Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les métiers d’aide à domicile peinent à recruter

ELDERLY,HANDS
Shutterstock
Partager

Dans un contexte où les demandes d’accompagnement des personnes âgées sont de plus en plus nombreuses, le secteur peine à recruter des candidats, faute d’une rémunération attractive. Par conséquent, une structure d’aide à domicile sur cinq doit refuser des demandes de prises en charge.

D’ici à 2050, la France comptera près de cinq millions de personnes âgées de plus de 85 ans, contre 1,5 aujourd’hui. Dans cette optique, le gouvernement a lancé une grande consultation « Grand âge et autonomie », en vue d’une loi prévue fin 2019. L’Union Nationale de l’Aide, des Soins et des Services aux Domiciles (UNA) a pris part au débat et publié le 15 janvier les résultats d’une enquête conduite auprès de son réseau de structures. Il en ressort qu’en 2018, 10% des demandes formulées n’ont pu être honorées intégralement du fait d’un manque de personnel, de moyens financiers et de soutien des politiques publiques.

Alors que les demandes d’accompagnement à domicile ne cessent de croître, 45% des structures déclarent ne pas pouvoir prendre en charge l’intégralité des demandes. La raison principale réside dans les difficultés à recruter. 47% des structures ont des postes vacants. Sont mis en cause la faible attractivité des salaires, la difficulté des conditions de travail du fait des horaires décalés, ainsi que le manque de profils adéquats. Ainsi, 19% des postes créés en 2018 sont restés vacants et un patient sur dix n’a pu bénéficier d’une prise en charge intégrale.

Replacer l’humain au centre du dispositif

Selon Guillaume Quercy, président de l’UNA, si « les Français souhaitent très majoritairement rester le plus longtemps possible à leur domicile, les politiques publiques menées depuis plusieurs décennies ne sont pas à la hauteur des besoins. » Il exhorte à « replacer l’humain au centre du dispositif. Les personnes âgées bien sûr, mais aussi les 226.000 professionnels qui s’investissent au quotidien pour nos aînés et vivent paradoxalement souvent au niveau du seuil de pauvreté.  »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]