Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

À quels mots les jeunes associent-ils les religions ?

COEXISTER RELIGION
Corinne SIMON - CIRIC
Rencontres nationales de l'association Coexister à Lille, le 11 juin 2016.
Partager

L’association pour le dialogue interreligieux « Coexister » publie une enquête sur les mots-clés que collégiens et lycéens associent aux différentes religions.

« Les enfants doivent apprendre le fait religieux », expliquait le 10 décembre dernier le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer dans le Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro. Selon lui, c’est indispensable « pour comprendre les religions des autres et les respecter à travers la connaissance ». Il est néanmoins possible que les jeunes connaissent mieux les autres religions qu’on ne le pense, comme le révèle l’enquête de l’association Coexister, publiée dans La Croix.

L’Église et Jésus-Christ associés au christianisme

L’association s’est servie des ateliers consacrés à la « déconstruction des préjugés » sur les religions qu’elle organise dans des établissement scolaires publics et privés depuis 2009 pour réaliser son sondage. Lors de ceux-ci, les élèves sont invités à remplir une fiche sur laquelle ils notent les trois mots qu’ils associent aux trois religions monothéistes, ainsi qu’à l’athéisme. Les jeunes doivent également indiquer la religion dont ils se sentent « le plus proche ». Si l’association a récolté plus de 50 000 fiches, elle n’a utilisé que 1 883 réponses d’élèves du collège au BTS.

L’enquête n’a donc aucun caractère scientifique puisque les critères de représentativité ne sont pas respectés. De plus, 80% des établissement dans lesquels interviennent Coexister sont privés. L’association relève cependant que les convictions religieuses des écoliers « sont assez proches de celles de l’ensemble de la population, avec 0,76 % se sentant “proches” du judaïsme, 49,42 % du christianisme, 6,53 % de l’islam et 42,61 % de l’athéisme. » Les jeunes interrogés montrent une relative connaissance des trois monothéismes. Ainsi, pour 73% d’entre eux, le christianisme leur évoque l’église, 59,1% Jésus-Christ, 18,9% la croix, 16,9% la Bible. De même, les mosquée (51,7%), le voile (33,9%) et le Coran (22,7%) sont associés à l’islam et la kippa (38,4%), la synagogue (33,6%) et le juifs (18,5%) au judaïsme.

On constate d’abord qu’aucun mot péjoratif n’est réellement associé à aucune des religions. Néanmoins, « Rabbi Jacob » ou « banquiers » reviennent en mode mineur dans les mots associés au judaïsme, idem pour « couscous », « terroristes » ou « arabes » pour l’islam. En revanche, « le mot “pédophile” n’est pas sorti une seule fois pour le christianisme », souligne Samuel Grzybowsk, fondateur et vice-président de l’association. « Dans ce type d’ateliers, il y a souvent une autocensure de la part des élèves, qui ont tendance à donner ce qu’ils pensent être les “bonnes réponses” plutôt que leur réponse spontanée », fait cependant observer Charles Mercier, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bordeaux, dans La Croix.

Ensuite, ces mots révèlent une connaissance minimale des religions. Pour finir, le christianisme est moins associé à des signes religieux que le judaïsme (avec la kippa) et l’islam (avec le voile). Il s’agit probablement d’une conséquence des débats sur la place des signes religieux dans ces religions depuis treize ans. Le christianisme est aussi plus associé à son fondateur, Jésus-Christ, que l’islam (Mahomet n’obtient que 11,2% de réponses) ou le judaïsme (Moïse ou Abraham n’apparaissent pas). « Jésus-Christ » a été le premier mot associé au christianisme par les jeunes chrétiens, quand « Église » est celui préféré par les non-chrétiens. Dans le cas du judaïsme, « génocide » et « Hitler » arrivent neuvième et dixième, sûrement à cause de l’enseignement de la Shoah, tout au long de la scolarité.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]