Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 22 septembre |
Saint Maurice
home iconAu quotidien
line break icon

Comment répondre aux questions difficiles des enfants ?

MOTHERHOOD

Shutterstock

Edifa - Publié le 11/07/19

La plupart des enfants, surtout les plus jeunes, posent beaucoup de questions, graves ou futiles. Il n’est pas toujours facile d’y répondre.

Bienheureux les enfants qui posent des questions, s’ils ont autour d’eux des adultes prêts à les écouter ! La curiosité n’est pas forcément un vilain défaut, et si certaines demandes peuvent être indiscrètes ou indélicates, la plupart traduisent un esprit en éveil, qui s’intéresse et cherche à comprendre. Les petits, confiants, attendent une réponse, sûrs de la science inépuisable de Papa-Maman ; les plus grands ont généralement perdu quelques illusions à ce sujet, mais cela ne les empêche pas de nous interroger, quitte à y mêler, parfois, un brin de provocation.

Toute question appelle une réponse

Quoi qu’il en soit, certaines questions nous embarrassent, parce que nous n’en connaissons pas la réponse ; ou parce qu’il s’agit d’un sujet complexe qui appelle de nombreuses nuances ; ou encore parce que la question touche à des secrets de famille ; ou parce qu’elle nous semble en décalage avec la maturité de l’enfant ; ou, plus simplement, parce que l’enfant nous interroge à un moment totalement inopportun. La tentation peut être grande alors de faire semblant de ne pas entendre et ensuite, feindre d’avoir oublié. Ou d’éluder le problème par un évasif « On verra ça plus tard ».


MOM,DAUGHTER

Lire aussi :
Non, demander pardon à son enfant ne nuit pas à l’autorité

Pourtant, toute question appelle une réponse. Et pas n’importe laquelle ! Si nous usons de stratagèmes pour éviter d’avoir à répondre aux questions embarrassantes, nos enfants renonceront peut-être à nous interroger… mais iront chercher des réponses ailleurs, et probablement pas aux endroits les meilleurs. Nous aurons perdu une belle occasion de remplir notre mission de parents et de gagner leur confiance.

Une bonne réponse tient à une écoute attentive

Car, en fait, nos enfants n’attendent pas que nous sachions tout, mais que nous soyons attentifs à tout ce qui les intrigue ou les inquiète. Ils attendent que nous leur répondions, non comme le ferait un moteur de recherche, mais comme une personne unique à une autre personne unique. Pour bien répondre, commençons par écouter. Souvent, le plus important n’est pas la question elle-même, mais « la question derrière la question ».


FAMILY

Lire aussi :
Éducation : les quatre choses à savoir avant de lire tous les livres sur le sujet

Dorothée, 7 ans, vient de perdre son grand-père. Il s’est suicidé, mais on l’a caché à la petite fille, préférant parler d’accident. Quand Dorothée, quelques jours après, demande à brûle-pourpoint la signification du mot « suicide », il est clair qu’elle n’attend pas une définition, mais qu’elle tend une perche à ses parents pour qu’ils lui disent une vérité qu’elle a devinée. Et lorsque Simon, 6 ans, demande si le chien qu’il chérissait va ressusciter, il n’a pas besoin d’un grand discours sur la différence entre l’homme et l’animal, mais d’une parole de consolation.

Reconnaître que l’on ne sait pas

Que faire si nous ne savons pas répondre ? Reconnaissons-le, très simplement ; et lorsque c’est possible, invitons l’enfant à chercher avec nous la réponse sur Internet, dans la Bible ou ailleurs. Lorsque la question touche à une vérité de Foi qui nous dépasse (le mystère de la Sainte-Trinité, par exemple, ou l’Eucharistie, la Résurrection, etc.), donnons à l’enfant des éléments de réponse, en éveillant son Espérance et sa joie de découvrir les mystères de Dieu : ne présentons pas ces réalités comme d’obscures énigmes, mais comme des merveilles que nous n’aurons jamais fini de comprendre sur cette Terre.


PERE AVEC SON FILS

Lire aussi :
30 questions à poser à votre enfant pour engager une conversation

Et si nous sommes mal à l’aise pour répondre ? Si, par exemple, la question posée nous touche de si près que nous ne pouvons pas en parler sans une intense émotion ; si elle concerne des événements familiaux que l’on s’accorde à ne jamais évoquer ; si nous avons peur de heurter l’enfant par une réponse mal adaptée, etc., nous ne sommes pas obligés de répondre sur le champ : l’enfant a seulement besoin de savoir que nous avons bien entendu sa question, que nous ne lui reprochons pas de l’avoir posée (au contraire), et que nous y reviendrons sans tarder.

« N’ayez pas peur ! »

Prenons le temps de discerner dans la prière, puis éventuellement avec l’aide d’un conseiller extérieur, ce que nous pouvons et devons dire, et ce que nous devons taire. Répondre à un enfant en vérité ne signifie pas lui dire toute la vérité. N’ayons pas peur de répondre à nos enfants. Si nous avions une crainte à avoir, ce serait celle de trahir leur confiance, et d’éteindre en eux la soif de la vérité, la joie de connaître et de comprendre. L’Esprit saint nous est donné : appuyons-nous sur lui, afin qu’il mette sur nos lèvres les mots justes.

Christine Ponsard

Ces attitudes à emprunter aux enfants pour être plus heureux :
Tags:
ÉducationEnfantsparents
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
Mariage homosexuel, pilule, suicide assisté : un texte inédit de ...
2
Cerith Gardiner
Douze dévotions mariales pour douze circonstances de la vie
3
Jeanne Larghero
Contraception : si c’est gratuit, c’est toi le produit !
4
SANKTUARIUM W LA SALETTE
Timothée Dhellemmes
Le pape François s’adresse aux pèlerins de Notre-Dame de La Salet...
5
Laurent Ottavi
Guillaume Cuchet : « Le catholicisme aura l’avenir qu’on voudra b...
6
Père Christian Lancrey-Javal
Esquiver, encaisser, répondre. La leçon de bo...
7
MEDITATION
Laurent Ottavi
La méditation, une foi de substitution ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement