Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Petite enquête sur les secrets d’une vie réussie

WOMAN MAGNYFIER
Partager

Qu’est-ce qu’une vie réussie ? Cette question mérite que l’on fasse une petite enquête, et même une sorte d’inventaire.

La course à la réussite vous fatigue ? Il est temps de faire une pause. Pourquoi ? Pour deux raisons. Parce que la liste de tout ce qu’il faudrait être ou faire pour réussir sur tous les tableaux n’a pas de fin : nous n’en viendrons jamais à bout. Et parce que cette course en avant ne nous sauvera pas de l’ennui, tout en se révélant une machine à fabriquer du stress et de la frustration… Quel paradoxe !

Ce qui compte vraiment ? Mener la vie qu’on aime, aimer la vie qu’on mène, y trouver une joie profonde et stable : en bref,  ne pas rêver en permanence de la vie du voisin d’en face, de la vie de Bidule-aux-cent-millions-de-vues sur YouTube, de la vie de Machine, Djette-à-Miami, ou de toute autre vie que la sienne. Simple, mais pas si facile.

Qu’est-ce qu’une vie réussie ?

Car précisément, savons nous répondre concrètement à cette simple question : qu’est-ce qu’une vie réussie ? Cette question mérite que l’on fasse une petite enquête, et même une sorte d’inventaire. Regardez Ulysse, le héros magnifique de l’Odyssée. Tout lui réussit : roi d’Ithaque, guerrier valeureux, il a conquis la ville de Troie grâce à sa ruse. Il est malin et beau gosse, mari envié de la belle Pénélope qui l’attend fidèlement sur son île, il est père d’un garçon intelligent et sportif… et comble du bonheur, au cours de ses pérégrinations, il atterrit sur l’île de la sublime nymphe Callypso qui satisfait tous ses appétits, et lui promet même la jeunesse éternelle. Que peut-on vouloir de plus ?

Mais suivez donc Ulysse d’un peu plus près, regardez ce qu’il fait tous les soirs, à l’insu de Calypso : il s’assoit à la nuit tombée sur le rivage, fixe la mer dans la direction de ce qu’il croit être son Ithaque, son île et… il pleure. Il pleure parce qu’il sent qu’il n’est pas à sa place, alors que son confort est assuré. Il pleure parce qu’il se sent empêché de réaliser ce pour quoi il est Ulysse et personne d’autre : pour régner sur Ithaque, aimer Pénélope, faire grandir son fils. Une existence moins glorieuse et moins facile certes, mais tellement plus vivante ! Premier enseignement de cette enquête : nos joies les plus profondes ne viennent pas de la somme de nos réussites sociales et matérielles, ni de l’addition de nos moments de plaisir…

Nos plus grandes joies

Alors, d’où nous viennent nos plus grandes joies ? L’enquête continue, cette fois-ci du côté de la philosophie. Les grandes sagesses de l’Antiquité nous indiquent comment faire pour préserver du mieux possible notre bien-être intérieur : par exemple ne pas nous désoler et nous lamenter inutilement sur les événements que nous ne pouvons pas changer, mais apprendre à les accepter ; ou encore éviter les excès en tous genres, vivre avec modération…

Soit. Mais alors, que faire de nos grands rêves ? « Vivons tranquille et évitons les ennuis… » : voilà la devise d’une existence de chat domestique. Mais ni vous ni moi ne sommes des chats d’appartement. Nous sommes des humains, taillés pour l’aventure : l’appel à l’infini résonne dans notre cœur, nous sommes faits pour la vie. Il y a de la vie en abondance là où se trouvent croissance, accueil, et fécondité. Là où vous rencontrez de la surprise, de l’imprévu, de l’effort, de la liberté et de la nouveauté, alors vous trouvez la vie.

Porter du fruit

Comment faire pour que là où nous sommes, la vie jaillisse et rayonne ? Car une vie réussie est précisément une existence où nous pouvons porter du fruit, rayonner, chasser le désordre et le chaos qui menacent sans cesse de s’abattre sur le monde, sur les plus faibles et les plus désemparés. Une vie réussie est une vie où nous pouvons exprimer les qualités qui nous sont propres, et en faire bénéficier ceux que la vie a placé sur notre route.

