Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

La Croatie, pays au fair-play flamboyant

CROATIA FOOTBALL
Denis Lovrovic I AFP
Partager

À l’image de leur présidente Kolinda Grabar-Kitarović, le peuple croate a, paradoxalement, « fêté » sa défaite en Coupe du monde hier soir, affichant un fair play hors du commun.

Vaincue 4-2 par la France en finale de la Coupe du Monde ce dimanche, la Croatie a cependant été traversée par une liesse populaire sans précédent hier soir, après le coup de sifflet final. Les supporters de l’équipe au damier se sont regroupés par milliers place Jelačić à Zagreb, arborant des mines réjouies, portant drapeaux et maillots rouge et blanc, afin de rendre hommage aux Vatreni (les « Flamboyants »). Et pour cause, vingt ans après la génération dorée de Zvonimir Boban et Davor Šuker, ils ont réussi, emmenés par le capitaine Luka Modrić, à qualifier leur petit pays de 4,1 millions d’habitants pour la finale de la Coupe du monde, et à se hisser jusqu’en finale.

Une présidente remarquée

Kolinda Grabar-Kitarović, à la tête du pays depuis trois ans sous les couleurs de l’union démocratique croate, un parti catholique de centre droit, a largement affiché son enthousiasme malgré le résultat du match, en embrassant avec chaleur non seulement ses valeureux « Flamboyants », mais aussi les Bleus, faisant fi de la pluie battante. Elle s’est ensuite rendue dans les vestiaires des Français, en compagnie d’Emmanuel Macron et de Vladimir Poutine, où elle s’est exclamée, très fair-play, « Vive la France ! »

Des supporters tristes et fiers à la fois

En Croatie, les supporters sont tout à la fois tristes, fiers et heureux. Tristes de terminer sur une défaite après un long parcours ponctué de trois prolongations et de deux séances de tirs au but pour se hisser en finale, mais aussi fiers et heureux d’y être parvenus, et ce pour la toute première fois de leur histoire.

Joie d’autant plus partagée que le football est une véritable passion pour ce jeune pays indépendant depuis 1991. Et pour preuve, alors que la majorité des pays emploie un anglicisme pour désigner le sport au ballon rond, les Croates ont adopté le terme nogomet, créé à partir des mots noga, « jambe » et metati « mettre, placer ».

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]