Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment répondre aux questions difficiles des enfants ?

MOTHERHOOD
Shutterstock
Partager

La plupart des enfants, surtout les plus jeunes, posent beaucoup de questions, graves ou futiles. Il n’est pas toujours facile d’y répondre.

Bienheureux les enfants qui posent des questions, s’ils ont autour d’eux des adultes prêts à les écouter ! La curiosité n’est pas forcément un vilain défaut, et si certaines demandes peuvent être indiscrètes ou indélicates, la plupart traduisent un esprit en éveil, qui s’intéresse et cherche à comprendre. Les petits, confiants, attendent une réponse, sûrs de la science inépuisable de Papa-Maman ; les plus grands ont généralement perdu quelques illusions à ce sujet, mais cela ne les empêche pas de nous interroger, quitte à y mêler, parfois, un brin de provocation.

Toute question appelle une réponse

Quoi qu’il en soit, certaines questions nous embarrassent, parce que nous n’en connaissons pas la réponse ; ou parce qu’il s’agit d’un sujet complexe qui appelle de nombreuses nuances ; ou encore parce que la question touche à des secrets de famille ; ou parce qu’elle nous semble en décalage avec la maturité de l’enfant ; ou, plus simplement, parce que l’enfant nous interroge à un moment totalement inopportun. La tentation peut être grande alors de faire semblant de ne pas entendre et ensuite, feindre d’avoir oublié. Ou d’éluder le problème par un évasif « On verra ça plus tard ».

Pourtant, toute question appelle une réponse. Et pas n’importe laquelle ! Si nous usons de stratagèmes pour éviter d’avoir à répondre aux questions embarrassantes, nos enfants renonceront peut-être à nous interroger… mais iront chercher des réponses ailleurs, et probablement pas aux endroits les meilleurs. Nous aurons perdu une belle occasion de remplir notre mission de parents et de gagner leur confiance.

Une bonne réponse tient à une écoute attentive

Car, en fait, nos enfants n’attendent pas que nous sachions tout, mais que nous soyons attentifs à tout ce qui les intrigue ou les inquiète. Ils attendent que nous leur répondions, non comme le ferait un moteur de recherche, mais comme une personne unique à une autre personne unique. Pour bien répondre, commençons par écouter. Souvent, le plus important n’est pas la question elle-même, mais « la question derrière la question ».

Dorothée, 7 ans, vient de perdre son grand-père. Il s’est suicidé, mais on l’a caché à la petite fille, préférant parler d’accident. Quand Dorothée, quelques jours après, demande à brûle-pourpoint la signification du mot « suicide », il est clair qu’elle n’attend pas une définition, mais qu’elle tend une perche à ses parents pour qu’ils lui disent une vérité qu’elle a devinée. Et lorsque Simon, 6 ans, demande si le chien qu’il chérissait va ressusciter, il n’a pas besoin d’un grand discours sur la différence entre l’homme et l’animal, mais d’une parole de consolation.

Reconnaître que l’on ne sait pas

Que faire si nous ne savons pas répondre ? Reconnaissons-le, très simplement ; et lorsque c’est possible, invitons l’enfant à chercher avec nous la réponse sur Internet, dans la Bible ou ailleurs. Lorsque la question touche à une vérité de Foi qui nous dépasse (le mystère de la Sainte-Trinité, par exemple, ou l’Eucharistie, la Résurrection, etc.), donnons à l’enfant des éléments de réponse, en éveillant son Espérance et sa joie de découvrir les mystères de Dieu : ne présentons pas ces réalités comme d’obscures énigmes, mais comme des merveilles que nous n’aurons jamais fini de comprendre sur cette Terre.

Et si nous sommes mal à l’aise pour répondre ? Si, par exemple, la question posée nous touche de si près que nous ne pouvons pas en parler sans une intense émotion ; si elle concerne des événements familiaux que l’on s’accorde à ne jamais évoquer ; si nous avons peur de heurter l’enfant par une réponse mal adaptée, etc., nous ne sommes pas obligés de répondre sur le champ : l’enfant a seulement besoin de savoir que nous avons bien entendu sa question, que nous ne lui reprochons pas de l’avoir posée (au contraire), et que nous y reviendrons sans tarder.

« N’ayez pas peur ! »

Prenons le temps de discerner dans la prière, puis éventuellement avec l’aide d’un conseiller extérieur, ce que nous pouvons et devons dire, et ce que nous devons taire. Répondre à un enfant en vérité ne signifie pas lui dire toute la vérité. N’ayons pas peur de répondre à nos enfants. Si nous avions une crainte à avoir, ce serait celle de trahir leur confiance, et d’éteindre en eux la soif de la vérité, la joie de connaître et de comprendre. L’Esprit saint nous est donné : appuyons-nous sur lui, afin qu’il mette sur nos lèvres les mots justes.

Christine Ponsard

Ces attitudes à emprunter aux enfants pour être plus heureux :
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]