Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Crise au Cameroun : des responsables religieux se rencontrent fin août

CHRISTIAN TUMI
Giancarlo GIULIANI I CPP I CIRIC
5 mars 2013 : Le card. Christian WIYGHAN TUMI (Cameroun), archevêque émérite de Douala, quitte une session de travail au Vatican, Rome, Italie.

March 5,2013: Card. Christian WIYGHAN TUMI leaves after a meeting at the Vatican, Rome, Italy.
Partager

Plusieurs responsables religieux chrétiens et musulmans vont se retrouver les 29 et 30 août pour une conférence générale anglophone afin de trouver une solution à la crise que traverse le Cameroun depuis plusieurs mois.

Alors qu’un prêtre a été sauvagement assassiné dans la région anglophone du Sud-Ouest du Cameroun le 20 juillet, plusieurs leaders religieux ont annoncé la tenue d’une conférence générale anglophone les 29 et 30 août dans la ville de Buea (Sud-Ouest). L’objectif : trouver une solution à la violente crise que traverse le pays depuis plusieurs mois.

Parmi les participants se trouvent le cardinal Christian Tumi, archevêque émérite de Douala, le pasteur Babila George Fochang, de l’Église presbytérienne du Cameroun (EPC), l’imam Tukur Mohammed Adamu, de la mosquée centrale de Bamenda, et le chef imam Alhadji Mohammed Aboubakar, de la mosquée centrale de Buea.

Pour mémoire, alors que les évêques camerounais ont lancé en mai un profond « cri de détresse » face à la détérioration de la situation sécuritaire dans les régions anglophones du pays, les combats sont devenus quasi quotidiens entre les forces de sécurité camerounaises, déployées massivement dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du pays, et des hommes armés se présentant comme les « forces de restauration » d’un État anglophone. Au total, 160 000 personnes ont dû fuir leur logement à la suite des violences, rapporte l’ONU. D’après le centre International Crisis Group (ICG), « au moins 120 » civils et « au moins 43 » membres des forces de sécurité ont été tués depuis fin 2016. Le bilan côté séparatistes est inconnu.

Pour l’ICG, « étant donné l’opposition de Yaoundé à toute médiation internationale, l’Église catholique est quasiment le seul acteur en mesure d’intervenir et de promouvoir le dialogue entre le gouvernement et les régions anglophones ».

Tags:
cameroun
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]