Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 15 juin |
Sainte Germaine Cousin
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Débarquement : à Falaise, deux miracles sous les bombes

eglise-Falaise

Shutterstock

L'église de la Sainte-Trinité de Falaise.

Cécile Séveirac - publié le 08/06/24

À une soixantaine de kilomètres des côtes, la ville de Falaise (Calvados) a elle aussi été durement touchée par les combats consécutifs au Débarquement allié. Le 17 août 1944, elle s'apprête à être enfin délivrée lorsqu'un nouveau bombardement pousse 300 civils à se réfugier dans l'église de la Sainte-Trinité. Ils y vivront l'angoisse de la mort et le miracle de la vie.

17 août 1944 : plus de deux mois après le Débarquement allié sur les côtes normandes, la commune de Falaise est libérée de l’occupation allemande. Cette petite ville fortifiée située dans les terres, à quelques kilomètres au sud de Caen, vit les dernières heures de son calvaire lorsque deux bombardiers ennemis survolent une dernière fois ses remparts impuissants.

Pour échapper au pire, environ 300 Falaisiens se ruent vers les portes de l’église de la Trinité dont l’enceinte devient le refuge de la dernière chance. Cette vieille dame gothique à l’allure imposante trône au milieu de la cité médiévale depuis l’an 800, date à laquelle ont été posées ses premières fondations. Elle a résisté à toutes les guerres, et bien qu’endommagée par la guerre de Cent ans et les guerres de religions, elle fut aussitôt reconstruite. Elle n’échappe pas aux tirs et aux bombes lâchées lors de l’opération de la Poche de Falaise, dernière opération menée lors de la longue bataille de Normandie, du 12 au 21 août 1944. “Le but était l’encerclement des troupes allemandes, puisque Falaise abritait un important Kommandatur (poste de commandement militaire allemand en pays étranger, ndlr)”, explique à Aleteia Jérémy Bischoff, guide à l’office de tourisme de Falaise. “Lorsque l’église a été ciblée par les bombes, nous avons la certitude qu’il s’agissait bien de deux avions allemands. Le déluge de feu qui s’abat sur l’église était tel que l’orgue a fondu, le clocher et la voûte du chœur se sont effondrés”, raconte-t-il.

eglise-sainte-trinite-de-Falaise-interieur
Nef de l’église sous laquelle étaient regroupés les 300 civils.

Une vie au milieu des bombes

Mais sous la voûte de la nef, les 300 civils sont miraculeusement épargnés : pas un seul ne rencontre la mort. Premier miracle. Et puisque la vie semble toujours triompher, et que la Providence aime à le prouver dans les circonstances parfois les plus désastreuses, un second miracle va illuminer cette énième journée infernale : une habitante de Falaise, alors enceinte, donne naissance à un petit garçon au milieu de l’église. “Nous ne savons pas exactement qui est cette femme, mais une chose est sûre, c’est bien une habitante de la commune”, affirme Jérémy Bischoff. “Cette église a gardé, pour les Falaisiens, une identité très protectrice. Falaise a perdu 350 vies sous l’Occupation allemande, et 80% de la ville a été détruite par les combats.” L’église de la Trinité restera quant à elle privée de ses vitraux, remplacés par du plexiglas. Ici et là, le passant qui s’attarde un peu apercevra les traces d’impacts sur la pierre de nouveau froide, vestiges d’un passé qui n’est, finalement, pas si lointain.

eglise-sainte-Trinite-de-Falaise-impacts.jpg

Tags:
FranceHistoirenormandieSeconde guerre mondiale
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-ecrire-sans-vous-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement