Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La mort héroïque de la duchesse d’Alençon, sœur de Sissi

incendie bazar
Domaine Public
« Incendie du Bazar de la Charité. Le sinistre. » Gravure de Fortuné Méaulle d'après un dessin d'Osvaldo Tofani. Une du Supplément illustré du Petit Journal du dimanche 16 mai 1897.
Partager

Sophie-Charlotte, duchesse d’Alençon, a trouvé la mort dans l’incendie du Bazar de la Charité, le 4 mai 1897. Les rescapés ont unanimement témoigné à l’époque que la princesse avait fait preuve d’une grandeur d’âme exemplaire, allant jusqu’au don de sa personne pour sauver des vies.

Sophie-Charlotte de Wittelsbach, duchesse en Bavière puis, par son mariage, duchesse d’Alençon, est la plus jeune sœur d’Élisabeth, impératrice d’Autriche, dite Sissi. Elle épouse en 1868 un prince français, Ferdinand, duc d’Alençon, fils du Duc de Nemours et petit-fils de Louis-Philippe, dépeint comme un jeune homme sérieux et très pieux, qui lui vouera toute sa vie un amour indéfectible. Le couple connaît l’exil, d’abord en Angleterre, puis en Italie, en raison de la loi qui s’applique à l’héritier des rois de France. Après la chute du Second Empire, Sophie-Charlotte et Ferdinand rentrent en France en 1873, avec l’espoir d’une restauration monarchique. Le couple a alors deux enfants, Louise et Emmanuel.

La vie mondaine parisienne ne plaît pas à Sophie-Charlotte. En 1880, sous la direction du père Raynal et après une expérience spirituelle auprès de Marie-Madeleine à la Sainte-Baume, la duchesse rentre dans le tiers-ordre dominicain, tandis que son mari s’engage dans le tiers-ordre franciscain. Elle s’occupe avec bienveillance des plus démunis, et d’œuvres charitables. Comme si elle pressentait sa mort prochaine, elle rédige un testament le 4 octobre 1896 : « Je voudrais être placée tout à côté de mon mari, l’ange-gardien de ma vie. Je demande qu’on me fasse les obsèques les plus simples, sans musique ; je désire beaucoup que la messe soit dite par un père dominicain ».

Charlotte Wittelsbach
Domaine Public
Herzogin Sophie Charlotte von Bayern (1847-1897), Hanfstaengl, Fotographie 1867

Les derniers instants

À 50 ans, Sophie-Charlotte affronte la mort de manière chrétienne et héroïque dans l’incendie du Bazar de la Charité, qui a fait environ 120 victimes le 4 mai 1897. Le Bazar était une ancienne écurie où se regroupaient différentes œuvres de bienfaisance, avec de nombreux comptoirs mis à leur disposition moyennant une faible participation. « Cette année-là », raconte Geneviève Delaboudinière dans son livre Femmes de France, Femmes de feu, « il avait été construit un décor de carton-pâte, de velours, de vélum goudronné pour la toiture afin de reconstituer une rue de Paris. »

Sophie-Charlotte se tient derrière le comptoir des noviciats dominicains, reçoit la visite du Nonce. Son mari est également présent. La vente est un succès. Près de 1.500 personnes se pressent dans ce hall long et étroit, animé par des orchestres. Tout à coup, c’est le drame. Une allumette met le feu à la bouteille d’éther du cinématographe. On crie : « Au feu ! ». Quinze minutes plus tard, tout a brûlé. Le mari de Sophie-Charlotte tente de rejoindre sa femme, mais les flammes se dressent entre eux. Les derniers instants de la duchesse, rapportés notamment par une religieuse rescapée, montrent sa grandeur d’âme et son abnégation. Elle se préoccupe d’abord d’organiser la sortie des plus jeunes, des clientes et de ses vendeuses par une petite porte derrière le comptoir. On l’entend dire : « Les jeunes d’abord, puis les visiteuses ». Puis elle ajoute : « Partez ! Ne vous occupez pas de moi, je partirai la dernière ». Lorsque la duchesse songe enfin à partir, elle se dirige vers la porte principale, car c’est là qu’elle a aperçu son mari pour la dernière fois. Mais le chemin est impraticable, ainsi que la petite porte derrière le comptoir. Elle se tient debout et prie. Et répond à ceux qui paniquent : « Dans quelques minutes, pensez que nous verrons Dieu, que nous serons au Ciel ».

Après une cérémonie en l’église saint Philippe-du-Roule, elle est inhumée le 14 mai 1897 dans la chapelle royale Saint-Louis de Dreux. Sophie-Charlotte partage ainsi le destin tragique d’un grand nombre de ses proches, frappés par des drames successifs, qui feront dire à Sissi de manière cruellement prémonitoire : « Nous mourrons tous de mort violente », lorsqu’elle apprend la disparition de la duchesse. Sissi sera assassinée à Genève l’année suivante.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]