Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 28 février |
Saint Romain
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Bénédiction des couples irréguliers : peut-on parler de rétropédalage du Saint-Siège ?

BÉNÉDICTION DES COUPLES IRRÉGULIERS

P Deliss / GODONG

Image d'illustration.

Camille Dalmas - publié le 04/01/24

Dans un communiqué de presse, le dicastère pour la Doctrine de la foi a tenté de répondre aux critiques émises par de nombreux évêques tout autour du globe après la publication de la déclaration Fiducia supplicans le 18 décembre dernier. Des explications qui ouvrent la porte à une application plus souple du texte, mais reste malgré tout ferme dans la défense de sa validité sur le plan doctrinal.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

Dix-sept jours seulement ont passé depuis la publication de la déclaration Fiducia supplicans, texte qui autorisait les prêtres à accorder des bénédictions non liturgiques et non rituelles à des couples en situation irrégulière, notamment les couples divorcés engagés dans une nouvelle union et les couples homosexuels. Entre-temps, des responsables catholiques du monde entier – notamment d’Afrique – ont donné de la voix pour critiquer le texte, certains évêques et conférences épiscopales refusant même ouvertement de l’appliquer.

Face à cette fronde, le très actif cardinal Fernández a fini par prendre la défense de son texte, d’abord dans deux entretiens accordés à la presse puis dans un communiqué publié en six langues. Pourtant, dans Fiducia supplicans, le même cardinal Fernandez affirmait qu’il ne fallait « pas attendre d’autres réponses sur d’éventuelles dispositions pour réglementer les détails ou les aspects pratiques quant à des bénédictions de cette sorte ».

Cinq pages pour en justifier neuf

Le simple fait de publier en six langues un document de cinq pages pour expliquer la déclaration (qui ne fait que neuf pages) est le signe de la prise de conscience par le Saint-Siège de l’ampleur de la levée de boucliers. Le cardinal reconnaît d’ailleurs dès le début du texte que certaines remarques sont « compréhensibles » et considère que les critiques « ont le mérite de mettre en évidence la nécessité d’un plus long temps de réflexion pastorale ».

Le préfet du dicastère pour la Doctrine de la foi concède aux évêques le droit de choisir de ne pas appliquer le texte, affirmant qu’il existe de nombreux contextes dans lesquels il est compréhensible qu’il ne le soit pas – notamment dans les pays où l’homosexualité est illégale. Mais il ne fait pas marche arrière pour autant : la déclaration, insiste-t-il, fait bien partie de la doctrine de l’Église et ne peut en aucun cas être rejetée.

Quelques secondes de bénédiction

Le cardinal Fernández rappelle avec force que les bénédictions qu’autorise la déclaration sont « sans forme liturgique » et « n’approuvent ni ne justifient la situation dans laquelle se trouvent ces personnes ». Il insiste sur le fait qu’elles doivent être brèves de quelques secondes et ne doivent pas être délivrées devant l’autel où dans un lieu spirituellement signifiant pour éviter toute confusion.

Ces « bénédictions pastorales », explique le préfet, visent à « soutenir » la foi « qu’elle soit petite ou grande » des personnes vivant en union irrégulière, de soutenir leurs faiblesses grâce à la bénédiction divine et d’offrir un canal à cette ouverture à la transcendance qui pourrait les conduire à être plus fidèles à l’Évangile.

La « pastorale populaire » de François

Pour illustrer son propos, le cardinal Fernández donne le cas d’un prêtre qui pourrait par exemple dire à un couple de personnes divorcées et remariées qu’il rencontre lors d’un pèlerinage : « Seigneur, regarde tes enfants, accorde-leur la santé, le travail, la paix et l’aide réciproque. Délivre-les de tout ce qui contredit ton Évangile et donne-leur de vivre selon ta volonté. Amen ». Et conclure par un signe de croix sur les deux personnes.

« Il s’agit de 10 ou 15 secondes. Y aurait-il un sens à refuser ce type de bénédiction à ces deux personnes qui l’implorent ? », interroge le cardinal argentin. Et il insiste sur l’importance de faire grandir cette « pastorale populaire », conformément aux directions prises par le pape François depuis le début de son pontificat.

Tags:
BénédictionCoupleFiducia supplicansVatican
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement