Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pourquoi se contenter d’un hélicoptère quand on peut avoir… un bras ?

DAVID AGUILAR
Hand Solo | Youtube
Partager

David Aguilar est un jeune homme de 19 ans. Un regard pétillant, un visage d’ange et un sourire rempli d’espoir. À 9 ans, il mélange subtilement le statut d’enfant et d’ingénieur en se servant des Lego pour réaliser une prothèse pour son bras.

David Aguilar est un jeune franco-espagnol de 19 ans résidant à Andorre. Sa différence lui a valu quelques remarques péjoratives durant sa scolarité. En effet, il est né avec une malformation que l’on nomme agénésie, c’est-à-dire qu’il n’a pas d’avant-bras droit. Pourtant, de son infirmité il en tire une force et beaucoup de courage : à partir de presque rien, il réussit à construire une prothèse pour pallier son handicap.

C’était il y a 10 ans, allongé sur son lit, David songe. Soudain son regard se fixe sur un de ses jouets, un hélicoptère en Lego. Une couche de poussière le recouvre. Il commence à le démonter, le manipule et construit quelque chose qui ressemble vaguement à un bras. L’idée surgit tout à coup : pourquoi ne pas essayer de faire une prothèse ? Il s’enferme dans sa chambre et en une semaine, il finit par être le créateur d’une prothèse pour son avant-bras. Devant sa glace, le jeune garçon de 9 ans est fier de lui, fier d’être un peu comme Iron Man, fier d’avoir un bras.

Et aujourd’hui ?

Présent au salon VivaTech 2018, il explique dans une vidéo du journal Les Echos le fonctionnement de deux de ses créations : « Bon bah, ça c’est mes prothèses ». Sa simplicité, son accent chantant et son regard intelligent sont déconcertants. D’un geste à l’aise et spontané, il montre la première : « Celle-là, je l’appelle MK1 parce que c’est une référence à Iron Man ». Le fonctionnement est astucieux et simple : il la pose sur son bras et pour consolider l’appui, il doit visser un piston. Quand il lève son coude, les pinces qui servent de doigts se ferment. À l’inverse, s’il baisse son coude cela ouvre les deux pinces. Sa deuxième prothèse est plus performante, plus solide et plus fonctionnelle. Il l’a fabriqué en deux jours avec une maquette d’avion de Lego Technic. Pour autant il ne voue pas aux prothèses une admiration déraisonnée et rappelle qu’il n’a pas toujours eu envie d’en porter. Dans l’interview, il explique : « C’est une limitation avec laquelle je dois vivre, c’est ma personne, c’est comme cela que je suis ».

Aujourd’hui, après plusieurs vidéos et beaucoup d’articles, le jeune homme est connu de tous. Son futur semble tout tracé puisqu’il a obtenu une bourse dans une université de Catalogne, afin de travailler dans le domaine de la bio-ingénierie. Son objectif est à la hauteur de son génie, il souhaite aider les personnes ayant le même handicap que lui, en fabriquant des prothèses moins chères que celles sur le marché.

L’espoir résonne dans le cœur d’un jeune homme qui aurait pu se laisser abattre par son handicap. Un sourire, de la vivacité, une ouverture d’esprit, un caractère bienveillant : les éléments pour une vie heureuse.

Tags:
handicap
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]