Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ces applis pour ado dont il faut se méfier

Carolyn Lagattuta/Stocksy United
Partager

Elles se font discrètes, mais se prêtent facilement à des dérives. D’où l’importance pour les parents de connaître le fonctionnement de certaines appli chéries des ado pour en parler avec eux, toute en délicatesse.

Si Facebook, Twitter et Instagram sont bien connus du grand public, et à peu près maîtrisés par les générations de parents, d’autres applications, plus discrètes, conquièrent de nombreux adolescents, qui semblent mettre un point d’honneur à les garder secrètes. Pourtant, leur utilisation peut connaître des dérives et s’avérer dangereuses si on n’y prête pas attention.

Yubo, un Tinder pour ado

@Apple Store
Capture d'écran Yubo dans l'Apple Store

Regroupant 20 millions d’utilisateurs dans le monde, Yubo, anciennement appelé Yellow, est présenté comme un réseau social « pour se faire de nouveaux amis ». Créée en 2015 par trois Français, l’application mêle site de rencontres, accessible dès 13 ans, et des live vidéos, discussions retransmises en direct où les jeunes se mettent en scène. Sur Yubo, on swipe (on balaie l’écran de son smartphone pour sélectionner le profil qui plaît), on chat, on match, et on crée ou on rejoint des live où dix utilisateurs (appelés « streameurs ») peuvent se filmer et diffuser des contenus. S’affichant comme une application de rencontre amicale, Yubo est en réalité utilisé par les adolescents pour rencontrer des partenaires sexuels occasionnels. « J’ai un date Yubo dimanche prochain », peut-on lire sur un forum.

Lire aussi : Éducation : le défi sans précédent des parents du XXIe siècle

Appli de drague, terrain de chasse pour les prédateurs sexuels, l’application est également mise en cause pour des cas de harcèlement, notamment envers les jeunes filles. Incitées à envoyer des photos ou des vidéos intimes, pour séduire un petit copain ou devenir « populaires » dans la communauté, de jeunes adolescentes sont victimes de chantage ou de harcèlement lorsque les contenus se mettent à circuler. Des « procès » sont même organisés, jugeant le physique des filles ou dénonçant leur comportement.

Tik Tok, ou quand les ados se prennent pour des stars

@Apple Store
Capture d'écran Tik Tok dans l'Apple Store

Toute jeune appli également, Tik Tok fait déjà 9 millions d’adeptes en France et 500 millions dans le monde. Créée en septembre 2016 par Zhang Yiming, l’application chinoise lance chaque semaine un nouveau défi à ses utilisateurs : réaliser une vidéo de 15 secondes, sur un thème donné, en dansant et faisant du play-back, façon karaoké. L’enjeu est de se montrer inventif, créatif, à grand renfort d’effets ou de filtres. On voit de nombreuses utilisatrices, très jeunes, recélant des trésors d’imagination pour imiter leurs idoles du moment. Maquillage, poses suggestives, tenues sexy, Tik Tok est le royaume de l’apparence… et de la médisance lorsque les canons de beauté ne sont pas conformes à un certain idéal de perfection.

Lire aussi : Tik Tok : les ravages de l’appli la plus téléchargée au monde

En outre, depuis son lancement, Tik Tok collectait les données personnelles de ses utilisateurs mineurs sans l’autorisation de leurs parents. L’appli vient donc d’écoper d’une amende de 5,7 millions de dollars, la plus lourde amende jamais infligée par la Federal Trade Commission des États-Unis.

Snapchat, une promesse bien éphémère

@Apple Store
Capture d'écran Snapchat

Réunissant 188 millions d’utilisateurs actifs chaque jour dans le monde, Snapchat est dans le top trois des applis préférées des jeunes : sur la tranche d’âge 15-24 ans, Snapchat arrive en tête du classement des applications les plus utilisées, devant Facebook et Instagram. Le concept ? Envoyer des photos, notamment des selfies, ou des vidéos éphémères, qui s’autodétruisent, en théorie, au bout d’une, dix, vingt secondes, selon la durée choisie par l’expéditeur. L’application permet également aux utilisateurs de créer une « story », juxtaposition de plusieurs photos ou vidéos. Une « story » peut être vue autant de fois que l’utilisateur le souhaite mais chaque élément de la story possède une durée de vie de 24 heures. Parmi les dérives, au-delà de la pression engendrée par le réseau pour poster des nudes (photo d’une partie du corps dénudée), Snapchat ne peut tenir la promesse d’effacer tous les contenus dans la mesure où nul n’est à l’abri d’une capture d’écran. C’est pourquoi l’appli est un des premiers fournisseurs de photos détournées à caractère sexuel.

Askip, où l’anonymat est roi

@Apple Store
Capture d'écran Askip dans l'Apple Store

Créée en 2017, Askip, raccourci de « À ce qu’il paraît », rassemble un million d’utilisateurs. Le principe est plutôt étrange : c’est une application conçue pour recevoir des messages anonymes… (seuls les pseudos apparaissent). Alors que le but avoué est de briser la timidité et d’engager la conversation, le résultat est sans surprise : les messages à caractère sexuel sont légion.

Lire aussi : Les ados et leur smartphone, un couple à surveiller

Squad, la toute dernière-née

@Squad
Capture écran Squad

Elle émerge depuis fin janvier, et permet de partager avec ses amis son écran à distance, tout en continuant à discuter avec eux, à consulter son fil Instagram, à regarder une vidéo sur YouTube… Si jusqu’à maintenant ces activités étaient faites en solitaires, la vocation de Squad est de les vivre à plusieurs, six maximum, à distance. Il est désormais possible d’utiliser la fonction « partage d’écran » avec les membres d’un groupe sur la plupart des applications. Les messages privés n’auront donc plus rien de privés : des comptes inaccessibles au public, tels que Facebook ou Insta, pourraient voir leur contenu circuler sur la toile si l’un des utilisateurs décide de passer par Squad pour le partager avec d’autres personnes… Sans compter les captures d’écran, que Squad cherche à restreindre en intégrant prochainement un outil pour prévenir les utilisateurs qu’une autre personne fait des captures d’écran.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]