Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 18 mai |
Saint Pascal Baylon
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Le sang du Christ est-il monté au Ciel ?

RANA JEZUSA

Adam Jan Figel | Shutterstock

Jean-Michel Castaing - publié le 10/06/23

Le jour de la solennité du Saint-Sacrement, l’Église honore le Corps et le Sang du Christ. À Neuvy-Saint-Sépulchre, dans l’Indre, c’est une relique du sang du Christ que l’on peut vénérer, ce sang qui est monté au Ciel.

Chaque année, je m’arrête à la basilique de Neuvy-Saint-Sépulchre dans l’Indre. Cette église circulaire, bâtie sur le modèle de la rotonde du Saint-Sépulcre de Jérusalem, renferme une des reliques les plus précieuses du monde : deux gouttes du Sang de Jésus-Christ recueillies au jour de sa Passion, gouttes pures sans mélange d’eau ni de terre. C’est le cardinal Eudes de Châteauroux qui la rapporta de Terre sainte et en fit don à son pays natal en 1257. Les personnes qui viennent honorer cette relique reçoivent beaucoup de grâces. Le pèlerinage  traditionnel à Neuvy-Saint-Sépulchre se déroule tous les ans le lundi de Pâques. Pour ma part, je m’arrête à Neuvy le jour de l’Ascension : pourquoi le jour de la montée de Jésus au Ciel, plutôt que le Vendredi saint ? Après tout, la relique de Neuvy-Saint-Sépulchre est constituée du sang versé durant sa Passion, cela pourrait avoir plus de sens.  

L’Ascension porte l’Incarnation à son achèvement  

Cependant, les deux gouttes de sang de Neuvy nous rappellent que Jésus monte au ciel à la droite du Père avec sa nature humaine. Désormais, en la personne de Jésus, vrai homme et vrai Dieu, notre humanité siège avec Dieu dans le monde divin. Le sang de Jésus, le sang de Celui qui règne désormais sur les hauteurs, dans sa condition divine, ce sang n’est pas différent de celui que j’ai devant les yeux dans la basilique ! Quel mystère ! Non seulement Jésus n’a pas abandonné son humanité comme on se débarrasse de sa livrée après l’accomplissement de son service, mais il s’en fait au contraire une gloire. Jésus est un homme pour l’éternité en même temps qu’il est Dieu. L’Ascension consomme de la sorte l’Incarnation, c’est-à-dire que sa montée au ciel la porte à son achèvement. C’est en tant qu’homme et Dieu que Jésus intercède pour nous au Ciel et qu’il nous livre l’Esprit ainsi que  toutes les grâces dont il est le trésorier et le possesseur.

L’humanité de Jésus nous a sauvés sur la terre et elle continue à le faire au Ciel.

Car, au ciel, l’humanité de Jésus n’est pas devenue un ectoplasme : Jésus a gardé un corps dans sa condition divine. Certes, son corps est maintenant transfiguré et ne connaît plus les conditionnements de l’espace-temps comme les nôtres. Cependant, son corps céleste est un corps constitué  de chair et de… sang ! Le même sang que renferme la basilique de Neuvy ! Voilà pourquoi il est tout à fait indiqué de venir se recueillir devant la précieuse relique du Précieux-Sang le jour de l’Ascension, quarante jours après Pâques. L’humanité de Jésus nous a sauvés sur la terre et elle continue à le faire au Ciel. Le Précieux-Sang en est l’attestation à la fois indubitable et ô combien ! émouvante. 

SAINT ETIENNE BASILICA
NEUVY-SAINT-SÉPULCHRE.

Chaque messe actualise l’Ascension de Jésus

La seconde raison de la pertinence d’honorer le Précieux-Sang le jour de l’Ascension réside dans la nature de la liturgie. Toutes les messes nous rendent contemporains de l’intégralité des événements de notre salut. Chaque célébration fait ainsi mémoire de l’Ascension en réactualisant son mystère salvifique dans notre présent. En retour, la messe de la solennité de l’Ascension nous rend contemporains du drame du Calvaire. Dans la vie de Jésus, le mystère du salut s’est décomposé en plusieurs jours. Cependant, pour nous, chrétiens du XXIe siècle, les différentes étapes de la Rédemption : Passion-Résurrection-Ascension sont unifiées dans la liturgie. Par exemple, dans la troisième prière eucharistique, le prêtre dit : 

En faisant mémoire de ton Fils, de sa passion qui nous sauve, de sa glorieuse résurrection et de son ascension dans le ciel, alors que nous attendons son dernier avènement, nous présentons cette offrande vivante et sainte…

Rappelons que le faire-mémoire liturgique est l’actualisation dans notre présent des événements passés du salut. Si bien qu’à la messe, la mort du Christ se télescope avec son ascension.

En effet, les mystères du salut renvoient les uns aux autres et ne font qu’un au plan de la Rédemption. Si Jésus est monté au Ciel, c’est parce qu’il est ressuscité et que sa mort méritoire l’a fait Seigneur de l’univers, ce que signifie sa session à la droite de Dieu. La méditation de sa Passion a donc toute sa place dans l’actualisation liturgique de son Ascension. Aussi, honorer le Précieux-Sang constitue-t-il un moyen très puissant de saisir toute la profondeur du mystère de l’Ascension : celui qui monte au Ciel est le même que celui qui s’est sacrifié à Jérusalem pour nous et qui continue dans la gloire à nous procurer les bienfaits du salut. Non seulement il n’est pas incongru de vénérer la prestigieuse relique de Neuvy-St-Sépulchre  le jour de l’Ascension, mais il est même tout à fait indiqué de le faire afin de mieux en saisir la signification et la profondeur mystériques.

Tags:
FoiSaint Sacrement
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-ecrire-sans-vous-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement