Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 05 mars |
Sainte Olive
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Léonard de Port-Maurice, le franciscain qui codifia le Chemin de croix

Article réservé aux membres Aleteia Premium
Chemin de croix Rome Léonard de Port-Maurice

The Granger Coll NY / Aurimages

Saint Léonard prêchant dans le Colisée, à Rome, où il a également érigé les stations du chemin de croix.

Anne Bernet - publié le 25/11/23

Léonard de Port-Maurice fut missionnaire en Corse au XVIIIe siècle. Ce franciscain génois remit en ordre la dévotion du Chemin de croix, dans la forme que nous lui connaissons. L’Église le fête le 26 novembre.

Le vieux franciscain qui se traîne vers Rome, en ce soir d’automne 1751, est recru de fatigue, au bout de ses forces. Depuis des années déjà, ses jambes septuagénaires ne le portant quasiment plus, il faut le hisser, le pousser, tel un paquet encombrant, pour lui permettre d’atteindre tous ces villages et ces villes qui, du nord au sud de l’Italie, attendent sa venue. Partout, des foules, dépassant souvent trente mille personnes, se pressent à ses prédications, bouleversées et se convertissent en masse, renonçant à leur vie de péchés. Soldats débauchés, filles publiques, larrons et dévoyés de toutes sortes deviennent bons chrétiens, les salles de spectacles et autres lieux de plaisir se vident où il passe et les folies du carnaval, si prisées des Italiens, sont oubliées si l’on annonce que le frère mineur vient prêcher le carême. 

Le plus grand missionnaire !

Il est vrai qu’à une éloquence naturelle, l’homme ajoute des dons de thaumaturge, la capacité de lire dans les âmes, une réputation de sainteté qui n’est pas usurpée et des pénitences effrayantes, capable, si son auditoire ne se convertit pas, de se flageller avec des lames de rasoir qui le laissent en sang ou s’enfoncer sur le crâne une couronne d’épines afin de donner une idée des souffrances de la Passion… Méthodes déconcertantes, même à l’époque, et qui peuvent choquer, mais qui fonctionnent.

Au milieu des années 1740, il est allé donner des missions en Corse, alors que l’île est agitée de passions politiques violentes entraînant des vendettas si nombreuses et inexpiables qu’elles deviennent un fléau. Il a suffi qu’il parle pour que les adversaires irréconciliables renoncent à s’entretuer, que les enfants, mères, épouses des victimes tombent en pleurant dans les bras des assassins de leurs proches et les assurent de leur pardon… Faut-il s’étonner si l’un des plus grands saints du XVIIIe siècle, Alphonse de Liguori, ait affirmé, après l’avoir vu à l’œuvre à Naples : « C’est le plus grand missionnaire de notre temps ! »

Le nom de son cousin

Reste qu’il n’en peut plus… Il y a longtemps qu’il a supplié le pape Benoît XIV, dont il est le confesseur, de le laisser enfin se retirer dans l’un des couvents franciscains de la stricte observance qu’il a contribué à fonder ou restaurer, mais le pontife lui a répondu : « Un soldat meurt les armes à la main, et vous êtes un soldat du Christ. » Il se l’ai tenu pour dit… Mais, maintenant, il le sait, l’heure du repos est toute proche. Dans un ultime effort, il va se traîner jusqu’à Rome, et, à peine arrivé, se coucher et mourir. On est le 26 novembre 1751. Ainsi s’éteint en odeur de sainteté le père Léonard de Port-Maurice, au terme d’une vie bien éloignée de celle qu’adolescent, il s’était imaginé.

Lorsqu’il est venu au monde le 20 décembre 1676, à Porto Maurizio, sur la côte ligure, l’aîné des enfants de Domenico Casanova, un capitaine qui fait du cabotage entre Nice et Gênes, a reçu au baptême les prénoms de Paolo Girolamo, Paul Jérôme. Très vite, il s’est révélé intellectuellement si brillant que son père s’est pris à rêver pour lui d’une grande carrière mais l’influence de la très pieuse seconde épouse de Domenico, qui l’a élevé après la mort de sa mère quand il avait 2 ans, l’a emporté. 

Si à l’heure de ma mort, le Seigneur me reproche d’avoir été trop doux avec les pécheurs, je lui répondrai : “Jésus, si c’est une faute, c’est Vous qui me l’avez enseignée car vous n’avez jamais rejeté ceux qui demandaient pardon !’’

En 1696, Paolo a décidé d’entrer chez les Franciscains de la stricte observance, amis des pénitences les plus sévères, choix qui a mis son père, pourtant dévot, dans une telle colère qu’il a jeté son aîné dehors ; seule l’intervention d’un cousin charitable a permis que Domenico consente à laisser son fils aller « où Dieu l’appelle ». Par gratitude, le garçon prendra en religion le prénom de ce cousin, Leonardo. Ordonné en 1703, le jeune père Léonard de Port-Maurice enseigne la théologie à l’Institut Saint-Bonaventure de Rome en attendant, joyeux et impatient, de s’embarquer pour la Chine. Il ne partira jamais… À quelques semaines du départ, il tombe si gravement malade qu’il faut le renvoyer chez lui dans le faible espoir qu’il se refasse une santé. Cela prendra quatre ans mais, lorsque, guéri, il commence à prêcher, l’Église comprend qu’elle tient là un trésor. 

Le « codificateur » du chemin de croix

Au cœur de sa prédication, la dévotion mariale, le rosaire, la lutte pour obtenir de Rome la promulgation du dogme de l’Immaculée Conception, qui ne sera proclamé qu’en 1854, l’extension de la pratique de l’adoration perpétuelle, la dévotion au Sacré Cœur et le Chemin de croix qu’il codifie car, créé par les fils de saint François au XIIIe siècle, il fait l’objet de diverses fantaisies et manque d’unité. Si Léonard n’est à l’origine d’aucune de ces pratiques, du moins contribue-t-il fortement à les répandre et les populariser en Italie. Ce géant de sainteté, cet ascète qui ne se passe rien est pourtant au confessionnal d’une douceur à donner en exemple.

À la fin de sa vie, Léonard confiera en souriant à ses proches : « Si à l’heure de ma mort, le Seigneur me reproche d’avoir été trop doux avec les pécheurs, je lui répondrai : “Jésus, si c’est une faute, c’est Vous qui me l’avez enseignée car vous n’avez jamais rejeté ceux qui demandaient pardon !’’ »

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
Chemin de croixÉgliseMissionnaireSaints
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement