Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« La loi scoute est comme la mèche d’une bougie »

Scouts unitaires de France (SUF).
Partager

Les premiers jours de juillet riment pour beaucoup de familles avec les premiers départs en camp scout. Au cours des prochaines semaines, de nombreux jeunes vont prononcer leur Promesse et s’engager ainsi à suivre la loi scoute. Règle du jeu, idéal de vie, la loi scoute est « pleinement ancrée dans le réel », confie à Aleteia le frère Nicolas Burle, aumônier national des Scouts unitaires de France (SUF).

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Elle ne compte que dix petits articles. Pourtant, elle engage pleinement celui qui choisit de la respecter. Rédigée par Robert Baden-Powell (le fondateur du scoutisme, ndlr) en 1908, la loi scoute sera à nouveau récitée cet été par des milliers de jeunes aux quatre coins de France et du monde lorsqu’ils prononceront leur Promesse. « Le scoutisme commence par la promesse : le jeune devient pleinement scout le jour où il la prononce et s’engage à respecter la loi scoute », explique à Aleteia l’aumônier national des Scouts unitaires de France (SUF), frère Nicolas Burle.

Lire aussi : Les cinq leçons de vie d’un scout de légende

Que représente-elle ? « Comparons la vie et le scoutisme à une bougie : la bougie ne peut pas brûler si elle n’a pas une mèche qui la traverse et la dépasse », illustre frère Nicolas. « La loi scoute, c’est cette mèche, on l’allume le jour de notre Promesse, elle nous dépasse, nous élève, brûle et nous emmène vers le Ciel ». Pour le dominicain, il ne s’agit pas d’« un idéal trop déconnecté » mais « de quelque chose qui nous éclaire au quotidien ».

« La loi scoute oriente par des indications positives »

Particularité de la loi scoute, elle ne comprend que des articles tournés de manière affirmative. « La loi scoute ne dirige pas par des interdictions mais oriente par des indications positives », précise ainsi Baden-Powell lui-même dans son livre Pas à pas. « Elle est conçue comme guide pour agir et non comme instrument de répression des défauts ». Il s’agit donc d’une loi commune, une « règle du jeu » respectée par tous. « Au scoutisme, on choisit la personne qu’on a envie de devenir », reprend frère Nicolas. « Cette loi, comme toute la pédagogie scoute, les aide à choisir ce qu’ils ont envie d’être plus tard. Être scout ce n’est pas seulement porter un foulard et courir dans les bois : c’est s’occuper des plus petits, transmettre ce qu’on a reçu, faire grandir les autres. Le scoutisme, avec sa loi, est une école pour apprendre à mettre sa vie au service des autres, à vivre des choses ordinaires avec un amour extraordinaire, avec une grande générosité ».

Retrouvez dans le diaporama ci-dessous les articles de la loi scoute commentés par l’aumônier national des Scouts unitaires de France :

Lire aussi : Jésus, scout par excellence

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]