Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Les cinq choses (utiles) à savoir sur le mariage de Harry et Meghan

PRINCE HARRY AND MEGHAN MARKLE
AP
Partager

Le prince Harry, second fils du prince Charles et de Lady Di, épouse ce samedi 19 mai l’actrice américaine Meghan Markle. La cérémonie doit se dérouler dans la chapelle Saint-George du château de Windsor. Événement futile pour certains, il prend une dimension planétaire compte-tenu de sa retransmission sur les télévisions du monde entier. Aleteia a choisi de souligner les cinq choses importantes qui entourent ce mariage.

1. Le rite anglican

La messe du mariage débutera à 13h, heure française à la chapelle Saint-George du château de Windsor. Elle sera célébrée selon le rite traditionnel de l’Eglise anglicane, cérémonie très proche de la liturgie catholique. La messe sera conduite par le révérend David Conner, doyen de Windsor. C’est lui qui accueillera les 600 invités. Viendront ensuite la déclaration d’intention et les voeux des futurs époux, avant que Mgr David Conner ne formule l’adresse invitant quiconque souhaitant s’opposer au mariage à s’exprimer ou se taire à jamais.

L’archevêque de Canterbury, Mgr Justin Welby, primat de l’Eglise anglicane, officiera pour l’échange des consentements des époux. Pour ce moment clé de la cérémonie, le choix des mots dépend des couples. Ainsi, si certains optent parfois pour des formules traditionnelles, héritées du vieil anglais, le Prince Harry et Meghan Markle ont vraisemblablement préféré choisir un texte plus simple et plus moderne. L’échange des consentements se terminera par la bénédiction des époux par tous les prêtres concélébrants.

2. Le grand rendez-vous de l’église anglicane

Le révérend Michael Bruce Curry, chef de l’Eglise anglicane américaine, prendra la parole au cours de la cérémonie du mariage. « L’amour qui a réuni et qui liera le prince Harry à Meghan Markle a sa source et son origine en Dieu. Il est la clé de la vie et du bonheur », a-t-il déclaré dans un communiqué transmis par le palais de Kensington. Originaire de Chicago, Mgr Michael Bruce Curry, âgé de 65 ans, est le primat de l’Église anglicane des États-Unis depuis novembre 2015. Très charismatique, il est le premier Afro-Américain à occuper cette fonction. De son côté, Mgr Justin Welby a « tweeté » qu’il était ravi de la présence du prélat américain le 19 mai prochain : « Il est un brillant pasteur, un prédicateur éblouissant et quelqu’un qui a un merveilleux don de partager la bonne nouvelle de Jésus Christ ».

Meghan Markle a été baptisée et confirmée selon le rite anglican en mars. Elle était jusque-là protestante. Elle aurait choisi de rejoindre l’Église d’Angleterre par respect pour le rôle d’Elizabeth II, la grand-mère de Harry. Notons que les catholiques sont exclus de la succession au trône britannique. Jusqu’en 2013 cette exclusion concernait également les héritiers mariés à des catholiques.

3. Saint-George, une chapelle vraiment royale

La cérémonie du mariage se déroulera dans la chapelle Saint-George, haut lieu de la monarchie britannique. Edifiée entre 1475 et 1528, elle est située dans l’enceinte du château de Windsor, l’une des trois résidences officielles de la reine Elizabeth, à 35 kilomètres à l’ouest du centre de Londres, elle est la dernière demeure des onze souverains précédents. La chapelle Saint George a une « particularité royale » ce qui signifie qu’elle n’est pas sous l’autorité d’un évêque mais directement de celle du monarque.

Cette chapelle au style gothique remarquable revêt une signification particulière pour le prince Harry. C’est là qu’il a été baptisé le 21 décembre 1984. Elle est aussi très importante pour toute la famille royale puisqu’elle a accueilli quantité de mariages royaux : le site web officiel de la chapelle en recense quinze depuis celui d’Edouard VII avec la Princesse Alexandra du Danemark, en 1863. Plus récemment, la chapelle a accueilli le mariage du fils de la Princesse Anne en 2008. En 2005, une cérémonie de prière s’y est tenue après le mariage civil du Prince Charles – le père d’Harry – avec Camilla Parker-Bowles, la duchesse de Cornouailles.

4. Une attention toute particulière pour la musique

Pour accompagner la cérémonie, le couple a choisi de faire appel à une sélection de chorales et de solistes coordonnées par le directeur musical de la Chapelle Saint-Georges, James Vivian. L’orchestre de la BBC du Pays de Galles, l’English Chamber Orchestra, et le Philharmonia Orchestra seront dirigés par Christopher Warren-Green, déjà présent pour le mariage du Prince William et de Kate Middleton. Pour la première fois, une chorale gospel, le Kingdom Choir, dirigé par Karen Gibson, chantera lors d’un mariage royal. Le palais de Kensington a également annoncé la participation à la cérémonie du jeune violoncelliste Sheku Kanneh-Mason, lauréat 2016 du concours BBC Young Musician.

ROYAL,WEDDING,PRINCE HARRY,MEGHAN MARKLE
Shutterstock

5. Les fleurs et les cadeaux

Plutôt que de le jeter en l’air comme le veut la tradition anglo-saxonne, Meghan Markle devrait déposer son bouquet de mariée sur la tombe du soldat inconnu, dans l’abbaye de Westminster. Ce geste est fidèle à une tradition commencée par Queen Mum, l’arrière grand-mère du Prince Harry, en mémoire de son frère Fergus mort pendant la Première Guerre mondiale. Les nombreuses fleurs restantes seront offertes à des organisations caritatives et des hôpitaux. Lors du mariage du Prince William et de Kate Middleton, pas moins de 30.000 fleurs ornaient l’abbaye de Westminster ! À la place des cadeaux de mariage, le jeune couple a demandé l’envoi de dons adressés à des organisations caritatives sélectionnées. C’est également ce que firent William et Kate. Grâce à l’engouement du « royal wedding », ces fondations devraient recevoir des soutiens financiers conséquents.

Tags:
mariage
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.