Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 03 décembre |
Saint François-Xavier
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

[HOMÉLIE] Zachée, archi-abaissé, archi-élevé

Article réservé aux membres Aleteia Premium
brooklyn_museum_-_zacchaeus_in_the_sycamore_awaiting_the_passage_of_jesus_zachee_sur_le_sycomore_attendant_le_passage_de_jesus_-_james_tissot

Zachée © Wikimedia Commons

Zachée © Wikimedia Commons

Martin Charcosset - publié le 30/10/22

Le père Martin Charcosset, curé de la paroisse d’Écully dans le diocèse de Lyon, commente l’évangile du 31e dimanche ordinaire (Lc 19, 1-10). De sa vie autocentrée, Jésus invite Zachée à descendre. Dieu seul peut le relever et lui donner le salut.

« Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. » C’est par ces mots que se concluait, dimanche dernier, la parabole du

pharisien et du publicain (Lc 18, 14). Mais ce pourrait être aussi l’introduction de l’évangile de ce dimanche (Lc 19, 1-10), où la parabole cède le pas à une rencontre véritable, pleine de montées et de descentes. Et ce n’est sans doute pas pour rien que la scène se passe à Jéricho, cette cité des profondeurs, puisqu’elle a la particularité d’être la ville la plus basse du monde, à 240 mètres sous le niveau de la mer : une ville pour ainsi dire sous terre, comme le Shéol, le lieu des morts dans la foi juive, là où les défunts sont loin de Dieu.

Si Jéricho, de par son altitude, ressemble à une ville des morts, il y en a un qui est plus mort que les autres : Zachée, qui a le titre d’architélonès, le chef des collecteurs d’impôts, et qui est archi-riche et surtout archi-mort intérieurement. Sans vouloir faire de la psychologie de comptoir, on peut imaginer que sa petite taille lui a valu un certain sentiment d’humiliation et l’a poussé à prendre sa revanche sur la vie, en faisant payer ses concitoyens — au sens propre comme au sens figuré. Il s’est élevé à la force du poignet. Il a bien réussi, au prix de la haine de tous, qui ne l’appellent plus par son prénom, mais seulement par son défaut : il n’est plus à leurs yeux qu’un pécheur. Et Zachée, à la longue, s’en est accommodé.  

Jésus abaisse Zachée, en lui demandant avant tout de redescendre : de son arbre, de son piédestal social, de sa vie autocentrée. « Qui s’élève sera abaissé », pour son bien.

Zachée est habitué à s’élever par lui-même, et on ne s’étonnera pas de ce qu’il choisisse de s’élever encore, dans les branches d’un sycomore, pour voir Jésus qui va passer : de cet observatoire, il peut être au-dessus de la foule, la surveillant et la surplombant comme il aime à le faire ; il profite aussi de la ramure pour s’y cacher, à l’abri des quolibets. Voir sans être vu : habile stratagème. Mais il faut regarder de près ce que saint Luc écrit des motivations de Zachée. Zachée ne veut pas « voir Jésus », mais, dit l’évangile, « il cherchait à voir qui est Jésus » (Lc 19, 3). Ce n’est pas de curiosité mondaine qu’il s’agit ici, mais de quelque chose de plus fondamental : il y a dans le cœur de Zachée une quête, qui porte sur l’identité de Jésus : qui il est lui-même, qui il est pour Zachée. Monter dans le sycomore, ce n’est donc pas pour lui venir au spectacle en préférant une loge à un fauteuil d’orchestre : c’est désirer comprendre quel est le mystère de Jésus qui vient et qui passe. 

Le salut pour cette maison

Revenons à la fameuse maxime : « Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. » Elle insiste sur l’articulation entre deux initiatives : l’initiative humaine (s’élever soi-même, s’abaisser soi-même) et l’initiative de Dieu, sous-entendue par la forme passive (être abaissé, être élevé). Jusqu’alors, c’est Zachée qui a été le seul maître de sa vie, au détriment de quiconque se mettait sur son chemin. En un instant, d’un regard, c’est Jésus qui prend la main. Il s’invite chez Zachée, avec une autorité pleine de douceur, soulignant l’urgence de cette visite : c’est aujourd’hui, et pas demain. Il abaisse Zachée, en lui demandant avant tout de redescendre : de son arbre, de son piédestal social, de sa vie autocentrée. « Qui s’élève sera abaissé », pour son bien.

« Qui s’abaisse sera élevé », pour sa gloire. Et Zachée, sans que Jésus lui ait demandé quoi que ce soit, prend la parole : il donne aux pauvres la moitié de ses biens, et sur ce qu’il reste, il entend dédommager au quadruple ceux qu’il a volés. Jésus n’a rien réclamé à Zachée, pas même sa conversion : mais par le simple fait qu’il est venu habiter dans sa maison (le bâtiment), sa présence a irradié et tout transformé sur son passage : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison » (Lc 19, 9) — et la maison de Zachée, c’est la totalité de sa vie. C’est Zachée tout entier qui, en s’abaissant, est bel et bien sauvé, à la surprise et à la confusion des gens bien de Jéricho et de notre assemblée. Et Jésus, comme dimanche dernier, conclut lui-même l’évangile. Zachée cherchait à voir qui il était, et Jésus énonce son identité : « Le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu » (v. 10). 

Dieu seul abaisse et élève 

Peut-être, parmi nous, n’y a-t-il pas beaucoup de Zachée : pas de grands escrocs, de mafieux, de criminels, de pécheurs publics. Tant mieux, nous dirons-nous. Nous essayons vaille que vaille de vivre honnêtement. Mais cet évangile nous est donné pour que nous n’oublions pas que c’est Dieu seul qui abaisse et qui élève. Si c’est seulement par la volonté et la vertu que nous menons notre vie, serons-nous capables du même désir que Zachée de voir qui est le Christ, et serons-nous disposés à accepter son initiative dans notre vie, qui ira peut-être contre nos plans de carrière et contre nos idées fixes ? Le Seigneur passe, aujourd’hui même, et nous répète : « Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. » Et c’est à chacun de nous qu’il parle !

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
HomélieMesse
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement