Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 12 mai |
Saint Achille de Larissa
home iconFor Her
line break icon

Devons-nous inciter nos enfants à tendre vers la perfection ?

© Brad Flickinger CC

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

William McKenna, M.S. - Publié le 18/02/16

Les conseils de William McKenna, psychologue clinicien qui conjugue catholicisme et psychologie moderne.

Nous voulons tous que nos enfants réussissent, notamment à l’école, mais pouvons-nous les pousser à la perfection sans compromettre leur équilibre ? Avant de répondre, je souhaiterais citer l’entraîneur de basket John Wooden qui a mené de nombreuses fois son équipe à la victoire : « La perfection, c’est l’impossible vers lequel nous tendons ».

Notre culture, notamment par le biais de la publicité, nous incite à vouloir être parfaits dans tous les domaines. Dans la réalité, toutefois, la perfection est impossible, comme le dit John Wooden. Par exemple, j’aime la course mais je ne serai jamais un sprinter olympique même si je m’entraîne tous les jours. Je n’ai tout simplement pas les aptitudes physiques nécessaires.

Comment gérer cette réalité ? Devons-nous nous résoudre à ne jamais être parfaits ? Devons-nous accepter nos limites une bonne fois pour toutes ? Absolument pas.

La citation de Wooden comporte une deuxième partie : « Rien n’interdit de tendre vers la perfection. L’important, c’est de faire de son mieux ».

Si nous acceptions passivement notre réalité, Edison n’aurait pas fait plus de 1 000 tentatives avant d’inventer l’ampoule électrique et personne n’aurait jamais atteint le sommet de l’Everest.

Il ne faut pas oublier les limites qu’impose la réalité

Tous les parents souhaitent que leurs enfants réussissent. Ils ont raison, les enfants devraient toujours être encouragés à donner le meilleur d’eux-mêmes. Mais il ne faut pas oublier les limites qu’impose la réalité. Chaque être humain vient au monde avec son propre ADN, il développe sa personnalité et répond à une vocation qui lui est propre. Votre tâche de parent consiste à éduquer vos enfants, à leur donner les instruments qui leur permettront de comprendre la valeur de l’effort et du mérite. C’est pourquoi vous avez le droit et le devoir de les pousser à être de bons élèves. L’instruction est précieuse, il faut savoir tirer parti du cerveau que Dieu nous a donné.

Les enfants ne disposent pas des outils qui leur permettent de se projeter au-delà de l’instant présent et de comprendre que leurs efforts d’aujourd’hui feront leur force de demain. Des études ont démontré que les enfants qui ont surmonté des obstacles majeurs ont de meilleures chances que les autres de faire face avec succès aux difficultés de la vie adulte.

« Si toutes les petites fleurs voulaient être des roses, le jardin perdrait de sa nature printanière »

N’oublions pas que nous sommes tous différents. Comme l’écrit sainte Thérèse dans son autobiographie : « Si toutes les petites fleurs voulaient être des roses, le jardin perdrait de sa nature printanière », en d’autre termes, le monde est intéressant précisément parce les êtres ont des aspirations et des capacités différentes. Je connais nombre de sportifs qui, quels qu’aient été leurs résultats scolaires, ont une vie passionnante.

J’ai un cousin incroyablement doué pour la sculpture, capable de transformer n’importe quel bout de bois en œuvre d’art. Son père, un psychologue brillant et érudit, a reconnu rapidement ce talent et l’a stimulé. Ainsi, grâce à ces encouragements, mon cousin a perfectionné son art et maintenant il peut en vivre.

Nous avons tous une vocation qui nous est propre

Enfin, je tiens à réaffirmer la singularité de chaque être humain. Nous avons tous un don, une qualité, une vocation qui nous est propre. Faites de votre mieux pour aider vos enfants à découvrir les domaines qu’ils aiment et où ils excellent. C’est en suivant ses passions qu’on a le plus de chance de connaître le succès. Mais le parcours est difficile, c’est pourquoi il est essentiel d’avoir des parents qui vous enseignent dès le plus jeune âge la valeur de l’effort. Poussez votre enfant à résoudre un problème de maths, par exemple, mais si les maths ne sont pas son fort, n’en faites pas un drame. Certes, il doit acquérir les bases qui lui permettront plus tard de résoudre de nombreux problèmes de la vie quotidienne, mais le plus important, c’est de l’aider à découvrir ses propres capacités et de l’encourager à les améliorer.

Tags:
ÉducationEnfantsparents
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
MSZA ŚWIĘTA
Philip Kosloski
Pourquoi les catholiques répondent-ils « Et avec votre esprit » à...
2
PADRE PIO,I ABSOLVE YOU
Philip Kosloski
La puissante prière de guérison de Padre Pio
3
Camille Yaouanc
Trisomie 21 : les chiffres effarants du diagnostic prénatal
4
Mathilde de Robien
Les trois résolutions de sainte Thérèse à la veille de sa premièr...
5
Anne Bernet
À Laval, l’irréductible (basilique) Notre-Dame d’Avesnières
6
Mgr Dieudonné Nzapalainga - archevêque de Bangui
Timothée Dhellemmes
[Vidéo] Le combat du « cardinal courage » pour la paix en Centraf...
7
Jeanne Larghero
Écologie : le bac à compost et les fins dernières
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement