Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Inquiétude sur trois trésors de Notre-Dame de Paris

Rose nord de Notre-Dame de Paris.
Partager

Trois jours après l’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame, plusieurs éléments inquiètent les experts. "Des points fragiles", selon les mots du ministre de la Culture, risquent de faire s’effondrer des éléments artistiques majeures de la cathédrale dont la grande rose de la façade nord.

Si le plus gros de la structure a été sauvé lundi soir grâce à l’intervention courageuse des pompiers, victoire n’a pas encore sonné. Trois jours après, les experts s’inquiètent. Des points extrêmement fragiles ont été repérés dans la structure, et Notre-Dame pourrait certainement continuer à s’effondrer, entraînant avec elle des trésors artistiques.

La rose nord pourrait chuter

Premier point sensible : la grande rose nord. Le pignon qui surmonte la façade du transept nord n’est désormais plus soutenu par la charpente. Dans le vide, il menace de s’écrouler à tout moment. Dans la nuit du 17 au 18 avril, des travaux ont été effectués en urgence afin de consolider la structure. Lourd de plusieurs tonnes, sa chute entraînerait sans aucun doute une partie de la façade nord et donc également la grande rose. Les trois roses de la cathédrale Notre-Dame de Paris, réalisées au XIIIe siècle, constituent l’un des plus grands chefs-d’œuvre du vitrail médiéval. Elles mesurent 13 mètres de diamètre. Pour voir leur achèvement, le Roi saint Louis retarda de quelques mois son départ pour la deuxième croisade, en 1270.

© Wikimedia commons
Vue sur la rose nord de Notre-Dame de Paris.

L’ange musicien du pignon occidental prêt à tomber

Deuxième point sensible : l’ange musicien du pignon occidental. Entre les deux grandes tours, derrière la galerie de colonnes située juste au dessus de la rose, se devine le pignon occidental. Ce pignon marquait l’extrémité de la toiture de la nef et reposait sur la charpente. Désormais sans soutien, celui-ci risque à tout moment de s’effondrer. Il risque notamment d’entraîner dans sa chute l’ange musicien qui le coiffe. Ce dernier, sous l’effet de la chaleur, s’est d’ailleurs fendu en deux. Actuellement, une opération se met en place afin de retirer la statue.

© Élisabeth Bonnefoi
Vue sur le pignon occidental, entre les deux tours, de Notre-Dame de Paris, le 17 avril 2019.

Le grand orgue Cavaillé-Coll pourrait être abîmé

Troisième point inquiétant : le grand orgue. L’angle de la tour nord, qui par chance n’a pas brûlé, a cependant énormément chauffé. Aujourd’hui, les pierres, devenues friables, menacent de tomber. Dans leur chute, les pierres risquent d’abîmer la voûte de la nef et de tomber sur l’orgue. Une situation qui serait dramatique sachant que l’orgue a, par chance, été très bien préservé. Son buffet du XVIIIe siècle est d’une richesse exceptionnelle. La mécanique intérieure, modifiée au XIXe siècle pour lui donner une tonalité symphonique, est l’œuvre du célèbre Aristide Cavaillé-Coll. Actuellement, les chimères de la tour sont en train d’être retirées pour éviter qu’elles ne chutent.

© Pascal Deloche / Godong
Grandes orgues de Notre-Dame de Paris.

Pour ne rien arranger, les experts craignent également que la pluie vienne aggraver la situation. La voûte, recouverte de gravats, est déjà bien fragile. Si la pluie se met à tomber, il y aurait une accumulation d’eau qui pèsera très lourdement sur la voûte, pouvant entraîner sa chute. À l’heure actuelle, les gravats sont en train d’être retirés afin de procéder à la mise en place rapide d’une bâche de protection.

En images : l'intérieur de Notre-Dame après l'incendie
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]