Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 01 octobre |
Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus
Aleteia logo
Culture
separateurCreated with Sketch.

« Qu’est-ce qu’on a tous fait au Bon Dieu ? », un troisième volet qui ne contentera pas tout le monde

Qu-est-ce-qu-on-a-tous-fait-au-bon-dieu-imdb.jpg

IMDb

"Qu'est-ce qu'on a tous fait au Bon Dieu ?" (2022).

Louise Alméras - publié le 06/04/22

Dans le troisième épisode de la comédie "Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ?", en salles ce mercredi 6 avril, le réalisateur Philippe de Chauveron s’est affranchi de toute limite. On rit souvent mais on désespère tout autant.

Depuis Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu? (2014), qui a fait plus de 12 millions d’entrées, le succès de ce qu’on pourrait presque considérer comme une « franchise » est tel que certains spectateurs espèrent même un quatrième volet. Dans le troisième volet en salles ce mercredi 6 avril, Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ?, l’histoire de la famille Verneuil est marquée par le 40e anniversaire de mariage de Claude (Christian Clavier) et Marie (Chantal Lauby). Sauf que le premier n’en peut plus de croiser ses gendres en permanence tandis que la seconde s’attriste d’avoir pris un coup de vieux. Leurs quatre filles veulent malgré tout marquer le coup et célébrer comme il se doit la longévité du mariage de leurs parents en invitant les parents de leurs maris respectifs, Rachid, David, Chao et Charles. Merveilleux prétexte pour Philippe de Chauveron de concocter une comédie haute en couleurs où chaque situation est prétexte à faire davantage monter la mayonnaise. Qui prend parfois et d’autres pas. Mais grâce au jeu de Christian Clavier, on en redemanderait presque.

Philippe de Chauveron joue toujours sur les quatre mariages métissés des filles Verneuil, auxquels s’ajoutent des différences sociales et d’éducation. Entre les gendres chinois, algérien, israélien et ivoirien et leurs propres parents, le couple Verneuil manque toujours de trouver ses repères — voire, de se réjouir vraiment de cette nouvelle famille. Ils seront pourtant tous au rendez-vous pour fêter les 40 ans de mariage, festivités qui dureront plusieurs jours, et seront évidemment hébergés chez les Verneuil, pour ne rien gâcher. 

La France multi-ethnique et ses joyeusetés

Pendant ce temps, Ségolène, l’une des filles, expose ses peintures inspirées de la souffrance animale et des abattoirs… Le vernissage voit alors s’introduire un riche collectionneur d’art allemand, qui semble s’extasier devant les œuvres, prétexte à approcher une femme Verneuil. Le personnage est parfois hilarant dans sa caricature, notamment de grand amoureux. Charles, le mari ivoirien, lui, participe à une pièce de théâtre dans laquelle il tient le rôle de Jésus, ouvrant à des réflexions, parfois lourdes, sur l’origine raciale de Jésus. Les seuls spectateurs seront la famille au complet, qui encaisse les trois heures de représentation avec bonne foi. 

Les couples de beaux-parents sont assez excessifs dans leurs caricatures, mais le couple Koffi (les Ivoiriens) sauve le jeu, surtout avec André (Pascal Nzonzi). On se passerait volontiers de certaines histoires entre les gendres et leurs femmes, occasions d’une surenchère de gags. Mais le scénario bien ficelé autour de Claude et Marie rattrape largement le reste. Christian Clavier ne manque en tout cas pas de nous faire rire allègrement autour de cette comédie qui fait la part belle à la famille. Les meilleurs souvenirs étant ceux vécus en famille. Le Bon Dieu n’a pas fini d’entendre crier vers Lui.

Qu’est-ce qu’on a tous fait au Bon Dieu, de Philippe de Chauveron, avec Christian Clavier, Chantal Lauby, Pascal Nzonzi, Frédérique Bel, 1h38, en salles le 6 avril
Tags:
CinémaFilm
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement