Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 29 novembre |
Bienheureux Bernardo Francisco de Hoyos
home iconAu quotidien
line break icon

Doit-on faire de la joie un devoir quotidien ?

Guille Faingold/Stocksy United

Edifa - Publié le 31/05/20

Santé, économie, vie quotidienne et spirituelle... Alors que le déconfinement a débuté, beaucoup restent inquiets. Et si la solution à tous ces doutes était la joie, ou plutôt le devoir de joie ?

Que ce soit dans le milieu politique et social ou dans l’Église, le climat est pour le moins morose : l’avenir est incertain. Dans un tel contexte, nombreux sont ceux qui se demandent comment on peut encore « y croire ». Comment regarder l’avenir avec espérance ? Comment garder finalement sa joie de vivre quand tout lui semble contraire ?

La joie au cœur des doutes et des souffrances

Et si la joie était un devoir ? L’idée de devoir être joyeux semble saugrenue et pourtant c’est la vérité. Et la recette pour la maintenir est simple : retrouver la vitalité générale en soi décentrant de soi-même. Car il existe des remèdes sûrs à la morosité et l’inquiétude ambiantes. Si on s’intéresse un peu moins à soi et plus aux autres, si on choisit de regarder avec plus d’attention ce qui va bien que ce qui va mal, si on adopte la devise « le meilleur est juste-là ! », alors on retrouvera une joie plus naturelle et plus habituelle. Cela demande de voir les choses du bon côté. C’est même parfois un combat, lorsqu’on est assaillis de mauvaises nouvelles ou qu’on est dans la souffrance.

Mais si on est croyant, on n’oublie pas que c’est au plus profond de son agonie au mont des Oliviers, à la fin de son discours d’adieu à ses Apôtres, que le Christ affirme : « Je vous ai parlé ainsi, afin qu’en moi vous ayez la paix. Dans le monde, vous avez à souffrir, mais courage ! Moi, je suis vainqueur du monde » (Jn 16, 33). Au cœur des doutes, des souffrances et même des persécutions, la paix et la joie sont là : le Christ a vaincu la mort et le péché !

Alors pourquoi ne pas scruter en soi et autour de soi les traces de cette victoire ? Chercher des moyens de laisser la joie habiter ses journées. Par exemple, l’un écoutera des chants de louange, quand un autre dévorera un bon roman ; l’un fera chaque soir une relecture de sa journée pour reconnaître au moins deux sources d’action de grâce, l’autre décidera d’aller aider une voisine ou d’appeler une amie qui lui donne de la joie. Ce combat pour la joie est très concret : à chacun de trouver ses armes !

Père Sébastien Thomas




Lire aussi :
Le remède du pape François pour retrouver la joie

À lire aussi : Dix attitudes à cultiver pour vivre dans la joie

Tags:
joie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
Afficher La Suite