Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 29 octobre |
Saint Jude
home iconActualités
line break icon

Le Frat, prétexte à éveiller les jeunes à la "sainteté des cours de collège"

© Frat

Frat de Jambville 2017.

Domitille Farret d'Astiès - Publié le 06/06/19

Tous les deux ans, les collégiens d'Île-de-France se retrouvent à Jambville (Yvelines) au moment de la Pentecôte pour un grand rassemblement autour de leurs évêques. Cette année, du 7 au 10 juin, ils aborderont la question de la sainteté.

Près de 11.000 jeunes chrétiens d’Île-de-France de 13 à 15 ans se retrouvent à partir de vendredi à Jambville (Yvelines), pour le 40e anniversaire du Frat des collégiens, un grand rassemblement autour des huit évêques d’Île-de-France. Le thème qui leur est proposé cette année est « Soyons saints ! ». Pour le père Christophe Alizard, 39 ans, prêtre responsable de ce rassemblement, c’est tout à fait d’actualité. « Ce thème a pour trame Gaudete et Exsultate, l’exhortation apostolique du Pape sur la sainteté », explique-t-il à Aleteia. « La grande idée est de rappeler à ces jeunes que nous sommes tous appelés à la sainteté et que chacun d’entre eux puisse l’entendre, souligne-t-il. Ce n’est pas réservé à une élite ! Dans un second temps, nous parlerons de la sainteté du quotidien. Chacun peut donner le meilleur là où il est, dans son collège, dans son aumônerie, dans son club de sport. Ensuite, il s’agira de qualifier cette sainteté : elle est un don de Dieu dans lequel il nous aide à donner le meilleur de nous-mêmes ».

© FRAT
Le père Christophe Alizard.

Parmi les textes qui seront abordés, celui des Béatitudes (Mt 5, 3-12). Pour le père Alizard, qui connaît bien les jeunes, étant aumônier de collèges depuis une dizaine d’années, il est parfaitement adapté à leur réalité.

Les Béatitudes, « carte d’identité du chrétien »

« Les situations évoquées sont très réelles. Ils peuvent les vivre très concrètement, elles leur proposent un chemin de vie. Par exemple, on y parle de la justice. Or, ils y sont extrêmement sensibles, comme le montre tout ce qui touche à la tricherie. Il y est aussi question de la douceur, qui n’est pas toujours évidente dans leurs relations personnelles. Pourtant, à cet âge-là, les amitiés et les groupes comme sont très importants ». Le prêtre poursuit, citant saint Matthieu : « “Heureux ceux qui pleurent car ils seront consolés”. On pleure dans les cours de collège. Qui va aller consoler son ami qui pleure ? Tout cela, ce sont des situations dans lesquelles ils sont plongés. Il est également question des convictions, avec “Heureux si l’on vous persécute à cause de moi”. Les jeunes peuvent être moqués pour leur foi mais il est important qu’ils se souviennent que Dieu est avec eux dans ces moments-là. Les Béatitudes, c’est la carte d’identité du chrétien ». Pour lui, chaque circonstance de la vie ordinaire sonne comme un appel à la sainteté. « Il n’y a pas d’événement anodin. C’est à nous de dire “oui” dans les événements du quotidien », insiste-t-il.

La sainteté, c’est maintenant, dans leur vie de tous les jours, pas dans une existence idéalisée qu’ils n’ont pas aujourd’hui. C’est la sainteté de la cour de collège.

L’objectif de ces enseignements est de faire tomber les images d’Épinal de la sainteté. Non, les saints ne sont pas que d’austères représentations sur des vitraux d’église, des jeunes bergères les mains jointes sur un bûcher et des missionnaires virils balancés par-dessus bord dans les chutes d’Iguazú comme on le voit dans le film Mission. « Il faut vaincre cet aspect-là des clichés de la sainteté. Nous ne voulons pas établir une longue litanie des saints et énumérer leurs vertus héroïques. La sainteté, c’est maintenant, dans leur vie de tous les jours, pas dans une existence idéalisée qu’ils n’ont pas aujourd’hui. Pour les jeunes, elle se réalise à travers leurs émotions, leur liberté, ce qu’ils sont. Il y a quelque chose de saint que Dieu a déposé en chacun et qu’il faut faire grandir. C’est la sainteté de la cour de collège. Nous souhaitons qu’ils comprennent qu’ils peuvent tracer leur voie ». Lui-même confie avoir une affection particulière pour sainte Élisabeth de la Trinité, une carmélite de Dijon. « Elle a eu le don et la grâce de l’amitié pour ses proches. Elle nous dit que chaque événement de notre vie est un sacrement de la rencontre avec Dieu ». De quoi inspirer les jeunes.




Lire aussi :
« Il n’y a que les paroisses missionnaires qui survivront, les autres vont s’effondrer »

Parmi les figures qui leur seront présentées figurent Bernadette Soubirous, François d’Assise et Joséphine Bakhita. Un choix qui montre la diversité des appels à la sainteté et la singularité de chacun. De plus, de nombreux « témoins du quotidien », comme les nomme ce prêtre engagé, viendront parler de la sainteté dans leurs métiers, au sein de leurs familles, à travers l’accueil des pauvres… « Nous avons été rechercher de belles figures dans les aumôneries et les paroisses. On ne peut pas garder la sainteté pour les autres », note-t-il. « Chacun peut être saint dès l’instant où il donne le meilleur de lui-même. Aujourd’hui, les ados sont rassasiés de projets qui manquent d’ambition. Or, l’idéal les attire profondément. Durant le rassemblement, cinq jeunes recevront le baptême. L’un d’eux a découvert le don de soi dans l’athlétisme, à travers les relations avec son équipe et son entraîneur, dans l’abnégation qu’exige cette discipline. On ne prend pas toujours conscience de la sainteté des jeunes et de leur courage. Les témoins, ce sont eux : ils sont témoins les uns pour les autres et pour leurs familles. Il faut que nous les éveillions à cela ».

À découvrir aussi : Ces saints « minimalistes »
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
Éducationjeunessainteté
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
Timothée Dhellemmes
En Europe, les lieux de culte se reconfinent ...
belle mère et belle fille
Jeanne Larghero
S’embrouiller avec sa belle-mère en trois leç...
KOMUNIA ŚWIĘTA
Mathilde de Robien
A.R.D.O.R., un bel acrostiche pour savoir com...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement