Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ces passages de la Bible qui aident à dépasser sa colère

Partager

Les versets bibliques sont de vrais supports pour guider le croyant dans sa vie personnelle au jour le jour. Pour vous accompagner pendant la période estivale, Aleteia en a choisi une centaine, répartie en dix volets, dont celui-ci sur la colère, à mémoriser comme des petites phrases-clefs pour bien préparer la rentrée.

Les secrets d’une vie chrétienne épanouie résident dans la Parole de Dieu. Ainsi, les versets bibliques sont proposés aux fidèles dans les célébrations liturgiques, les catéchèses, ou lors de retraites pour les guider dans leur vie personnelle au jour le jour. Qu’on les lise, les prie, ou les médite, ils permettent de repenser aux promesses de Dieu, à la vraie Vérité, par rapport à la vie, par rapport à la nature humaine, en toute circonstance. Et les vacances sont un moment propice pour se familiariser avec quelques phrases clefs pour ne pas laisser les mauvaises pensées ou certains vilains défauts prendre le dessus.

La colère est l’un des défauts les plus courants. C’est même l’un des sept péchés capitaux dont découlent tous les autres. Si elle n’est pas maitrisée, elle peut avoir de terribles conséquences sur notre équilibre mental et spirituel et celui de nos proches. Car, un coeur rempli de colère fait dire ou commettre de mauvaises choses. « Un coléreux provoque des querelles, un fou furieux multiplie les crimes », met en garde le Livre des Proverbes (Pr 29, 22). Et l’on finit toujours par le regretter. Et ce ne sont pas les seuls avertissements que donnent ces Proverbes de l’Ancien Testament qui regorgent de sages dictons sur la manière de bien vivre sa vie.

La meilleure arme : la patience

 Il faut de la patience pour surmonter sa colère. Faire preuve de sagesse et de force pour supporter l’insupportable sans représailles, nous disent les Proverbes :

« Un homme de bon sens retient sa colère, il met son point d’honneur à passer sur l’offense » (Pr 19, 11).

« L’homme patient vaut mieux que le héros : mieux vaut maîtriser son humeur que prendre une ville » (Pr 16, 32)

Préférer la retenue

La Bible conseille de se débarrasser très vite de la colère pour ne pas risquer de tomber dans le péché. Car il est beaucoup plus facile de se laisser aller à la colère que de l’apaiser. C’est la recommandation de l’apôtre Paul aux Éphésiens : « Si vous êtes en colère, ne tombez pas dans le péché ; que le soleil ne se couche pas sur votre colère. Ne donnez pas prise au diable » (Ep 4, 26-27).

« L’insensé à toute heure exprime ses humeurs, le sage a du recul et les tempère » (Pr 29, 11), nous disent aussi les proverbes. La meilleure réponse face à l’agressivité est donc une attitude paisible car « Une réponse paisible calme la fureur, un mot blessant déclenche la colère » (Pr 15, 1).

Retenir sa colère, pour un chrétien, c’est choisir de se comporter différemment, s’arrêter avant de perdre la maitrise de ses émotions et faire confiance à la justice de Dieu, comme recommandé dans la Genèse et dans la lettre de saint Jacques :

« Loin de toi de faire une chose pareille ! Faire mourir le juste avec le coupable, traiter le juste de la même manière que le coupable, loin de toi d’agir ainsi ! Celui qui juge toute la terre n’agirait-il pas selon le droit ? » (Gn 18, 25).

« Sachez-le, mes frères bien-aimés : chacun doit être prompt à écouter, lent à parler, lent à la colère, car la colère de l’homme ne réalise pas ce qui est juste selon Dieu » (Jc 1, 19-20)

Agir plutôt que réagir

On peut gérer sa colère en respectant les principes bibliques selon lesquels « En vivant dans la vérité de l’amour, nous grandirons pour nous élever en tout jusqu’à celui qui est la Tête, le Christ » (Ep 4, 15). Ainsi, « Aucune parole mauvaise ne doit sortir de votre bouche ; mais, s’il en est besoin, que ce soit une parole bonne et constructive, profitable à ceux qui vous écoutent » (Ep 4, 29).

Si vous êtes en colère, « ne tombez pas dans le péché ; que le soleil ne se couche pas sur votre colère » (Ep 4, 26) exhorte Paul aux Éphésiens en les invitant à agir plutôt qu’à réagir. « Amertume, irritation, colère, éclats de voix ou insultes, tout cela doit être éliminé de votre vie, ainsi que toute espèce de méchanceté », insiste-t-il, « Soyez entre vous pleins de générosité et de tendresse. Pardonnez-vous les uns aux autres, comme Dieu vous a pardonné dans le Christ » (Ep 4, 31-32).

De cette manière on s’attaque au problème pas à la personne. On permet à Dieu d’agir pour nous donner la force de faire le bien et vaincre ainsi chaque tentation d’élever la voix, faisant grandir en nous cette douceur qui fait supporter avec patience tout ce qui nous contrarie.

Mais alors pourquoi dit-on « sainte colère »

Quel est donc cette sainte colère dont parle la Bible ? « La Bible rayonne des éclairs de justes colères, comme celle du “doux Moïse” devant l’idole du veau d’or. Jésus Lui-même, l’Homme-Dieu, s’enflamme à plus d’une reprise. Le grand ménage qu’Il entreprend sur le parvis du temple en chassant les marchands est resté célèbre », rappelle un article de Famille Chrétienne sur cette question. On se souviendra de l’épisode de « la guérison de l’homme à la main desséchée » au cours duquel Jésus promène sur les pharisiens un « regard de colère, navré de l’endurcissement de leurs cœurs » (Mc 3, 5).

Prière pour devenir des « doux »

La douceur fut la grande vertu de saint François de Sales. Pourtant saviez-vous qu’il l’acquit par sa persévérance à combattre la colère à laquelle il était enclin ? Voici, pour l’imiter, la Prière qu’il adressait à Dieu pour s’exercer à « la douceur dans les rencontres et les contrariétés quotidiennes » :   

« Ô Seigneur, avec Ton aide, je veux m’exercer à la douceur dans les rencontres et les contrariétés quotidiennes. Dès que je m’apercevrai que la colère s’allume en moi, je recueillerai mes forces, non avec violence, mais doucement, et je chercherai à rétablir mon cœur dans la Paix. Sachant que je ne peux rien seul, je prendrai soin de T’appeler au secours, comme le firent les Apôtres ballottés par la mer en furie. Enseigne-moi à être doux avec tous, même avec ceux qui m’offensent ou me sont opposés, et jusqu’avec moi-même, ne m’accablant pas à cause de mes défauts. Quand je tomberai, malgré mes efforts, je me reprendrai doucement et dirai : “Allons, mon pauvre cœur, relevons-nous et quittons cette fosse pour toujours. Recourons à la Miséricorde de Dieu, elle nous viendra en aide.” Amen ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]