Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Au Cameroun, un prêtre assassiné dans la zone anglophone

YAOUNDE' CATHEDRAL
La cathédrale Notre-Dame-des-Victoires de Yaoundé.
Partager

Le curé de la paroisse catholique de Bomaka, un quartier de Buea, la capitale de la région anglophone du Sud-Ouest du pays, a été tué le 20 juillet par des individus non identifiés.

C’est un nouveau drame qui vient endeuiller l’Église catholique du Cameroun. Le père Alexander Sob, curé de la paroisse catholique de Bomaka, un quartier de Buea, la capitale de la région anglophone du Sud-Ouest du Cameroun, a été tué ce vendredi 20 juillet par des individus non identifiés. « Nous avons reçu des photographies du corps du prêtre décédé », Alexander Sob, a indiqué un chargé de communication de l’Église catholique à Yaoundé, précisant que les auteurs du meurtre restent inconnus et que le corps est mutilé.

« C’est avec un cœur lourd et une grande tristesse que nous annonçons le rappel à Dieu de notre prêtre bien-aimé le Révérend Alexander Nougi Sob, un prêtre de notre église locale qui a été abattu à Muyuka », a déclaré avec émotion le vicaire général du diocèse de Buea, le révérend Asek Bernard. Les autorités camerounaises ne se sont quant à elles pas encore exprimées sur les circonstances de la disparition du prêtre.

Alors que les évêques camerounais ont lancé en mai un profond « cri de détresse » face à la détérioration de la situation sécuritaire dans les régions anglophones du pays, les combats sont devenus quasi quotidiens entre les forces de sécurité camerounaises, déployées massivement dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du pays, et des hommes armés se présentant comme les « forces de restauration » d’un État anglophone. Au total, 160 000 personnes ont dû fuir leur logement à la suite des violences, rapporte l’ONU. D’après le centre International Crisis Group (ICG), « au moins 120 » civils et « au moins 43 » membres des forces de sécurité ont été tués depuis fin 2016. Le bilan côté séparatistes est inconnu. Pour l’ICG, l’Église catholique est le seul acteur à même de « promouvoir le dialogue » entre les insurgés et le gouvernement.

Tags:
cameroun
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]