Quel est le secret de ceux dont nous admirons le rayonnement, la chaleur, le secret de ceux dont nous recherchons la compagnie, le secret de ceux qui savent prendre de bonnes décisions ? Continuons l’enquête…

Le secret du temps

Premier secret : ils ont le temps. En premier lieu, le temps de nourrir leur vie intérieure. Ils prennent le temps de faire en silence le tour de cet immense château intérieur qu’est l’âme humaine. Ils en explorent les nombreuses pièces : celle où l’on relit sa journée, où l’on revit les rencontres que l’on a faite, où l’on ressuscite les visages que l’on a croisés pour… leur dire merci, leur dire bravo, leur dire pardon. La pièce où l’on revient sur ce qui a marqué les heures du jour : celles qu’on a aimées, celles qu’on a subies, ou celles que l’on regrette. Dans le silence de cette visite intérieure se dessinent et s’affirment de plus en plus clairement nos goûts, nos projets, nos rêves. Ces minutes contemplatives, porte fermée, écrans dégagés, sont le secret de l’action et de la créativité.

En outre, les « temps de rien » ou les temps « improductifs » que nous ménageons dans nos vies sont la source de notre inventivité. Le temps gratuit produit toujours des fruits inattendus. Tel grand patron vous avoue que ses meilleures idées lui sont venues… à la pêche. Le chanteur Vianney ne pourrait se passer de ses longues traversées à vélo, la chercheuse Isabelle Fromentin attribue sa découverte du flair des chiens pour détecter les cancers précoces… à la lecture des romans policiers ! Voilà pourquoi la course à la réussite est non seulement fatigante mais également stérile : elle élimine de notre vie le sens de la gratuité. Or accepter de se laisser détourner de ses objectifs offre souvent une façon mystérieuse et paradoxale de s’en rapprocher.

Ce qu’aimer veut dire

Deuxième secret : ils savent ce qu’aimer veut dire. Aimer pour de vrai, c’est s’attendre à être dérangé, bousculé, inquiet ! Comme elle est loin la tranquillité d’esprit promise par tant de sages ! Si on continue notre enquête parmi les heureux de ce monde on y trouvera tous ceux qui ont donné de leur temps et de leur énergie au service de plus faibles ou plus pauvres qu’eux. On y trouvera tous ceux qui ont osé prendre des risques, qui ont eu l’audace de renoncer à une situation confortable pour aller chercher le meilleur d’eux-mêmes. On y trouvera ceux qui ont construit une liberté joyeuse en osant prendre des engagements forts et en les tenant dans la durée. On y trouvera ceux qui ont su s’attirer des amitiés solides en appliquant une règle simple : se mettre à la place de l’autre, écouter les besoins de l’autre avant de revendiquer ses propres droits, complimenter et valoriser au lieu de critiquer. On y trouvera aussi et surement tous ceux qui se sont placés « sous l’abri du Très-Haut », comme le dit le psalmiste : de Lui vient notre capacité à pardonner, à faire miséricorde, à refaire confiance, à croire en l’avenir. Tant que notre main est arrimée à la sienne, notre cœur près du sien « le malheur ne pourra nous toucher, ni le danger approcher de ta demeure ».

La boussole morale

Troisième secret : ils ont une boussole morale. On peut alors remercier la philosophie et la psychologie qui nous apprennent la différence entre le plaisir et la joie. Ainsi le fameux test du chamallow vérifie l’intuition suivante : ceux qui ont appris dès l’enfance à résister à l’attrait d’un plaisir immédiat ont une vie professionnelle et sociale plus épanouie, ils ont accès à de plus grandes joies.

La philosophie nous indique également la distinction entre une personne et un objet : voilà pourquoi manipulation, exploitation, et procédés utilitaristes sont à proscrire, il n’y a pas à négocier. Philosophie et psychologie nous apprennent aussi pourquoi nos belles intentions et notre envie de bien faire ne produisent pas nécessairement des décisions justes aux conséquences heureuses : elles nous invitent à réfléchir sur la valeur de nos actions et à ouvrir les yeux sur les circonstances dans lesquelles les choix se posent.

Écoutez le Maître intérieur

Bilan de cette enquête sur le thème « comment réussir ta vie » ? Lâchez la course à la réussite, faites une pause. Reconsidérez vos raisons de vivre. Un petit voyage intérieur s’impose, au pays des philosophes, à l’écoute de l’expérience des heureux de ce monde, à la suite du grand Maître intérieur, ce Dieu qui vient nous parler dans le silence du cœur.

Comment réussir ta vie ?, par Jeanne Larghero, Artège, septembre 2018, 17 euros.

Tags:
bonheur
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]