Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

En images : le bienheureux Charles d’Autriche et son épouse Zita

Public Domain
Partager
Commenter

Traditionnellement, l’Église commémore, chaque année, la vie d’un saint ou d’une sainte le jour de l’anniversaire de sa mort. Cependant, ce n’est pas le cas du Bienheureux Charles d’Autriche. L’Église a préféré privilégier une date plus significative de sa vie, celle qui marqua une étape clé dans son chemin vers la sainteté : le jour de son mariage, célébré le 21 octobre 1911.

Dernier empereur d’Autriche et roi de Hongrie, défenseur inlassable de la paix pendant la première guerre mondiale, le Bienheureux Charles de Habsbourg naît le 17 août 1887 en Autriche. Il est le petit-neveu de l’empereur François-Joseph. Élevé par ses parents dans un catholicisme fervent, il se fait vite remarquer par sa grande piété. L’enfant reçoit une éducation soignée qu’il poursuit au cours de ses études secondaires, chez les bénédictins. Comme l’ordre de succession lui laisse peu de chances de devenir empereur, il se voue à une carrière militaire. Séduit par la princesse Zita de Bourbon-Parme qui partage avec lui une très grande piété, il la demande en mariage en 1911 à Mariazell, durant un pèlerinage. Charles d’Autriche et Zita forment un couple admirable. Ils élèvent huit enfants.

Dieu au centre de la vie du couple

Une succession de décès et de drames familiaux le rapproche du trône, et c’est à la suite de l’assassinat de son oncle, François-Ferdinand à Sarajevo, qu’il devient l’héritier direct en 1914. Ainsi, à la mort de François-Joseph en 1916, il devient empereur. Mais diriger un empire en pleine guerre implique d’infinies difficultés.

Au milieu de la tempête, Charles n’oublie jamais l’importance de son mariage. Malgré l’humiliation de l’exil en 1918 qui les isolera définitivement dans l’île de Madère où ils vivent dans une grande pauvreté, Charles et Zita demeurent plus que jamais unis, y compris lorsqu’ils doivent faire face à la maladie qui emporte finalement Charles en 1922.

Une vocation à la sainteté

Au cours de son homélie, prononcée le jour de sa béatification en 2004, le pape Jean Paul II a rappelé que « le devoir décisif du chrétien consiste à chercher en toute chose la volonté de Dieu, à la reconnaître et à la suivre. L’homme d’État et le chrétien, Charles d’Autriche, se fixa quotidiennement ce défi. Il était un ami de la paix. À ses yeux, la guerre apparaissait comme une chose horrible (…) Sa principale préoccupation était de suivre la vocation du chrétien à la sainteté également dans son action politique. C’est pour cette raison que l’assistance sociale avait une telle importance à ses yeux. Qu’il soit un exemple pour nous tous, en particulier pour ceux qui ont aujourd’hui une responsabilité politique en Europe ! ».

Le Bienheureux Charles d’Autriche et son épouse Zita sont une source d’inspiration sans fin pour bâtir un mariage solide et rayonnant.

Pour voir les photos du couple, cliquez sur le diaporama :

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]