Aleteia

Mgr Oscar Romero, avocat des pauvres, assassiné en pleine messe et bientôt canonisé ?

@DR
Partager
Commenter

L’Église au Salvador envoie au Vatican les conclusions de son enquête sur une "guérison présumée" attribuée à l’intercession du martyr salvadorien.

L’Église au Salvador a annoncé avoir envoyé au Vatican les conclusions de recherches approfondies concernant une « guérison présumée » attribuée à l’intercession du martyr salvadorien Oscar Arnulfo Romero, béatifié par le pape François en mai 2015, guérison qui pourrait porter à sa canonisation.

La note envoyée à Fides par une source locale indique que l’archidiocèse de San Salvador lui-même a fait part, le 28 février, de la conclusion de l’enquête, dont les résultats n’ont cependant pas été révélés. Parmi les documents préparés pour la transmission à la Congrégation pour la cause des saints figure notamment une copie du dossier médical de Cecilia Maribel Flores, la présumée miraculée par intercession du Bienheureux Mgr Romero.

Mgr Oscar Arnulfo Romero, archevêque de San Salvador, a été assassiné le 24 mars 1980 par un commando d’extrême-droite en pleine messe. « Il fut assassiné parce qu’il aimait les pauvres, à l’exemple de son Maître, Jésus de Nazareth », écrivirent les évêques du Salvador, « parce qu’il leur prêta sa voix de prophète et leur dédia sa vie, renonçant à la solution commode d’abandonner le troupeau et de fuir comme le font les mercenaires ».

Une référence pour le monde entier

Le monde entier se souvient de la diatribe qu’il lança contre l’armée, à la veille de son assassinat, et qui lui fut fatale : « Au nom de Dieu, au nom de ce peuple souffrant, dont les lamentations montent jusqu’au ciel et sont chaque jour plus fortes, je vous prie, je vous supplie, je vous l’ordonne, au nom de Dieu : arrêtez la répression ! ». C’était au début de la guerre civile entre le Front Farabundo Martí de libération nationale (FMLN) et le gouvernement. Guerre qui dura douze ans, faisant au moins 75 000 morts et 8 000 disparus dans le pays. La réponse ne s’est pas fait attendre : le lendemain, il fut assassiné alors qu’il élevait l’hostie à la consécration.


Lire aussi : Mgr Oscar Romero, prêtre assassiné en pleine messe pour avoir défendu les plus pauvres


L’assassinat de l’évêque avait suscité beaucoup d’émotion dans toute l’Amérique latine. Le 23 mai 2015, à San Salvador, 400 000 fidèles venus d’une cinquantaine de pays ont assisté à la béatification de Mgr Romero, déclaré « martyr », tué « en haine de la foi », selon la formule définissant son martyre.

En septembre de la même année, dans un discours tenu à l’occasion de la Conférence des nations unies sur le développement durable, le président salvadorien, Salvador Sanchez Ceren, a proposé aussi l’évêque comme « référence » pour le développement de toute l’Amérique centrale. Une information très peu relayée par les médias, à l’époque, celle-ci coïncidant avec la visite du pape François en Amérique et les débuts du président cubain Raoul Castro à l’ONU. Cette idée entrait dans le cadre d’une stratégie visant à faire de lui « un grand symbole de l’identité nationale ». Parmi les projets : donner son nom à l’aéroport du Salvador ; promouvoir un parcours touristique lié à sa personne ; et l’hommage à l’ONU qui, depuis 2011, célèbre la Journée internationale pour le droit à la vérité des victimes des violations des droits fondamentaux le 24 mars, date anniversaire de son martyre.

Le pape François très impliqué

Le pape François sait combien la cause de Mgr Romero est importante pour le Salvador, mais également pour toute l’Amérique latine. C’est d’ailleurs lui qui a débloqué le procès pour sa béatification, ouvert en 1994 mais resté au point mort pendant des années. Le 17 août prochain, aura lieu le centenaire de sa naissance, tandis que l’Église salvadorienne achèvera un cycle de trois années thématiques qui lui auront été consacrées. La première, d’août 2014 à août 2015, sur le thème « Romero homme de Dieu » ; la seconde, de 2015 à 2016 : « Romero homme de l’Église » et, enfin, de 2016 à 2017, « Romero serviteur des pauvres ». Les évêques du Salvador espèrent tous en la canonisation de Mgr Romero, dans le cadre des festivités du centenaire de sa naissance.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]