Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 19 octobre |
Saint Isaac Jogues
Aleteia logo
home iconÉglise
line break icon

Qu’est-ce que la « succession apostolique » ?

© ANDREAS SOLARO / AFP

Mgr Jacques Perrier - Publié le 23/02/13

Dans la constitution sur l’Eglise, le concile Vatican II parle de la succession apostolique. Il s’exprime de préférence en termes collectifs : le groupe des Douze, Pierre en tête, vit aujourd’hui dans le collège des évêques unis au successeur de Pierre et sous son autorité. Dans le Credo, nous disons que l’Eglise est « apostolique » : elle est fondée sur les apôtres, le groupe des Douze, et elle a aujourd’hui, comme pasteurs, leurs successeurs.
L’insistance, dans la foi catholique, de la succession apostolique ne date pas du concile Vatican II. Elle a été mise en valeur, au 2ème siècle, par saint Irénée, évêque de Lyon, dans son traité Contre les hérésies :

« Nous pourrions énumérer les évêques qui furent établis par les apôtres dans les « Eglises, et leurs successeurs jusqu’à nous… Mais comme il serait trop long « d’énumérer les successions de toutes les Eglises, nous prendrons seulement l’une « d’entre elles, l’Eglise très grande, très ancienne et connue de tous, que les deux « très glorieux apôtres Pierre et Paul fondèrent et établirent à Rome. »

Saint Irénée cite alors les successeurs de Pierre et Paul : Lin, Anaclet, Clément, Evariste, Alexandre, Xyste, Télesphore, Hygin, Pie, Anicet, Soter « et maintenant Eleuthère », qui fut évêque de Rome à partir de 175. Les noms de certains d’entre eux figurent dans la Prière eucharistique n° 1, dite « canon romain ».

La « généalogie épiscopale » est de l’ordre du signe. Elle manifeste la fidélité, de génération en génération, et l’unité, autour du successeur de Pierre.

Le mot « succession » ne doit pas faire illusion. Chez le notaire, l’héritier reçoit ce que l’auteur du testament lui lègue de ce qu’il possédait. En ce sens, un évêque n’est pas « l’héritier » de son prédécesseur : quelles que soient les procédures, c’est de Dieu qu’il reçoit la charge de « paître l’Eglise de Dieu ». Il est habilité à recevoir cette charge par un don spécial de l’Esprit Saint, lors de sa consécration épiscopale.

Le mot de « généalogie » n’est pas lui-même sans danger. Mais il a un avantage : nul ne peut prétendre posséder la vie. Ni le père, ni la mère, ni même le couple ne possède la vie. L’un et l’autre l’ont reçue et la perdront. Ils n’en sont pas propriétaires. Ils la transmettent.

A titre de comparaison, on pourrait dire de même que celui qui consacre un nouvel évêque transmet ce qui ne lui appartient pas. Mais il en est ainsi de tous les sacrements : la grâce de Dieu se communique par des gestes et des paroles d’hommes, appelés « ministres » des sacrements, « ministre » signifiant « serviteur ».

Les sacrements s’inscrivent dans la ligne de l’Incarnation : Dieu s’est fait repérable. De même, par la succession apostolique, à la fois collégiale et personnelle, nous pouvons repérer la continuité avec la génération des premiers témoins et la cohésion à l’intérieur de l’Eglise, malgré et à travers la diversité des cultures.

Saint Irénée s’appuie sur la succession apostolique pour répondre aux hérétiques qui, contre cette continuité et collégialité épiscopales, « ont constitué des groupements illégitimes ».
« La Tradition des apôtres, qui a été manifestée dans le monde entier, c’est en toute Eglise qu’elle peut être perçue » : la condition, c’est que chaque Eglise reste en communion avec l’Eglise de Rome. »

Après avoir énuméré les successeurs des apôtres Pierre et Paul, saint Irénée écrit : « Voilà par quelle suite et quelle succession la Tradition se trouvant dans l’Eglise à « partir des apôtres et la prédication de la vérité sont parvenues jusqu’à nous. Et « c’est là une preuve très complète qu’elle est une et identique à elle-même, cette « foi vivifiante qui, dans l’Eglise, depuis les apôtres jusqu’à maintenant, s’est « conservée et transmise dans la vérité

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
apotresconclaveÉglisePape François
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
2
Mathilde de Robien
Sept idées reçues sur la chasteté
3
Bracelet Marie-Antoinette
Marzena Devoud
L’émouvante histoire du bracelet de Marie-Antoinette
4
Mathilde de Robien
Rapport Sauvé : au cœur de la souffrance, des témoignages chargés...
5
Camille Dalmas
Jean Castex reçu par le pape François
6
Bérengère Dommaigné
Tibo InShape à la rencontre de sœur André, la doyenne des Françai...
7
Père Jacques de Longeaux
La réponse de Jésus à la tentation du pouvoir
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement