Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 04 juin |
Sainte Clotilde
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Lettre à Laura : « Je suis aussi passée par là, l’euthanasie n’est pas une réponse à ta dépression ! »

A letter for you – CC – fr

Public Domain

<a href="http://pixabay.com/en/letter-messages-love-pencils-216722/" target="_blank">http://pixabay.com/en/letter-messages-love-pencils-216722/</a>

Isabelle Cousturié ✝ - publié le 07/07/15

Dépressive et désespérée comme la jeune Belge au même âge, une Italienne dénonce le cynisme des médecins et prie pour que l’on explique à Laura le seul remède capable de la sauver : l’Amour de Dieu !

Milly Gualteroni est Italienne. Elle a aujourd’hui 58 ans. Mais à l’âge de 24 ans, elle se sentait comme
Laura, qui sera euthanasiée cet été : une jeune femme en bonne santé physique qui ne supportait plus sa vie et voulait mourir ! Après avoir lu l’histoire dramatique de la jeune Belge qui a fait le tour des médias du monde entier, elle a décidé de lui répondre en postant sa lettre sur le site italien 
tempi.it : "Moi aussi j’étais comme Laura, j’ai vécu ce qu’elle a vécu. Son histoire ne peut me laisser indifférente car si, à l’époque de mes 20 ans, il avait existé en Italie une loi comme celle qui est en vigueur en Belgique, je ne serais certainement plus ici pour le raconter", explique-t-elle. Et puis un jour le mystère de Dieu est entré dans sa vie et l’a délivrée…

Dépressive et désespérée comme Laura

Comme Laura, Milly a souffert pendant des années de
dépression endogène, maladie chronique caractérisée par une profonde modification des comportements, de l’humeur dans le sens de la tristesse, de la souffrance morale, la perte de l’estime de soi et le fort désir de disparaître. Et comme Laura, elle venait d’une enfance  difficile, marquée de violents traumatismes comme le suicide de son frère aîné, d’un tir de fusil dans la tête, et celui de son père, médecin, atteint d’un cancer, qui s’était jeté par la fenêtre de l’hôpital. Comme Laura, Milly a accumulé dépression sur dépression, lesquelles se sont transformées peu à peu en comportements suicidaires : "J’étais tombée dans un tel gouffre que j’ai eu trois fois la tentation d’en finir". L’Italienne vit un cauchemar que seuls des médicaments – aussi modernes que nocifs – et des thérapies psychologiques, permettront de tenir sous contrôle, mais seulement en apparence : "Pendant des années, j’ai vécu mon cauchemar derrière un masque impeccable, menant une vie apparemment équilibrée, (…) mais ma dépression était là et je portais en moi la conviction que mon existence était un échec", confie-t-elle aux lecteurs, mais surtout à Laura.

Dieu entre dans sa vie

Et puis, au moment où la dépression semblait prendre définitivement le dessus, voilà que le mystère de Dieu pénètre soudainement sa vie et la bouleverse : ce Dieu fait homme parmi les hommes que "j’avais supprimé comme on supprime un rabat-joie, dans la recherche du plaisir et du prestige. (…) Il s’est présenté à moi, avec violence, comme un Amour capable de me délivrer des liens qui m’empêchaient de regarder mon existence en face". Aujourd’hui, Milly a 58 ans et elle comprend Laura, se sent proche d’elle comme personne, mais en veut terriblement à ces trois médecins – dont l’un est membre d’une fameuse association pro euthanasie – qui ont décidé "qu’elle souffre de manière insupportable et doit pouvoir mourir". Elle se dit "horrifiée" par leur inconscience.

Contre le cynisme des médecins qui nuisent à leurs patients

À ces médecins, Milly rappelle les principes fondamentaux de leur profession, de la mission à laquelle ils sont appelés et qu’ils "ont l’air d’ignorer", comme bâtir et entretenir des relations médecins/patients qui "ne nuisent pas". Or, que font-ils ces médecins qui précipitent Laura dans la mort ? Ils nuisent ! "Mais ces professeurs ne savent-ils pas que le suicide est avant tout une tentative désespérée de communiquer ? Un cri de détresse pour exprimer un vide existentiel ? Un manque ou le désir de bâtir des relations authentiques avec soi-même et avec les autres ? Le besoin de panser de profondes blessures ?" Pour Milly, la réponse donnée à Laura – "il est juste que tu meurs" – relève du cynisme et ne fait que souligner l’extrême condition de solitude de Laura. Oui, Milly en veut énormément à ces médecins qui, "sous de faux sentiments de pitié, sont en fait des bourreaux".



Elle relève quatre contradictions dans leur récit : ils disent n’avoir aucun doute sur les capacités de Laura à prendre une telle décision. "Une personne équilibrée", disent-ils comme s’ils ignoraient que les personnes déprimées peuvent se cacher derrière un masque et se montrer lucides, d’une lucidité perverse qui prend le dessus sur l’esprit, quand la souffrance devient insupportable, si perverse que l’on est prêt à tout pour y mettre fin. Comme s’ils ignoraient que les idées suicidaires ont beau être cachées, elles sont toujours accompagnées d’un angoissant, obscur travail intérieur, dans lequel ni la liberté de conscience ni la liberté de choix n’a de place. Ces médecins, dénonce Milly, dérogent au premier des devoirs d’un adulte : éduquer ! Car face à une jeune fille de 24 ans qui dit : "Je veux mourir", la seule réponse qu’un adulte peut lui donner est "non".



Mais voilà, pour voir tout cela, il faudrait sortir de ce "scientisme matérialisme obtus" qui réduit la personne à son symptôme, ne donnant aucune signification à l’ampleur du mal, réduisant la souffrance à un simple résultat d’échanges biochimiques à l’intérieur du cerveau. 


L’appel de Milly à Laura

Il fut un temps où Milly aussi était réduite à ses seuls symptômes et, comme Laura, il lui arrivait  de tomber dans le piège obsessionnel de l’autodestruction : "Je sais donc à quel point l’idée du suicide peut être insidieuse, entrer dans l’esprit de manière subtile, séduisante, jusqu’à prendre possession complètement de la personne", confie-t-elle. Et c’est parce qu’elle a vécu la même expérience, le même désarroi total, qu’elle a senti les mêmes désirs de mort que Milly se sent en droit de lui présenter le seul remède capable de la sauver : la dimension spirituelle "plus forte que tous les échecs que nous subissons dans ce monde et les sensation de vide qui s’ensuivent". Pas même une mère ou un père destructeur ne peut avoir de prise sur son enfant quand celui-ci a cette perception de l’Amour et de la Miséricorde de Dieu. Amour et Miséricorde sont "de vrais baumes pour adoucir les pires souffrances", assure-t-elle, car ils redonnent du sens – le vrai Sens – à ce qui compte vraiment dans la vie, "ce bien qui nous a été donné et que nous sommes appelés à protéger et gérer, au-delà de tout effort et souffrance".

L’Amour de Dieu contre "la piqûre mortelle"

Milly voudrait tellement que cet Amour soit raconté à Laura, qu’il lui soit suggéré, en accueillant son cri de détresse comme un cri contre "le monstrueux et déchirant non-sens" de tout ce qui lui arrive. Cri que trois médecins ont décidé d’étouffer en lui offrant "une piqûre mortelle". Milly voudrait que tous ceux qui ont souffert comme elle et souffrent comme Laura de dépression endogène, sortent de cette horrible "fosse dans laquelle ils se trouvent". Pour cela, elle a en projet de sortir un livre où elle racontera son expérience et montrera que la voie du salut n’est pas "le suicide permis et payé par l’État (…), qui est la pire des solutions !", mais celle qui passe par le Golgotha, et te l’apporte le matin même de la Résurrection.

Tags:
DépressionEuthanasieSuicide
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour




Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement