgr Rey appelle les chrétiens à la vigilance

cloches, clocher, église, var
© SombreSanglier - Wikimedia commons
La dernière cloche de l'église romane de Brue-Auriac a disparu en août 2019.
Partager

Depuis quelques semaines, des églises de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur se sont vues dérober plusieurs de leurs cloches. Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, a confié à Aleteia son inquiétude face à ces vols et appelle les chrétiens et les communes à rester vigilants afin d’assurer la protection de leur patrimoine religieux.

Des vols qui interpellent. Début août, deux nouvelles cloches classées aux Monuments historiques ont été volées dans des chapelles du Var. Il y a d’abord la petite chapelle romane de la commune de Brue-Auriac, un peu isolée du centre, qui a vu l’une de ses cloches en bronze de 85 kilos, réalisée en 1847, disparaître. À quelques kilomètres de là, le village d’Esparron-de-Pallières a également connu le même sort. La petite chapelle, excentrée elle aussi, a vu sa cloche dérobée. À Ginasservis, se sont deux cloches dans deux chapelles différentes qui ont disparu, de 80 et 53 kilos.

« Les cloches sont des éléments de la vie de l’église mais c’est aussi un signal fort pour les riverains. Elles rappellent aux hommes le sens de Dieu », a confié Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, à Aleteia. « Les cloches contribuent à structurer le temps et les villages sont souvent très attentifs aux sons qu’elles produisent car elles leur rappellent des moments marquants de leur vie, aussi bien heureux que malheureux ».

Lire aussi : Les cloches sonnent-elles encore en France ?

Actuellement, le parquet de Draguignan ignore s’il s’agit d’actes isolés ou d’un même auteur. Quoiqu’il en soit, Mgr Rey invite les chrétiens et les communes à rester vigilants. « Ces dégradations soulèvent la question du sort de notre patrimoine religieux et la déchristianisation de la France », a-t-il confié. « Il y une perte de repère dans notre société et un désintérêt général pour le religieux. Notre culture est pourtant imbibée de culture chrétienne comme en témoigne notre incroyable tapis d’églises », a-t-il ajouté. « Le défi de notre temps est de rendre ce patrimoine vivant. Ouvrir les églises, y organiser des moments de recueillement, y trouver de nouvelles formes de présence. Faire vivre ces lieux en créant des initiatives culturelles et spirituelles comme des concerts, des animations liturgiques… En témoignant par la beauté, nous pouvons faire passer un message chrétien et toucher ainsi les gens. »

En images : ce églises penchées qui donnent le vertige
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]