Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 25 janvier |
Conversion de Saint Paul
home iconActualités
line break icon

OPINION. À la recherche de la «bonne mort»

Wallpoper

Guillaume de Prémare - Radio Espérance - Publié le 27/06/14

Dans sa dernière chronique sur l'antenne de radio Espérance, Guillaume de Prémare revient sur le sens de l'expression "bonne mort".

Jadis, on priait pour demander une « bonne mort ». Certains le font encore. Une « bonne mort », c’est une mort en paix avec Dieu, « muni des sacrements de l’Eglise », comme on l’écrit encore parfois sur les avis de décès. C’est aussi une mort que l’on a pu préparer intérieurement, par exemple en ayant fait le bilan de sa vie, en ayant soldé ses conflits avec ses proches. C’est encore une mort sans trop de douleurs ni pénibles longueurs, évidemment.

Il y a un sens commun de la « bonne mort » qui épouse la mentalité et la culture d’une époque et d’un lieu. Notre société et notre époque sont, comme leurs devancières, à la recherche de la « bonne mort ». En Grec, « euthanasie » signifie précisément « bonne mort ». Et notre siècle a donné au mot « euthanasie » le sens exclusif de l’administration volontaire de la mort.
Cela dit beaucoup de notre culture de la « bonne mort ». La mort sans trop  de douleurs ni pénibles longueurs n’est plus un aspect parmi d’autres de la « bonne mort », elle en est le centre. Notre culture devient euthanasique.
Je lis sous la plume de Fabrice Hadjaj une réflexion intéressante : « Notre condition est tragique, mais on veut la réduire à un problème technique, soluble d’un seul clic. »  Notre civilisation technique exprime en effet une sorte de refus de la condition humaine, conjugué à la volonté farouche de résoudre d’abord – voire exclusivement – par la technique les affres de cette condition humaine.
La civilisation technique maîtrise à merveilles la science de l’infiniment grand et de l’infiniment petit, mais ne parvient pas à penser le champ insondable de l’infiniment mystérieux. Sa recherche de la « bonne mort » se trouve ainsi gravement faussée.

Nous savons ce qui se produit avec l’euthanasie : un poids qui pèse sur les petits vieux et les malades incurables ; cette pression plus ou moins consciente sur l’indigent de bien vouloir demander la fin pour épargner ses proches.
Ainsi, la culture euthanasique, une fois bien imprégnée dans les mentalités et les mœurs, produit l’inverse de la « bonne mort ». Cette réalité n’est pas entendue parce que, d’une certaine manière, cela arrange notre mentalité moderne que le docteur Bonnemaison ait administré volontairement la mort. Son acquittement soulage la conscience collective au cœur d’un non-dit colossal.

Désirer que l’agonie ne s’éternise pas, c’est normal. Nos enterrements sont peuplés de sentiments légitimes qui expriment ce soulagement mêlé de tristesse : « Il était temps que ça s’arrête » ; « Dieu merci, une longue agonie lui a été épargnée » etc.
Ce qui n’est pas légitime, en revanche, c’est ce passage à l’acte volontaire. La répétition et l’institutionnalisation de cet acte ouvrent à une culture euthanasique qui fait de la « bonne mort » un terrible chantage sur celui à qui ne reste humainement rien d’autre que la consolation de la relation avec ses proches et ses soignants. Non seulement l’euthanasie fausse cette relation, mais encore y introduit-elle un poison en quelque sorte plus mortel encore que l’injection finale.

Chronique diffusée sur l’antenne de Radio Espérance le 27 juin 2014

Tags:
euthanasie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-Farah Shaheen-ACN
Agnès Pinard Legry
Pakistan : Farah, chrétienne de 12 ans, enlevée, violée et réduit...
2
Cerith Gardiner
Mariée pendant la pandémie, elle choisit ses grands-mères comme d...
3
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
4
Domitille Farret d'Astiès
Sans-abri, "Neneuil" a eu une fin de vie royale
5
Jérôme Lejeune
Timothée Dhellemmes
"L'intelligence de Jérôme Lejeune était orientée vers la vérité"
6
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
7
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement