Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Les 4 articles les plus partagés

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment évacuer ses pensées négatives pendant les vacances ?

MAN HOLIDAYS
Partager

Ce sont les vacances, et malgré tout, des pensées s’insinuent dans votre esprit qui vous empêchent d’en profiter pleinement. Comment les traquer et s’en détourner ?

Obsessions estivales, perfectionnisme en tout temps, sentiment de culpabilité, imagination débordante… Toutes ces émotions viennent parfois empiéter sur la sérénité que l’on cherche à atteindre pendant ses vacances d’été.

Stop aux obsessions

Certaines personnes, angoissées par nature, peuvent être happées, chaque été, par les mêmes pensées anxiogènes. Cela peut-être la peur des cambriolages, la crainte d’un tsunami ou plus simplement la terreur d’attraper un coup de soleil ! Lorsque ces idées noires deviennent récurrentes et entêtantes, et qu’on ne parvient pas à les chasser de son esprit, elles empêchent réellement de profiter de ses vacances. Une solution pour retrouver un peu de quiétude : prendre les moyens, en amont, pour se tranquilliser. Installer un système d’alarme, mettre les objets précieux au coffre de la banque, se renseigner sur les endroits les plus à l’abri des raz-de-marée, investir dans des parasols, des tenues anti-UV et des tubes de crèmes solaires et éviter la plage aux heures chaudes… Il existe des solutions pour diminuer les angoisses obsessionnelles. A chacun d’anticiper, pour éviter qu’elles ne polluent vos semaines de vacances.

Stop à la culpabilité

Une autre source d’anxiété est parfois liée à la culpabilité. D’avoir, par exemple, laissé un travail en suspens dans sa vie professionnelle, ou confié ses enfants pour une semaine en amoureux. Prenez en ce cas le temps de vous redire les bonnes raisons qui vous ont poussé à prendre cette décision. La tâche a peut-être été laissée en suspens, mais vous ne pouviez pas faire autrement parce que vous attendez la réponse de tel fournisseur ou de tel client. Vos enfants sont chez leurs grands-parents, parce que vous aviez besoin de ce temps à deux pour vous ressourcer. Une fois les bonnes raisons exprimées, voire à l’oral ou par écrit, classez l’affaire afin de vous relâcher complètement.

Stop au perfectionnisme

N’allez pas gâcher vos vacances par un excès de perfectionnisme ! Que ce soit en matière d’éducation ou de tenue de la maison, c’est le moment de lâcher prise. Tant pis si les enfants n’ont pas vu l’ombre d’un légume depuis deux jours, s’ils se couchent un peu tard cette semaine ou si l’appartement de location ressemble à un champ de bataille. Les vacances ont un caractère provisoire et exceptionnel, qui autorise à un peu de relâchement.

Stop à la charge mentale

Avant de partir en vacances, essayez de terminer toutes les tâches qui plombent votre charge mentale. Réglez les dernières factures, achetez les fournitures pour la rentrée, finalisez l’inscription à la danse, prenez les rendez-vous de médecin et de coiffeur pour septembre… Vous partirez l’esprit beaucoup plus léger ! Et si vous n’avez pas le temps d’anticiper, notez tout cela sur une liste qui attendra la fin des vacances pour être cochée. Le fait de l’écrire allégera votre charge mentale.

Stop à l’imagination galopante

D’autres peuvent être en proie à une imagination débordante et avoir tendance à « se faire des films » qui n’ont pas lieu d’être. Des scénarii catastrophes qui polluent l’esprit et n’apportent aucun réconfort. On peut ainsi imaginer un dégât des eaux pendant son absence, ou bien un accident de la route parce que son conjoint n’est toujours pas rentré du supermarché. Ces anticipations génèrent du stress, alors que les stopper à temps permet d’être plus serein.

Stop à l’idéalisation des vacances

Attention. Trop idéaliser ses vacances peut être la source d’un désenchantement. Eh non, vous ne serez pas tout seul sur la plage. Eh oui, il y aura, comme toute l’année, la queue à la caisse du supermarché ou de l’attente chez le marchand de glaces. Peut-être ne fera-t-il pas beau. La désillusion engendre énervement et mal être. Le tout est d’arriver à relativiser, prendre son mal en patience, à se détendre et à se tourner vers l’essentiel.

Tags:
vacances
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]