Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La Maison de Tom Pouce, crèche du XXIe siècle

PREGNANT WOMAN ALONE
Partager

Lorsque les situations conjugales, familiales ou financières sont compliquées, et que l’avortement paraît la solution la plus simple, des associations volent au secours des femmes enceintes, et de leur enfant.

« Elle enfanta Son Fils premier-né, et Elle L’enveloppa de langes, et Le coucha dans une crèche, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie », lit-on dans saint Luc (2, 7), lors de la Nativité de Jésus. Aujourd’hui encore, il arrive qu’« il n’y ait plus de place dans l’hôtellerie » et que des femmes, parce qu’elles décident de garder un enfant, soient confrontées à la violence, à la précarité, ou à l’abandon.

Une association, La Maison de Tom Pouce, s’est donnée pour mission d’héberger de jeunes mères, ou des futures mères, en grande difficulté, dans deux maisons situées au cœur de la Seine-et-Marne, et de leur fournir un soutien moral, psychologique, affectif et financier, dans la chaleur et la sécurité d’une ambiance familiale.

Se tourner vers la vie

C’est à l’initiative du Professeur Jérôme Lejeune, généticien, et de Geneviève Poullot, qu’est créée en 1975 l’association Les Femmes et Les Enfants d’Abord, dont la vocation consistait à apporter un soutien moral et une aide financière à toute femme enceinte en difficulté.

En 1987, grâce à cette association, Marie-Noëlle Couderc, la directrice actuelle, fonde La Maison de Tom Pouce, centre d’hébergement d’urgence destiné à accueillir toute femme enceinte dès le premier mois de grossesse. La Maison de Tom Pouce favorise également la réinsertion des jeunes mamans, en leur donnant les moyens de devenir des mamans autonomes et responsables.

En 2017, l’association a accueilli plus de soixante mères, et a financé 190 nuitées d’hôtel. Elle gère deux maisons d’accueil en Seine-et-Marne, sur deux sites distincts, éloignés de 9 kilomètres l’un de l’autre. Une des maisons peut héberger jusqu’à onze futures mères, tandis que l’autre peut accueillir neuf mamans avec leur bébé.

Accueil des futures mères

Parce que certaines femmes décident de tout perdre pour garder leur enfant, et se retrouvent sans ressources, ni famille, la Maison de Tom Pouce accueille toute femme enceinte, quels que soient son âge (mineure ou majeure), son origine, sa situation familiale, médicale, professionnelle ou administrative. Elles peuvent ainsi se préparer en toute sérénité à accueillir leur enfant.

Coralie*, accueillie en 2011 au sein de la maison d’accueil prénatal, témoigne :

« Je m’appelle Coralie, j’ai été accueillie à La Maison de Tom Pouce du 18 novembre au 16 décembre 2011, jour de la naissance de ma princesse. J’avais tout juste 17 ans et je venais d’apprendre ma grossesse. Là-bas, j’ai pu me faire à l’idée de devenir mère, prévoir le trousseau et surtout rencontrer des personnes extras. Aujourd’hui, ma fille a 5 ans et demi, elle va rentrer en CP. Sachez que si je suis avec elle aujourd’hui, c’est aussi grâce à vous ! Encore merci et j’espère que vous continuerez à aider encore beaucoup d’autres futures mamans ! »

Avec leur nourrisson

La seconde maison accueille les mères accompagnées de leur enfant de moins de 3 mois, nécessitant une solution d’hébergement urgente. La prise en charge est de 3 mois, renouvelable une fois. Durant cette période, le travail de l’association porte sur l’observation de la construction du lien mère-enfant, et l’exercice de la parentalité. Les femmes reprennent peu à peu confiance en elles, et peuvent envisager un avenir plus serein avec leur enfant.

Kristina*, 28 ans, réfugiée politique, confie :

« Je viens de Turquie, ma famille m’a mariée de force à un homme de 62 ans que je n’aimais pas ; c’était ma première fois, le lendemain je me suis enfuie en emportant toutes mes économies et mon passeport. Je suis arrivée à Tom Pouce le 4 novembre 2016, après 1 mois d’hospitalisation car mon bébé, Davy*, est né prématurément à 7 mois de grossesse. Ce sont deux assistantes sociales (de la maternité et de la mairie) qui ont cherché un lieu pour m’accueillir avec mon bébé. Je devais me cacher et vous avez bien voulu nous accueillir avec mon bébé, sans poser de question !

Aujourd’hui, Davy* a 7 mois et demi, il sourit beaucoup, dort bien, mange bien et grandit. Je dois encore beaucoup apprendre pour me débrouiller toute seule mais toute l’équipe depuis mon arrivée m’aide, même quand parfois je me décourage. Sans vous, nous serions à la rue ! »

D’autres structures d’accueil

D’autres initiatives existent au service des femmes enceintes en situation précaire, comme les colocations Marthe et Marie, ou les Maisons Magnificat.

La Maison de Marthe et Marie a créé quatre colocations solidaires à Lille, Strasbourg, Nantes et Lyon, dans lesquelles se côtoient des femmes enceintes et de jeunes volontaires, partageant un loyer modéré. D’autres colocations sont en projet, à Paris notamment.

L’association Magnificat possède également deux maisons d’accueil maternel, en Indre-et-Loire et en Mayenne, animées par un mode de vie communautaire et familial. La maison la plus ancienne, en Indre-et-Loire, existe depuis 1990 et a vu naître plus de 500 bébés !

*Pour des raisons de sécurité, les noms et les âges ont été modifiés.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]