Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Près de deux fois plus de « missionnaires » tués en 2018 qu’en 2017

CROSS
Partager

Quelque 40 "missionnaires", dont 35 prêtres ont été assassinés en 2018 affirme un rapport publié par l’agence Fides, liée à la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, le 29 décembre 2018.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Chaque année, Fides, publie une recension des catholiques « engagés dans la vie de l’Eglise et morts de façon violente ». Si en 2017, ces « missionnaires » tués étaient 23, leur nombre a quasiment doublé en 2018 pour atteindre le chiffre de 40. Ces violences concernent en particulier l’Afrique avec 21 morts : 19 prêtres, un séminariste et une laïque. Le Nigéria et la Centrafrique sont les premiers concernés avec respectivement six et cinq morts, suivis par la République démocratique du Congo et le Cameroun avec trois morts chacun.

Il s’agit de la première fois en huit ans que l’Amérique n’est pas le premier continent en nombre de morts. Ce continent compte tout de même 15 missionnaires tués, 12 prêtres et trois laïcs. Ces violences se sont toutes produites en Amérique latine, tout particulièrement au Mexique. Pourtant considéré comme très catholique mais gangréné par les trafics et les violences, ce pays compte pas moins de sept missionnaires assassinés, plus haut chiffre pour un pays.

Quatre missionnaires toujours séquestrés

En Asie, trois prêtres ont été assassinés : deux aux Philippines et un en Inde, dans le Kerala. L’Europe compte un missionnaire assassiné, un prêtre congolais desservant la communauté francophone de Berlin (Allemagne), tué en février dernier. Aucun assassinat de missionnaire n’a été dénombré en Océanie.

L’Agence Fides rappelle également que quatre missionnaires étaient toujours séquestrés à la fin de l’année. Tout d’abord le Père Paolo Dall’Oglio, enlevé en 2013 en Syrie et dont aucune nouvelle tangible n’est parvenue depuis. Au Nigéria, un prêtre est séquestré depuis 2015. Au Mali, le groupe terroriste islamiste Al-Qaïda retient une religieuse depuis 2017 tandis qu’un prêtre a été enlevé au Niger en septembre dernier.

En images : ils ont donné leur vie pour les autres en 2018
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]