Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 28 mai |
Saint Germain de Paris
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Transmania, quand les “valeurs” sont le cache-sexe du sectarisme

Transmania, Moutot, Stern

Capture Twitter @TheKamHugh

Affiche publicitaire pour le livre "Transmania" de Marguerite Stern et Dora Moutot.

Louis Daufresne - publié le 29/04/24

La ville de Paris censure la promotion d’une enquête sur les dérives de l’idéologie transgenre, et voici le livre "Transmania" connu de la France entière. Est-il du ressort d’une mairie de promouvoir "ses valeurs" contre d’autres "valeurs" ? demande notre chroniqueur Louis Daufresne.

On vit une époque formidable, au deux sens du mot, épatante et effrayante. Les deux se mêlent quand on apprend que la Ville de Paris fait retirer les affiches promouvant un livre qu’elle juge “transphobe”. Oui, il y a quelque chose d’épatant. Car la sidération produit une forme d’admiration. “Voilà des gens capables de tout”, lâche-t-on dans un soupir. Rien ne les arrête et c’est ce qui les rend dangereux, et donc effrayants. Une forme d’extrémisme décomplexé se répand. On censure une campagne d’affichage sans autre forme de procès, sans même imaginer que cette attitude produira l’effet inverse de celui que l’on recherche. Qui regardait l’affiche de Transmania avant qu’elle fût retirée ? 

Ce sont toujours “mes” valeurs contre les vôtres. En l’espèce, cette attitude bafoue l’image d’une métropole comme Paris qui demeure le sanctuaire de personnes persécutées à travers le monde.

Maintenant, Dora Moutot et Marguerite Stern, non seulement se réjouissent de leur succès en librairie, mais peuvent remercier Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la ville, de leur avoir donné raison. Car être ainsi rejetées, c’est pouvoir dire, comme elles l’affirment, que “l’idéologie transgenre s’infiltre dans toutes les sphères de la société”, et donc y compris au sommet de la mairie de Paris. La municipalité doit subir une drôle de pression de la part des associations transactivistes pour prendre une décision si irrationnelle et contre-productive.

Le cache-sexe du sectarisme

L’affiche avait-elle quelque chose de choquant ? Manifestement non puisque l’opérateur JCDecaux, qui doit passer ses campagnes au crible de plusieurs vetos, n’avait rien vu. En tout cas rien qui soit contraire au droit, et c’est cela qui compte. La rhétorique d’Emmanuel Grégoire est digne des plus plats éléments de langage. Le mode incantatoire trahit la faiblesse du propos. Il invoque les “valeurs portées par la Ville de Paris”.

C’est le même refrain qu’avec les “valeurs de la République” qu’on balance au visage de ceux qui ont l’insolence de ne pas être d’accord avec vous. Mais en quoi consistent ces valeurs ? Est-il d’ailleurs du ressort d’une mairie de promouvoir “ses valeurs” ? Quand on vote, l’administré espère juste que sa ville soit bien gérée. Rien de plus. Et à Paris, ce serait déjà le bout du monde si cette promesse était tenue. Alors que nous importent les valeurs auxquelles se réfère Emmanuel Grégoire ? Il n’est comptable de rien en ce domaine, d’autant qu’aucune instance municipale ne permet de délibérer pour savoir si lesdites valeurs seraient bien respectées ou transgressées. 

Bref, les valeurs sont le cache-sexe du sectarisme. Ce sont toujours “mes” valeurs contre les vôtres. En l’espèce, cette attitude bafoue l’image d’une métropole comme Paris qui demeure le sanctuaire de personnes persécutées à travers le monde, justement parce que les pouvoirs qu’elles ont fuis n’avaient pas accepté que leurs prétendues valeurs fussent contestées. 

Accepter d’être dérangé

Après, que le message de l’affiche eût été dérangeant, je le conçois volontiers. Mais pourquoi ne pas accepter d’être dérangé. On a bien eu par le passé des campagnes d’affichage tournant en dérision l’iconographie chrétienne. Le diable portant pierre, elles ont donné l’occasion de parler du christianisme. Cette fois, pour Transmania, le message disait : “Quand l’idéologie transgenre s’infiltre dans toutes les sphères de la société ou l’histoire de l’un des plus gros casses conceptuels du siècle.” Qu’il y ait de l’exagération est une évidence mais tout le commerce des idées et des objets repose là-dessus. Qu’il y ait du complotisme, sans doute aussi. Mais ce n’est pas en interdisant l’affiche qu’on y mettra fin.

Tags:
FéminismeFranceGenreParisPolitique
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnairePOP-1.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement