Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 25 novembre |
Sainte Catherine d'Alexandrie
home iconActualités
line break icon

Près de deux fois plus de "missionnaires" tués en 2018 qu'en 2017

CROSS

Public Domain

I.Media - Publié le 02/01/19

Quelque 40 "missionnaires", dont 35 prêtres ont été assassinés en 2018 affirme un rapport publié par l’agence Fides, liée à la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, le 29 décembre 2018.

Chaque année, Fides, publie une recension des catholiques « engagés dans la vie de l’Eglise et morts de façon violente ». Si en 2017, ces « missionnaires » tués étaient 23, leur nombre a quasiment doublé en 2018 pour atteindre le chiffre de 40. Ces violences concernent en particulier l’Afrique avec 21 morts : 19 prêtres, un séminariste et une laïque. Le Nigéria et la Centrafrique sont les premiers concernés avec respectivement six et cinq morts, suivis par la République démocratique du Congo et le Cameroun avec trois morts chacun.


NIGERIA CONFLICT MUSLIM CHRISTIAN FARMS

Lire aussi :
Le Nigeria, théâtre de tensions quotidiennes entre chrétiens et musulmans

Il s’agit de la première fois en huit ans que l’Amérique n’est pas le premier continent en nombre de morts. Ce continent compte tout de même 15 missionnaires tués, 12 prêtres et trois laïcs. Ces violences se sont toutes produites en Amérique latine, tout particulièrement au Mexique. Pourtant considéré comme très catholique mais gangréné par les trafics et les violences, ce pays compte pas moins de sept missionnaires assassinés, plus haut chiffre pour un pays.

Quatre missionnaires toujours séquestrés

En Asie, trois prêtres ont été assassinés : deux aux Philippines et un en Inde, dans le Kerala. L’Europe compte un missionnaire assassiné, un prêtre congolais desservant la communauté francophone de Berlin (Allemagne), tué en février dernier. Aucun assassinat de missionnaire n’a été dénombré en Océanie.


PRIESTS MEXICO

Lire aussi :
Séminaristes, ils se préparent à exercer dans les paroisses les plus dangereuses du Mexique

L’Agence Fides rappelle également que quatre missionnaires étaient toujours séquestrés à la fin de l’année. Tout d’abord le Père Paolo Dall’Oglio, enlevé en 2013 en Syrie et dont aucune nouvelle tangible n’est parvenue depuis. Au Nigéria, un prêtre est séquestré depuis 2015. Au Mali, le groupe terroriste islamiste Al-Qaïda retient une religieuse depuis 2017 tandis qu’un prêtre a été enlevé au Niger en septembre dernier.

En images : ils ont donné leur vie pour les autres en 2018

Tags:
Centrafriquemexiquemissionnairenigeria
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Voici la prière des JMJ de Lisbonne 2023
WEB2-EVACUATION-CAMP-MIGRANT-AFP-080_HL_NCOISSAC_1277288.jpg
Mgr Benoist de Sinety
Si toutes les vies se valent…
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement