Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 26 octobre |
Saint Demetrius
Aleteia logo
home iconAu quotidien
line break icon

Les métiers d’aide à domicile peinent à recruter

ELDERLY,HANDS

Shutterstock

Mathilde de Robien - Publié le 17/01/19

Dans un contexte où les demandes d’accompagnement des personnes âgées sont de plus en plus nombreuses, le secteur peine à recruter des candidats, faute d’une rémunération attractive. Par conséquent, une structure d’aide à domicile sur cinq doit refuser des demandes de prises en charge.

D’ici à 2050, la France comptera près de cinq millions de personnes âgées de plus de 85 ans, contre 1,5 aujourd’hui. Dans cette optique, le gouvernement a lancé une grande consultation « Grand âge et autonomie », en vue d’une loi prévue fin 2019. L’Union Nationale de l’Aide, des Soins et des Services aux Domiciles (UNA) a pris part au débat et publié le 15 janvier les résultats d’une enquête conduite auprès de son réseau de structures. Il en ressort qu’en 2018, 10% des demandes formulées n’ont pu être honorées intégralement du fait d’un manque de personnel, de moyens financiers et de soutien des politiques publiques.


LITTLE SISTERS OF THE PPORS

Lire aussi :
Prendre soin des personnes âgées à l’école des Petites Sœurs des Pauvres

Alors que les demandes d’accompagnement à domicile ne cessent de croître, 45% des structures déclarent ne pas pouvoir prendre en charge l’intégralité des demandes. La raison principale réside dans les difficultés à recruter. 47% des structures ont des postes vacants. Sont mis en cause la faible attractivité des salaires, la difficulté des conditions de travail du fait des horaires décalés, ainsi que le manque de profils adéquats. Ainsi, 19% des postes créés en 2018 sont restés vacants et un patient sur dix n’a pu bénéficier d’une prise en charge intégrale.

Replacer l’humain au centre du dispositif

Selon Guillaume Quercy, président de l’UNA, si « les Français souhaitent très majoritairement rester le plus longtemps possible à leur domicile, les politiques publiques menées depuis plusieurs décennies ne sont pas à la hauteur des besoins. » Il exhorte à « replacer l’humain au centre du dispositif. Les personnes âgées bien sûr, mais aussi les 226.000 professionnels qui s’investissent au quotidien pour nos aînés et vivent paradoxalement souvent au niveau du seuil de pauvreté.  »


BEGUINAGE BELGIUM

Lire aussi :
Le béguinage, une nouveauté qui a plus de huit siècles

Tags:
emploifin de viesoins palliatifs
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
JOHN PAUL II
Marzena Devoud
Le jour le plus heureux de la vie de Jean Paul II
2
WEB2-PERE-BRUNO-RAFFARA.jpg
Marthe Taillée
Bruno Raffara, père, grand-père et prêtre
3
Maria Paola Daud
Pourquoi Michel-Ange n’a-t-il jamais terminé cette Pietà ?
4
WEB2-MISSEL-FORMATION-ABBENICO.jpg
Agnès Pinard Legry
Les prêtres se préparent à un grand changement
5
I.Media
Le pape François révèle les pays qu’il visitera dans les prochain...
6
ZITA
Mathilde de Robien
Cette magnifique prière gravée dans les alliances de Charles et Z...
7
WEB2-POITIERS-shutterstock_1857434686.jpg
Bérengère Dommaigné
À Poitiers, un établissement catholique reçoit des menaces
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement