Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

En France, cinq millions de personnes vivent dans la pauvreté

POOR WOMAN
Partager

Le nombre de personnes pauvres en France a augmenté de 600.000 en dix ans, passant de 4,4 millions à cinq millions, révèle la première édition du rapport sur la pauvreté, réalisé par l’Observatoire des inégalités.

Près d’un mois après la présentation du « plan pauvreté » d’Emmanuel Macron, l’Observatoire des inégalités présente son rapport sur la pauvreté en France. Et le constat est inquiétant : depuis dix ans, le nombre de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté en France augmente. « En considérant une définition restrictive, c’est-à-dire le seuil de pauvreté situé à la moitié du revenu médian (855 euros par mois), le nombre de personnes pauvres a augmenté de 600.000 en dix ans, de 4,4 millions à 5 millions », détaille le document. « Au cours de la même période, le taux de pauvreté est passé de 7,3% à 8% de l’ensemble de la population. La décennie 2000, et plus encore la crise déclenchée en 2008, ont marqué un retournement historique de la tendance : la pauvreté ne diminue plus en France. »

Ce qui se passe aujourd’hui dans les sociétés occidentales n’est pas un appauvrissement massif des plus pauvres, constatent les auteurs du rapport. C’est une augmentation du nombre de personnes qui décrochent du niveau de vie des classes moyennes. « Ces milieux les plus modestes accèdent de moins en moins aux standards de vie, et en particulier de consommation, qui sont les plus courants. Cet écart est d’autant plus pesant que la valeur d’égalité constitue l’un des piliers de notre République d’un côté, et que la pression à consommer est énorme, de l’autre », indiquent-ils.

Autre constat alarmant : les visages de la pauvreté, à savoir ceux de la jeunesse. « Les plus jeunes sont les plus touchés par l’augmentation de la pauvreté. Si l’expression « enfants pauvres » est trompeuse, plus d’un enfant sur dix vit sous le seuil de pauvreté du fait des bas revenus de ses parents », détaille l’Observatoire. « On oublie plus encore les jeunes adultes de 20 à 29 ans, dont 11,8% sont pauvres, souvent les peu diplômés en difficulté d’insertion professionnelle. […] L’augmentation du chômage, l’extension des contrats précaires et du temps partiel subi, l’alternance entre périodes d’emploi et de chômage ont fait le lit de la pauvreté pour une minorité de la population, qui subit comme une double peine, à la fois la privation matérielle et les exigences de flexibilité des mieux installés. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.