Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le Coran lu dans la cathédrale de Glasgow : une fausse bonne idée

Partager

Lors d'un office anglican, un lecteur a prononcé une sourate du Coran qui affirme que Jésus n'est pas le fils de Dieu.

La police écossaise est en alerte, à la suite d’une série de commentaires peu amènes à l’encontre de son Éminence Kelvin Holdsworth, recteur de la cathédrale de culte anglican Sainte-Marie de Glasgow. En cause, la récitation d’une sourate du Coran, le 6 janvier, au cours de la célébration de l’Épiphanie. Pendant cette cérémonie, il était prévu, comme l’an dernier, qu’une partie des versets du Coran consacrés à Marie soit lue. Mais la lectrice, Madinah Javed, s’est écartée de la partie qu’elle devait lire pour ajouter un extrait, en arabe, qui affirme que Jésus n’est pas le fils de Dieu, et ne doit pas être adoré.

« Un effort pour établir des relations »

Monseigneur Kevin Holdsworth a défendu l’initiative de faire lire des extraits du Coran pendant une célébration, dans sa cathédrale. Il a notamment expliqué qu’elle faisait partie des efforts entrepris pour établir des relations entre les communautés musulmanes et chrétiennes, et que des récitations de ce type étaient déjà arrivées par le passé, dans plusieurs églises. Il n’a en revanche pas commenté la partie de la récitation, lue en arabe, qui a suscité la polémique. Le primat de l’Église anglicane d’Écosse, David Chillingworth a dit dans un communiqué « profondément regretter cet incident », et a ajouté qu’il recommandait à tous ceux qui sont intégrés dans le dialogue interreligieux d’explorer tout ce qu’il était possible de faire dans le respect de chacun.

Des sourates dans une cathédrale

Cet incident a au moins le mérite de rappeler que le Coran n’est pas une lecture vraiment appropriée pour accompagner une célébration chrétienne. Le fait qu’il y ait des personnages communs aux deux écrits, la Bible et le Coran, ne peut pas être invoqué pour justifier d’utiliser l’un à la place de l’autre, au risque d’entretenir la confusion. Le cas de la Sourate consacrée à Marie, qui était lue, est un exemple tout à fait parlant des différences qui existent entre les deux textes. La Myriam du Coran ne dit pas « oui » à l’ange Gabriel, mais est désignée. Quand elle répond à l’ange qu’elle ne saurait être mère, puisqu’elle est vierge, l’ange lui répond (Sourate 19, verset 21). « Il dit : Ainsi sera-t-il ! Cela M’est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée« .

La dernière phrase souligne que Myriam ne saurait s’opposer à la volonté de Dieu. Dans cette même Sourate, le verset 35 est directement dirigé contre le point fondamental de la foi chrétienne, la divinité du Christ : « Il ne convient pas à Allah de S’attribuer un fils. Gloire et Pureté à Lui ! Quand Il décide d’une chose, Il dit seulement : Sois ! et elle est. »

Dialoguer sans masquer les différences

Madinah Javed, à son corps défendant, a peut-être posé la première base d’un dialogue possible entre chrétiens et musulmans : la vérité. Le Coran est résolument incompatible avec les Évangiles, ce qui n’interdit pas de dialoguer avec les musulmans. En respectant les conseils du pape Jean XXIII : « Se regarder sans se provoquer, se rencontrer sans se craindre, s’entretenir sans se compromettre ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]