Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les ados et leur smartphone, un couple à surveiller

GENERACJA I
Shutterstock
Partager

Un sondage réalisé par BVA pour la marque de téléphonie mobile Wiko révèle que 18% des 15-17 ans ont déjà reçus ou envoyés des « sextos » ou des « nude ».

Cela ne fait plus de doutes. Un sondage BVA mené auprès de plus d’un millier d’adolescents souligne comment le téléphone est devenu un outil omniprésent dans leur vie sentimentale. Pour le meilleur et pour le pire. Ainsi, 62% des adolescents équipés, et même 73% des 16-17 ans, reconnaissent qu’un smartphone est incontournable pour entretenir sa vie sentimentale. 10% des adolescents reconnaissent même l’avoir utilisé pour rencontrer quelqu’un.

Et il n’est pas question uniquement de sentiments. Finies les relations où deux jeunes enfants « amoureux » se tiennent chastement par la main ou volent un baiser. Selon l’étude, 39% des 12-14 ans indiquent que les messages à connotation sexuelle constituent une pratique répandue chez les adolescents. Chez les 15-17 ans, ils sont 18% à avoir déjà reçu ou envoyé des « sextos » ou des « nude ». Les « sextos », combinaison des mots « sexe » et « textos », sont des messages au contenu sexuel ou érotique, et les « nude », des photos de personnes dévêtues.

Lire aussi : Parlons d’amour à nos enfants !

Une évolution dont témoigne également Béatrice Bergeras, formatrice en éducation affective et sexuelle et fondatrice de l’association « Aimer, ça s’apprend » : « En 10 ans, les relations entre les jeunes ont profondément changé à cause des téléphones portables ». Les smartphones, les réseaux sociaux, Internet, entretiennent l’érotisation de la jeunesse, dans la mesure où ils fournissent un mode de communication sans limite, sans pudeur, sans entrave. Ils génèrent des phénomènes de groupe qui entraînent les adolescents vers des gestes inappropriés, de plus en plus osés. « Et si les filles ne rentrent pas dans le jeu, elles sont déconsidérées, ce ne sont pas des filles qui osent », souligne la formatrice pour expliquer l’emballement généralisé. Une fille ne veut surtout pas perdre son petit copain, et est prête, pour cela, à aller toujours plus loin.

Que faire ?

Selon Béatrice Bergeras, la pornographie, les films violents et les jeux vidéo non adaptés, sont responsables de cette explosion de la sexualité, omniprésente chez les adolescents, et dans tous les milieux sociaux. Si, à une époque, certains se sentaient plus protégés, moins concernés, ce n’est plus le cas. Ecole, activités sportives, scoutes ou culturelles, sont des lieux où la pornographie s’infiltre via les smartphones.

Lire aussi : Plaidoyer pour une sexualité augmentée

Face à ces phénomènes, Béatrice Bergeras recommande en premier lieu de s’interroger, avant de munir son enfant d’un smartphone, sur son utilité. L’accès à Internet est-il primordial ? Un simple téléphone ne ferait-il pas l’affaire ? Ensuite, parler à son enfant, les mettre en garde, insister sur le fait que leur corps leur appartient et que personne n’a le droit d’y toucher, que le corps est sacré, intime et ne s’expose pas, parce qu’il est un trésor qui, lorsqu’il sera plus grand, accueillera ou donnera la vie.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]