Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Mont-Sainte-Odile : depuis 1931, des fidèles se relaient jour et nuit pour prier

© Shutterstock
Mont-Sainte-Odile
Partager
Commenter

Haut lieu spirituel situé à 753 mètres d'altitude, le Mont-Sainte-Odile, est cher au cœur des Alsaciens. Jour et nuit depuis presque 90 ans, des fidèles issus de toute l'Alsace se relaient pour venir adorer le Saint-Sacrement.

Très attachés à leur patronne sainte Odile, les Alsaciens portent une dévotion toute particulière au Mont-Sainte-Odile qui lui est dédié. Situé sur une promontoire rocheux en grès rose, d’où on peut apercevoir le Rhin et la Forêt-Noire, le Mont-Sainte-Odile domine la plaine d’Alsace.

© Shutterstock
Mont-Saint-Odile

Un abbesse au sang noble

Née à la fin du VIIe siècle, sainte Odile est d’ascendance royale. Son père, un duc alsacien nommé Aldaric, la rejette et l’envoie au monastère de Balma (Doubs) lorsqu’il découvre, à sa naissance, qu’elle est aveugle. Mais lors de son baptême, administrée par l’évêque de saint Erhard, survient un miracle : elle retrouve la vue ! Suite à plusieurs péripéties, son père finit par l’accepter et l’accueille à nouveau chez elle. Elle devient la première abbesse du monastère de Hohenbourg, fondé par son père, qui prendra, par la suite, le nom de Sainte-Odile. Jusqu’à la Révolution française, ce couvent accueille une centaine de religieuses. En 1853, l’évêque de Strasbourg lance une souscription auprès des Alsaciens pour racheter le Mont.

© Wikimedia
Mont-Sainte-Odile

Une adoration sans interruption

La particularité du Mont-Sainte-Odile est la pratique de l’adoration perpétuelle. L’adoration et la louange de Dieu étaient la préoccupation majeure de la sainte et des religieuses. Cette pratique s’inspirait de la règle monastique de saint Colomban, à laquelle sainte Odile se référait, qui prévoyait la « Laus perennis » qui signifie « la louange continue ». L’adoration eucharistique peut se pratiquer à tout moment, mais dans certains lieux, comme le Mont-Sainte-Odile, le Saint-Sacrement est exposé en permanence, et les fidèles laïques ou religieux se relaient en continue auprès de lui.

© Shutterstock
Mont-Sainte-Odile

C’est Mgr Ruch, évêque de Strasbourg, qui en 1924, exprime son souhait qu’une adoration perpétuelle soit instituée en Alsace. Le projet est validé sept ans plus tard et l’adoration débute le 5 juillet 1931. Depuis, semaine après semaine, des hommes et des femmes, venant de diverses villes d’Alsace, se relaient jour et nuit pour assurer l’adoration du Saint-Sacrement. Les groupes d’adoration comptent environ 20 à 30 personnes. Depuis quelques années, les groupes d’adorateurs diminuent et les jeunes générations se sentent moins impliquées dans cette dévotion. Le diocèse est donc continuellement à la recherche de personnes volontaires afin de renforcer les équipes et garder cette tradition vivante.

Aujourd’hui, une trentaine de paroisses pratique l’adoration perpétuelle en France. La plus connue reste celle du Sacré-Coeur de Montmartre, à Paris, où l’adoration est pratiquée depuis le 1er août 1885.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]