Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Akita, les apparitions mariales méconnues du Japon

Our Lady of Akita
Partager

Lourdes, Fatima, Guadalupe… Ces lieux d’apparitions mariales sont célèbres pour les catholiques du monde entier. Mais elles ne sont pas les seules. Parmi les apparitions officiellement reconnues par l’Église, il y a celle de Notre-Dame d’Akita au Japon. Tout aurait commencé le 12 juin 1973.

La plupart des catholiques ont entendu parler des apparitions mariales de Lourdes ou de Fatima, célèbres pour leur importance dans le monde entier. Mais l’Église reconnaît officiellement d’autres apparitions dont celle d’Akita au Japon. En 1973 une quinzaine de religieuses réside au couvent de l’Institut séculier des Servantes de l’Eucharistie. Parmi elles, sœur Agnès Katsuko Sasagawa, une catéchiste de 42 ans, devenue subitement sourde. Le couvent se trouve sur une colline proche de la ville d’Akita au nord de la côte du Japon, dans le diocèse de Niigata. Le 12 juin, entrant dans la chapelle de sa communauté, sœur Agnès est frappée de voir des rayons extraordinaires émaner du tabernacle. Un phénomène semblable se reproduit plus tard. La religieuse reçoit ensuite un stigmate sanglant à sa main gauche. C’est alors que commence une série de diverses manifestations surnaturelles, dont des lacrimations inexpliquées de la statue de la Vierge d’Akita. Au même moment, de nombreuses guérisons miraculeuses se produisent.

Lire aussi : Pourquoi les dernières paroles de la Vierge Marie sont d’une importance capitale

Dans ses apparitions datant de 1973 à 1981, sœur Agnès affirme alors avoir entendu la Vierge Marie lui remettre des messages tels que : « Prie beaucoup le Rosaire. Moi seule peut encore vous sauver des calamités qui approchent », et aussi « De nombreux hommes de ce monde affligent le Seigneur. Je désire des âmes qui Le consoleront pour adoucir la colère du Père Céleste. Avec mon Fils, je désire des âmes qui répareront avec leurs souffrances et leurs pauvreté pour les pécheurs et les ingrats. »

Lire aussi : Cette prière à Marie composée par Benoît XVI pour les jeunes

En juin 1982, sœur Agnès récupère entièrement son audition, alors qu’on lui avait diagnostiqué une surdité incurable. Mgr Jean Itô, évêque de Niigata, au Japon, donne alors son autorisation pour « vénérer Notre Dame d’Akita en 1984. Les apparitions comme les 101 lacrimations, sont reconnues en 1988 par le cardinal Joseph Ratzinger alors préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Elles sont ainsi officiellement reconnues par l’Église Catholique.

Quand les grands saints prient Marie :
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]