Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 22 février |
Bienheureuse Isabelle de France
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Le ballon rond a besoin d’éthique et d’argent

KYLIAN-MBAPPE-FOOTBALL-AFP-000_334L6YM.jpg

FRANCK FIFE / AFP

Kylian Mbappé lors du match France-Argentine dimanche 18 décembre 2022.

François Morinière - publié le 26/11/23

La Ligue de Football professionnel a obtenu la validation de son accord avec un fonds d’investissement qui permettra de renflouer les clubs. Cette privatisation du sport peur heurter, admet le spécialiste François Morinière, mais les investisseurs ont besoin d’une grande éthique dans l’organisation des compétitions pour en maintenir la pérennité.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour que Aleteia reste gratuit et faire rayonner l’espérance qui est en vous,
Faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec réduction fiscale)

L’assemblée générale de la Ligue de Football professionnel (LFP) a voté cette semaine la vente de 13% des droits de sa future société commerciale au fonds d’investissement CVC Capital Partners, un des plus importants de la planète, pour un montant de 1,5 milliards d’euros. En fait il s’agissait d’une nouvelle ratification administrative pour des raisons de conformité juridique, l’accord ayant déjà été voté une première fois en 2022. Cette ouverture du capital était une très belle aubaine pour le football professionnel, alors dans une situation exsangue après la crise du Covid, et la cessation de paiement de son principal diffuseur, la société Mediapro, en 2020, remplacée in extremis et à des conditions moins avantageuses par Canal+, puis par Amazon.

L’argent frais injecté dans les clubs

Cet accord tient même du miracle, car signé en plein renversement de conjoncture économique mi-2022, marqué simultanément par la flambée des coûts énergétiques, et donc de l’inflation, combiné avec une hausse très forte des taux d’intérêts. Comme tout partenariat de ce type, l’investisseur financier attend des garanties et se protège en cas de revers de fortune économique.

C’est exactement ainsi que se sont construites les modalités avec CVC. L’argent frais injecté dans les clubs, à travers une clé de répartition validée, a permis pour beaucoup d’entre eux le rétablissement de leurs finances, et pour la Ligue de rembourser un emprunt contracté pendant le Covid de 250 millions d’euros (prêt garanti par l’État-PGE). Depuis, certains petits clubs commencent à ruer dans les brancards, en se plaignant de la répartition du gâteau… Au passage c’est assez incongru, car c’est objectivement le plus riche d’entre eux, le PSG, qui aurait pu légitimement réclamer plus. Avec 200 millions d’euros sur 1,5 milliard d’euros, le club de la capitale a fait preuve d’un remarquable « esprit d’équipe » préférant aider à consolider le championnat français que servir son propre intérêt.

Le besoin d’une grande éthique

Bien sûr, certains seront heurtés par cette privatisation du football (minoritaire) mais cela fait bien longtemps hélas que ce sport est devenu un immense business. On peut regretter le temps des gardiens à casquette et des buvettes sous la pluie, mais le football français a grandement besoin de moyens pour se maintenir dans le peloton de tête des grands championnats internationaux. Par ailleurs, CVC n’a aucun pouvoir de près ou de loin sur les aspects régaliens du sport, et a au contraire besoin d’une grande éthique dans l’organisation des compétitions, pour en maintenir l’intérêt et la pérennité.

Le grand paradoxe reste la qualité des joueurs français, et donc de la formation dans tout le tissu des clubs, qui permet à la France de figurer parmi les meilleures nations du monde depuis 25 ans. L’attractivité des clubs étrangers nous privent cependant de les voir évoluer tous les week-ends sur nos pelouses hexagonales. La première raison en est la fiscalité française et les prélèvements sociaux qui sont punitifs et poussent les joueurs à s’exiler dans les autres pays européens où les rémunérations sont plus élevées et moins taxées. Là encore, chapeau au PSG qui crée l’exception en gardant dans son effectif Kylian Mbappé malgré la concurrence féroce, notamment du Real Madrid.

La prochaine étape vitale pour le football professionnel français sera le résultat de l’appel d’offre des droits de diffusion pour la période 2024-2029, qui déterminera les ressources disponibles pour les clubs français, et donc indirectement le rapport de force avec CVC. 

Tags:
FootballSport
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement