Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Itala Mela béatifiée : une athée devenue héraut de la Sainte Trinité

ITALA MELA
© Diocèse de La Spezia
Itala Mela
Partager

À l’angélus dominical, le pape François illustre le mystère de l’identité de Dieu qui a transformé radicalement la vie d’Itala Mela, convertie après un cheminement spirituel "progressif" à la portée de tous.

Itala Mela (1904-1957), théologienne et mystique italienne, oblate de l’Ordre de Saint-Benoît, a été béatifiée le 10 juin à la Spezia, en Ligurie, sa terre natale. « Que le témoignage de cette nouvelle bienheureuse nous aide à tourner nos pensées vers Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit, qui habite dans la cellule de notre cœur », a exhorté le pape François après l’angélus de dimanche. Il a également évoqué le rapport entre la béatification de cette laïque et le mystère de la Sainte Trinité célébré ce jour-là.

Itala était athée et le revendiquait, avant de se convertir suite à une expérience « spirituelle intense ». Elle n’eut alors qu’une mission en tête : « poursuivre ce qui manque à la passion du Christ en faveur de son Corps qu’est l’Église » et « s’employer à ce que chaque baptisé redécouvre le don de la Trinité », comme souligne l’Osservatore Romano, le quotidien du Saint-Siège, en présentant son extraordinaire parcours.

La bienheureuse Itala laissa derrière elle le souvenir d’une femme « débordante de charité et d’une profonde spiritualité ». Sa cause en béatification et canonisation s’est ouverte en 1968. L’héroïcité de ses vertus ont été reconnues en 2014 par le pape François , et l’année suivante, un miracle dû à son intercession, a permis de procéder à sa béatification.

Une athée devenue héraut de la sainte Trinité

En entrant dans le cercle des bienheureux, Itala Mela montre au monde que « l’appel universel à la sainteté vaut aussi pour les fidèles laïcs », a déclaré le cardinal Angelo Amato, préfet de la congrégation pour les causes des saints, au cours de la messe de béatification. Laïcs qui, « s’ils vivent leur baptême avec authenticité, peuvent devenir des acteurs de premier plan dans la nouvelle évangélisation », a-t-il ajouté. Mais surtout, l’Église, en béatifiant cette laïque, envoie un « grand message de confiance » aux nouvelles générations : tous les laïcs peuvent être des « artisans et protagonistes d’un renouvellement culturel et spirituel de la société ». Et Dieu saint combien le monde a besoin de saints laïcs, a insisté le préfet. Pour « féconder la société de fruits précieux tels que la bonté, la fraternité et la charité », dont la mystique italienne ne manquait pas. Elle fut pourtant, au début de sa vie, « si froide, si indifférente, voire méprisante » à l’égard des « choses de l’Église ». Mais le Seigneur « était à sa porte, il frappait et attendait qu’elle lui ouvre », a-t-il poursuivi. Alors un grand tournant se produisit, comparable à un « long pèlerinage vers le mont de Dieu ». Itala Mela est parvenue à surmonter « tout obstacle psychologique et spirituel », jusqu’à quitter définitivement « l’aridité du désert » pour intégrer le « territoire sacré de la vie avec Dieu ».

Un cheminement progressif à la portée de tous

L’expérience spirituelle « progressive » vécue par la bienheureuse Itala constituait le cœur des paroles du pape François, à l’angélus de ce dimanche, fête de la Sainte-Trinité. La Sainte Trinité, a-t-il rappelé, « a fait rayonner une lumière nouvelle sur la terre et dans tout cœur humain qui l’accueille, une lumière qui révèle les angles sombres, les duretés qui nous empêchent de porter les bons fruits de la charité et de la miséricorde ». En toile de fonds, des lectures bibliques du jours qui illustrent le dialogue entre Dieu et l’homme comme un « cheminement progressif de découverte et d’approfondissement », tel que celui parcouru par la bienheureuse italienne.

« Dieu n’est pas loin et fermé en lui-même » mais « s’offre à nous pour remédier à nos limites et nos manques, pour pardonner nos erreurs, pour nous remettre sur la route de la justice et de la vérité ». Cette révélation, a souligné le Pape, qui « s’accomplit pleinement par l’incarnation et la crucifixion, lorsque Jésus offre sa vie pour nous sauver », a transformé la vie de saint Paul et l’a « poussé » à apporter l’Évangile. Tout comme elle peut transformer la vie de tout homme en dépit de « ses  limites humaines », et faire de lui « un reflet de la communion de la Trinité, de sa bonté, et de sa beauté ».

« Dieu, toujours, nous cherche en premier, nous attend en premier, nous aime en premier », a insisté le Saint-Père. Que la Vierge Marie, a-t-il appelé de ses voeux, « nous aide à entrer toujours davantage, et de tout notre être, dans la communion trinitaire, pour vivre et témoigner de l’amour qui donne un sens à notre existence ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]