Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Quand l’art gothique rencontre les débuts de la Renaissance

© RMN-Grand Palais (musée de Cluny - musée national du Moyen-Âge) / Jean-Gilles Berizzi
Relief de retable : Pâmoison de la Vierge
Anvers, premier quart du XVIe siècle
Chêne, polychromie
H. 44 ; l. 48 ; P. 8 cm
Paris, musée de Cluny - musée national du Moyen Âge. Cl. 23294
Partager

Fruit d’un partenariat exceptionnel entre le musée de Cluny à Paris et le musée Saint-Rémi de Reims, cette exposition lève le voile sur un pan méconnu de l'histoire de Reims : le patrimoine de la fin du Moyen Âge.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Grandement endommagé pendant la Première guerre mondiale, le patrimoine rémois de la fin du Moyen Âge revit à travers cette nouvelle exposition proposée par le musée Saint-Rémi. À travers la présentation de 60 œuvres d’art remarquables — dont 22 prêtées par le musée de Cluny — le musée met en lumière la création artistique née autour des années 1500, quand l’art gothique rencontre les débuts de la Renaissance.

Car cette période charnière n’est pas anodine. Entre 1450 et 1520, la Champagne connaît une foisonnement artistique extraordinaire qui se répand partout en France. « Loin de ne constituer qu’un temps indistinct de transition entre Moyen Âge et Renaissance, cette période a vu s’épanouir un art spécifique et d’une créativité remarquable que sculptures, tapisseries et mobilier viennent superbement illustrer », déclarent Georges Magnier, directeur des musées de la ville de Reims et Bénédicte Hernu, directrice du musée Saint-Remi, conservateurs du patrimoine et co-commissaires de l’exposition.

L’exposition présente, dans un premier temps, la richesse de l’art religieux à la fin du Moyen Âge. Quatre thèmes essentiels y sont évoqués : les fastes du chœur, l’importance des saints intercesseurs et la place des figures féminines, l’omniprésence des représentations du Christ et de la Vierge souffrants et enfin, la dévotion collective à l’égard du saint patron de Reims, saint Remi. Dans un second temps, le visiteur quitte le monde de l’Église pour pénétrer dans un intérieur civil : celui d’une riche famille de la noblesse ou de la haute bourgeoisie, où sont évoquées la décoration intérieure du logis et les objets de la parure au quotidien.

À l’occasion de cette exposition, plusieurs œuvres ont fait l’objet d’une restauration préalable. Parmi elles, une œuvre majeure présentée pour la toute première fois au public : la toile de la Passion du Christ provenant de l’ancien de l’ancien Hôtel-Dieu de Reims.

Cliquez sur la 1ère image pour voir le diaporama :

Informations :

1500 – Trésors de la fin du Moyen Âge
Du 6 octobre 2017 au 14 janvier 2018
Musée Saint-Remi de Reims

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]