Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Un bateau peut-il battre pavillon vatican ?

© Patrick Bar / SOS Méditerranée France
L'Aquarius fait renaître l'espoir aux migrants © Patrick Bar / SOS Méditerranée France
Partager

L’Aquarius, navire affrété par l’ONG SOS Méditerranée et qui compte actuellement 58 migrants à son bord, est en quête d’un pavillon après la décision du Panama de lui retirer son immatriculation.

L’organisation médecins sans frontières (MSF) a lancé ce jeudi 27 septembre un appel aux différents gouvernements pour que l’Aquarius, navire humanitaire affrété par l’ONG SOS Méditerranée, obtienne un pavillon après la décision du Panama de lui retirer son immatriculation. Le bâtiment se trouve actuellement au large de Malte avec 58 migrants à son bord, dans l’attente de les transborder sur un autre bateau dans les eaux internationales.

Alors que la possibilité pour l’Aquarius de recevoir un pavillon du Vatican a été évoqué dans la presse, Frédéric Penard, directeur des opérations de SOS Méditerranée, a indiqué que si cette offre devait exister elle serait « bien accueillie » par son association. « Nous n’avons pas directement contacté le Vatican, il existe un registre [d’immatriculation maritime] au Vatican qui, selon moi, n’a pas été utilisé depuis plus d’un siècle », a-t-il déclaré. « Mais nous accepterions volontiers une proposition du Vatican car nous avons besoin d’un pavillon pour que l’Aquarius poursuive sa mission en Méditerranée ».

Une flotte vaticane…théorique

Depuis que l’État du Vatican existe, hors période des États pontificaux disparus en 1870, aucun navire battant pavillon Vatican n’a encore sillonné les mers. Pourtant, le Vatican dispose bien d’une flotte, explique l’Osservatore Romano. En effet, dans l’article i du texte intitulé Acta Apostolicae Sedis du 15 septembre 1951, numéro 10, année XII, dans la section supplémentaire relative aux lois et aux dispositions de l’État, il est écrit que « des navires appartenant à l’État, à des citoyens du Vatican, ou à des organismes du Vatican, dûment autorisés par la Commission pontificale pour l’État de la Cité du Vatican, peuvent être affectés au transport par voie maritime de personnes ou de marchandises en direction de la Cité du Vatican ou provenant de celle-ci ».

En juin dernier, alors que l’Italie avait refusé d’accueillir ce navire avec à son bord quelque 600 migrants récupérés dans la mer Méditerranée, le pape François avait déclaré qu’on ne peut pas « rejeter les personnes qui arrivent ». D’où les spéculations de certains sur la possibilité pour l’Aquarius de recevoir un pavillon du Vatican. Interrogé, Greg Burke, le porte-parole du Vatican, a répondu ne pas avoir, « dans l’immédiat », de commentaire.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.