Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 26 septembre |
Saints Côme et Damien
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Alphonse de Liguori, le saint patron de ceux qui ont été blessés par l’Église ?

ALPHONSUS

Transalpine Redemptorists CC

Tom Hoopes - publié le 15/09/22

Des membres de l'Église vous ont fait du tort, ou profondément blessé ? Confiez votre peine à saint Alphonse Liguori, qui a vécu une persécution sans fin par les dirigeants de l'Église.

Tant d’hommes et de femmes saints ont été lésés par les dirigeants de l’Église. Saint Thomas d’Aquin a vu certaines de ses œuvres supprimées, saint Jean de la Croix a été emprisonné par ses supérieurs religieux, sainte Jeanne d’Arc a été brûlée sur le bûcher sur accord des évêques… De nos jours aussi, de nombreuses personnes sont blessées par l’Église ou l’un de ses membres, imparfaits et pécheurs. Si une personne de l’Église vous a fait du tort, sachez que vous pouvez vous confier à saint Alphonse Liguori. Bien avant qu’il ne soit canonisé, déclaré Docteur de l’Église et nommé patron des théologiens moraux, ce fondateur de la congrégation du Très Saint Rédempteur a vécu une persécution sans fin de la part de ses pairs.

Arrêté et frappé par la maladie

Après avoir été ordonné prêtre à Naples en 1726, il consacra sa vie aux pauvres et travailla à combattre le jansénisme. Mais son groupe finit par être dénoncé par les dirigeants de l’Église. Un archevêque lui vint en aide mais, afin qu’il ne fonde pas une congrégation, Alphonse Ligouri fut envoyé loin de Naples. En 1932, il réussit tout de même à fonder la Congrégation des Rédemptoristes sous le patronage de saint François de Sales

Le coup suprême survint à la fin de sa vie. De mai 1768 à juin 1769, Alphonse Liguori fut victime de rhumatismes articulaires aigus. La maladie a fini par le laisser paralysé jusqu’à la fin de ses jours. Incapable de poursuivre son ministère, il demanda à démissionner de son évêché. Deux papes ont refusé avant que le pape Pie VI ne lui donne finalement son repos.

Trahis par ses amis

Malgré son état de santé, le saint tenait à obtenir, par l’intermédiaire de son ami Mgr Testa, le grand Aumônier, l’approbation de sa Règle. Il espérait que le roi Ferdinand IV donne lui confère une autorisation indépendante. Son ami, malheureusement, le trahit. Les Pères Majone et Cimino, qu’il avait envoyé pour négocier avec le grand Aumônier, le trahirent aussi. Même son confesseur, le Père Andrea Villani, vicaire général dans le gouvernement de son Ordre, participa à la conspiration.

À la fin, la Règle fut si changée qu’elle en devint à peine reconnaissable, les vœux de religion eux-mêmes étant abolis. À cette Règle altérée ou « Regolamento », comme on en vint à l’appeler, le saint fut encouragé à mettre sa signature. La Règle fut ensuite approuvée par le roi et imposée à la congrégation, stupéfaite par l’immense pouvoir de l’État. La commotion fut effrayante. Alphonse lui-même ne fut pas épargné. Des rumeurs vagues d’une trahison imminente lui avaient été transmises, mais il avait refusé de les croire. « Vous avez fondé la congrégation et vous l’avez détruite », lui dit un Père. À ses traîtres, le saint dit par la suite : « Je n’ai jamais pensé que je pourrais être trompé par vous ». 

Trois conseils pour réussir à pardonner 

Ce fut l’épreuve la plus difficile de sa vie. Toutefois, le saint ne s’est pas laissé gagner par l’amertume et a laissé quelques bons conseils à ceux qui se font léser par les dirigeants de l’Église.

Concentrez-vous sur le bien, conseillait le saint. Et de préciser : « Le passé ne t’appartient plus ; l’avenir n’est pas encore en votre pouvoir. Vous n’avez que le présent pour faire le bien ». Il recommandait également de penser à la présence de Dieu partout et non aux péchés de ses représentants : « Lorsque nous voyons un bel objet, un beau jardin ou une belle fleur, pensons que nous y voyons un rayon de la beauté infinie de Dieu, qui a donné existence à cet objet ».

Enfin, le saint Docteur de l’Église recommandait de surtout de prier. « Si vous demandiez quels sont les moyens de vaincre les tentations, je répondrais : le premier moyen est la prière ; le second est la prière ; le troisième est la prière. Et si vous me le demandiez mille fois, je répéterais la même chose », disait-il.

Tags:
Abus sexuelsÉgliseSaint
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement