Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

À Paris, le temps des transhumances est venu

transhumance grand paris
Jacques Paquier
Partager
La photo peut surprendre. Quelque 25 moutons ont débuté le 6 juillet la première transhumance du Grand Paris. De la basilique Saint-Denis aux berges de Paris en passant par les canaux, la Marne et le Château de Versailles, cette marche inédite de 12 jours — elle s’achève le 17 juillet — est une manière de sensibiliser à l’agriculture urbaine et de promouvoir une métropole verte.

« Les moutons ont un rôle d’entretien de la ville mais aussi de production de lien social », détaillent la Métropole du Grand Paris et le média culturel « Enlarge your Paris », co-organisateurs de l’événement. « La transhumance s’inscrit dans la continuité du travail des Bergers Urbains et incarne leur vision d’un pastoralisme réconciliant pratiques paysannes et urbanité ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
La rédaction d'Aleteia
Quand François rencontre Raoni
Domitille Farret d'Astiès
Dans les pas de Stevenson
Les photos d'Aleteia
Le marathon des prêtres
Les photos d'Aleteia
Sauvée des cendres
Les photos d'Aleteia
Une abbaye du XXIe siècle
Les photos d'Aleteia
Le roi de la Montagne
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]