Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 01 décembre |
Saint Eloi
home iconDécryptage
line break icon

La voix des chrétiens persécutés de plus en plus relayée dans les parlements d’Europe

© Presidenza della Repubblica

Paul de Dinechin - Publié le 04/03/19

Chaque année, les chrétiens représentent le groupe le plus persécuté à travers le monde en raison de sa foi. Face à cette situation, des élus en Europe s’organisent pour tirer la sonnette d’alarme. C’est le cas notamment en Italie, où un groupe de travail parlementaire vient d’être constitué pour relayer la voix des chrétiens persécutés.

Les chiffres sont plus qu′alarmants. À travers le monde, 245 millions de chrétiens souffrent de privations, d’injustices ou encore de violences en raison de leur foi en Jésus Christ. Pire : la situation s’aggrave au fil des ans. En 2018, pas moins de 4.000 ont payé cette foi de leur vie, contre 1.200 deux ans auparavant. Environ 3.000 sont derrière les barreaux pour la même raison.




Lire aussi :
Au Pakistan, on recense 224 « Asia Bibi » en 30 ans

Comme dans d’autres pays européens, le Parlement italien s’organise pour mettre cette triste réalité en lumière. Conscients de ce drame, des élus de la Chambre des députés — l’équivalent italien de l’Assemblée nationale — ont décidé de créer une cellule de travail pour se pencher sur cette réalité préoccupante. Le 27 février, a ainsi été annoncée la création d’un intergroupe parlementaire pour la défense de la liberté de religion des chrétiens. En effet, la gravité de ce sujet requiert selon ces élus une réflexion transpartisane.

Des élus de tous bords

Mieux, ces professionnels de la politique souhaitent entraîner dans leur sillage des personnes de terrain du secteur associatif. L’objectif, ont-ils expliqué lors de la conférence de création du groupe, est de « créer du lien » entre les différents acteurs et de lever le « voile de silence » qui drape trop souvent des situations injustes, notamment au Proche-Orient, berceau du christianisme. Il faut tout mettre en œuvre, estiment-ils, pour faire cesser « l’hémorragie » qui prive certaines terres de leurs fidèles.




Lire aussi :
Des réfugiés irakiens se mobilisent pour les chrétiens de Tel Keppe

Les députés italiens ne sont pas les premiers à se doter d’un tel groupe de travail. L′Assemblée nationale française rassemblait dès l′été 2014 un groupe d′étude autour des chrétiens d′Orient. L′objectif, selon ses initiateurs, était de suivre spécifiquement la situation de minorités chrétiennes qui, soulignaient-ils déjà à ce moment, « s’est fortement détériorée au cours des dernières années ».

En son sein, des élus de tous les bords politiques — accréditant l’idée que la défense de cette cause dépasse nettement les clivages — se retrouvent de façon plus ou moins informelle et à intervalles irréguliers autour de spécialistes.


CHURCH ATTACK

Lire aussi :
Un chrétien sur neuf est persécuté dans le monde

L′année suivante, l′autre chambre du parlement français, le Sénat, a lancé à son tour son propre groupe de réflexion sur les chrétiens d’Orient. Un peu moins de 130 sénateurs — issus là encore de tout l’échiquier politique — l’avaient alors immédiatement rejoint.

« Le silence honteux et complice de beaucoup »

Comment ne pas entendre, dans ces créations l′écho de la voix du pape François dans l’hémicycle strasbourgeois du Parlement européen. En novembre 2014, en visite au sein de cette institution, le pontife s′était en effet élevé contre « les nombreuses injustices et persécutions » en divers endroits du monde des minorités religieuses chrétiennes.

Debout devant les députés européens, il avait alors fustigé « le silence honteux et complice de beaucoup » face aux violences barbares dont souffrent les chrétiens en différents points du globe. Pourtant, leur avait-il souligné, « les chrétiens représentent dans le monde ce qu’est l’âme dans le corps ».

Un message qui semble avoir été entendu puisque moins d′un an après, les eurodéputés se dotaient également d′un groupe d’étude sur les chrétiens d’Orient. « Les chrétiens sont humiliés, chassés, tués et persécutés par [l’organisation État islamique] dans l’ensemble du Moyen-Orient, notamment en Syrie et en Irak », expliquait alors l′ancienne ministre française et eurodéputée Michèle Alliot-Marie, à l′initiative du projet.




Lire aussi :
Chrétiens d’Orient : un rapport remis au gouvernement

Tags:
Chrétiens d'OrientEuropeparlementVatican
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
messe avec masques
Agnès Pinard Legry
Les églises sont "des lieux de contamination"...
WEB2-JEAN CASTEX-AFP-000_8VX2FV.jpg
Xavier Patier
Messe à 30 personnes : le mépris, ça suffit !
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement